Copenhague, trop loin pour préoccuper la presse?

Posted on 12 December 2009 by editor

par Fulgence Zamblé

ABIDJAN (IPS/TerraViva) – En l’absence de reporters à Copenhague pour couvrir les négociations sur les changements climatiques, la presse ivoirienne dans son ensemble, observe à distance ce qui s’y déroule. Sans toutefois daigner en faire de larges extraits dans leurs différentes parutions, ou encore dans leurs journaux parlés et télévisés.

Les journaux ivoiriens ont consacré quelques petites pages à l’annonce du début des discussions sur le changement climatique.

Les journaux ivoiriens ont consacré quelques petites pages à l’annonce du début des discussions sur le changement climatique.

Depuis que le sommet a ouvert ses portes, la télévision nationale ne s’est contentée que de donner l’information dans ses trois jours du lundi dernier. Tout comme la radio nationale. Les journaux, pour leur part, ont consacré quelques petites pages à l’annonce du début des discussions sur le changement climatique.

«C’est dommage que la presse ivoirienne ne soit pas préoccupée par cet important rendez-vous», fustige Aline Kouamé, étudiante en science économique à l’université de Cocody-Abidjan. «Elle peut ne pas avoir des envoyés spéciaux à ce sommet, mais relayer au moins ce que leurs confrères rapportent de Copenhague. Elle (la presse) oublie que nous sommes plus concernés par le danger que ces questions de politique qui ne rapportent rien », ajoute-t-elle.

En 2007, la capitale économique ivoirienne avait subit dans le quartier de Port-Bouët (sud-est d’Abidjan) les conséquences d’une montée du niveau de la mer. Une dizaine de personnes avaient perdu la vie, quand de familles étaient restées sans abris.

En juin dernier, à la suite de pluies diluviennes qui ont causé un éboulement de terrain, 19 personnes avaient été tuées à Yopougon (quartier populeux d’Abidjan).

A Issia (centre-ouest du pays) les variations saisonnières ont causé une sécheresse locale imprévue qui a anéanti de nombreux projets agricoles. «La presse locale a évoqué ces différents sujets, mais juste le temps d’une semaine. Cela n’est pas suffisant», soutient Karim Konaté, sans emploi.

«Nous pensons que les journaux opté pour la logique des élections. Ils font l’écho de la bataille des hommes pour le pouvoir plutôt que d’aborder des problèmes qui préoccupent les populations», indique à IPS, Francis Domo, responsable des journaux au Conseil national de la presse (CNP, organe de régulation).

Selon lui «ils n’ont pas besoin de dépêcher un journaliste sur place. Il y a des sources d’informations qu’ils peuvent exploiter en restant dans leurs rédactions ici et consacrer au moins un dossier aux faits et présenter les enjeux de ces négociations qui sont très importantes pour une bonne partie de la population».

Dans sa parution du jour, le quotidien indépendant L’Intelligent d’Abidjan a juste annoncé que le ministre ivoirien des Affaires Etrangères représentera le pays au sommet de Copenhague, sans donner plus de détails.

«Parce qu’il n’y a pas de journalistes spécialiste des questions environnementales. Si nous devons traiter de la question, il n’est pas certain que nous allions en profondeur pour satisfaire le public. Et puis actuellement l’actualité politique par rapport aux élections est très fournie, on fait donc le choix », explique à IPS, Stanislas Miézan, responsable de rédaction.

(FIN/2009)

Comments are closed.


 

 

 

 

Photos from our Flickr stream

See all photos

With the support of

 

 
 

View Posts by Date

July 2014
M T W T F S S
« Dec    
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031  

  

 

Arabic