Un mois sans nourriture pour sauver la planète

Posted on 09 December 2009 by editor

Par Nasseem Ackbarally

COPENHAGUE (IPS/TerraViva) Il y a trente-trois jours depuis que plusieurs jeunes de différentes nationalités refusent de s’alimenter, sauf en eau. Leur but est de réveiller les politiciens appelés à prendre une décision importante au Sommet de Copenhague qui se poursuit actuellement dans la capitale danoise.

“Climate Justice Fast” est une grève de la faim lancée au niveau international le 6 novembre dernier, inspirée par les besoins d’une action immédiate, courageuse et morale afin d’éviter la catastrophe climatique et assurer un avenir durable.

Des centaines de personnes se sont jointes à ce mouvement de par le monde, solidaires avec ces grévistes de la faim.

“Le changement climatique est un défi pour notre génération”, déclare Sara Svenson, cette jeune activiste suédoise de 25 ans, présente en compagnie de ses autres collègues à Copenhague.

“Une grève de la faim symbolise clairement la valeur de la vie et des vies qui sont menacées. Elle symbolise également l’urgence avec laquelle nous devons agir. Je jeûne pour payer la pénitence pour la façon avec laquelle j’ai contribué à cette injustice climatique. J’appelle les gouvernements, les familles et toute la population mondiale à agir avec leur conscience, à se joindre à la science et à s’unir dans la création d’un avenir durable”, déclare-t-elle.

A l’intérieur du Bella Center où se tient cette conférence sur le climat, la fondatrice de l’Indian Youth Climate Network, Deepa Gupta, et deux membres de Greenpeace, entre autres personnes, ne s’alimentent pas pendant les douze jours que durent ces discussions.

Pour atteindre une justice climatique, “Climate Justice Fast” demande aux gouvernements de s’engager  à réduire leurs émissions de carbone, de même que de pourvoir une somme de 195 millions de dollars annuellement des pays riches, grand émetteurs des gaz à effet de serre, au soutien des efforts d’adaptation et à  protéger les forêts dans les pays affectés en premier et plus durement par le changement climatique.

Sara Svenson estime qu’il n’y a pas, pour elle, rien de plus important qu’elle peut faire pour donner sa vie que d’une action personnelle forte aidant à la résolution  du problème de changement climatique afin d’assurer la survie de l’humanité entière.

Cette expérience a ouvert ses yeux et lui a donné une meilleure compréhension de la vie quotidienne des personnes les moins privilégiées dans le monde.

“Arrêter le changement climatique et créer un monde juste et durable requiert un engagement total de tout un chacun. Cela peut paraitre impossible, tout comme il m’avait paru impossible de ne pas s’alimenter pendant un mois. Il ne l’est pas”, insiste-t-elle.

Dans son rêve à elle, Svenson voit un mode de vie planétaire avec assez de ressources pour tout le monde. Mais cela requiert un changement total dans notre société et un mode de vie totalement différent.

Dans un avenir durable, estime-t-elle, les gens auront plus de temps pour la famille et la communauté. “Au lieu du matérialisme, nous allons créer plus d’espace pour les activités telles que la danse, le sport et aussi des moments de loisirs dans la nature”, souligne-t-elle.

Daniel Lau, 30 ans, de nationalité australienne, se voit déjà vieux.

“Je suis déjà très lent et les gens qui sont dans les négociations sont plus vieux que moi et donc plus lents. Mais il n’est pas trop tard”, insiste-t-il.

Anna Keenan, âgée de 23 ans et également australienne, dit craindre que si les gouvernements ne négocient pas un accord juste, ambitieux et obligatoire, “les populations les plus vulnérables de la planète et nos enfants, vont souffrir des conséquences catastrophiques découlant d’un problème qu’ils n’ont pas crées.”

Un résultat négatif à la fin de cette conférence, insiste-elle, sera un pas en avant vers le désastre. Elle implore, donc, tout le monde – des gouvernements aux familles – à s’engager  examiner et à résoudre les causes principales de cette crise climatique que sont notre dépendance sur les énergies  fossiles, la surconsommation et un paradigme de développement qui voit en l’excès une valeur et récompense l’abus des gens et de la planète.

Ces jeunes grévistes savent très bien ce qu’il faut faire pour résoudre le problème du changement climatique. Les prochaines deux semaines représentent, selon eux, “la meilleure opportunité que nous ayons eu pour réussir.”

Entre-temps, ils vont poursuivre leur grève jusqu’à la fin  de ce Sommet.

Comments are closed.


 

 

 

 

Photos from our Flickr stream

See all photos

With the support of

 

 
 

View Posts by Date

October 2014
M T W T F S S
« Dec    
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  

  

 

Arabic