Home » Afrique, Developpement, Headlines, Politique, Reportage d'Afrique, Santé »

AFRIQUE: Des armes russes et chinoises attisent le conflit au Soudan, selon Amnesty

    By Thalif Deen

    NATIONS UNIES, 16 fév (IPS) – La Russie et la Chine, deux membres permanents du Conseil de sécurité, ayant un droit de veto, présentés comme fournisseurs clé d’armes au régime en difficulté en Syrie, sont maintenant accusées d’en fournir et d’attiser le conflit en cours dans un autre point chaud militaire: le Soudan.

    Dans un rapport publié le 9 février, 'Amnesty International' (AI), basée à Londres, a déclaré que les ventes d’armes effectuées par la Chine et la Russie, y compris des munitions, des hélicoptères armés, des avions d’assaut, des roquettes air-sol et des véhicules blindés, ont entraîné de graves violations des droits humains au Darfour, au Soudan.

    AI a indiqué que des armes fournies au gouvernement du Soudan sont utilisées au Darfour directement tant par les 'Sudan Armed Forces' (Forces armées du Soudan – SAF) que par la milice soutenue par le gouvernement, y compris la 'Popular Defence Force' (Force de défense populaire – PDF).

    La PDF, officiellement commandée et équipée par les SAF, opère à leurs côtés, y compris le fait d’être déployée sur des véhicules des SAF, tandis que des munitions pour de petites armes, fabriquées en Chine, sont utilisées au Darfour par les SAF, d’autres agences soudanaises de sécurité et des milices soutenues par les SAF.

    "Ces transferts d’armes soulignent le besoin pressant de renforcer l’embargo existant et inefficace de l’ONU sur les armes et pour les gouvernements de s’accorder sur un Traité sur le commerce des armes (qui est actuellement en cours de négociation)", indique le rapport.Interrogé sur ces ventes d’armes, Pieter Wezeman, un chercheur principal au Programme sur les transferts d’armes du 'Stockholm International Peace Research Institute' (Institut international de recherche sur la paix de Stockholm – SIPRI), a déclaré à IPS que les conclusions d'AI sont totalement en ligne avec celles des rapports des panels d’experts de l’ONU qui ont enquêté sur la circulation d’armes au Darfour, et qui ont décrit les armes utilisées dans la région.

    Confirmant que la Russie et la Chine sont actuellement les plus grands fournisseurs d’armes au Soudan, il a affirmé que dans le cas de la Russie, cela est vérifié à travers les dépositions russes dans le registre annuel de l’ONU sur les armes conventionnelles.De même, la Biélorussie a rapporté elle-même avoir fourni un avion de combat Su-25 au Soudan.Toutefois, a-t-il souligné, deux pays connus avoir fourni des armes au Soudan ces dernières années manquent dans le rapport d'AI: l’Iran et l’Ukraine.L’Ukraine a indiqué dans le registre de l’ONU qu’elle a exporté 90 blindés au Soudan en 2010. La Russie et l’Ukraine ont également fourni du matériel militaire au Soudan du Sud, a-t-il ajouté.

    AI a déclaré qu’environ 70.000 personnes ont été déplacées de l’est du Darfour en 2011 dans une vague d’attaques ethniquement dirigées contre la communauté Zaghawa par les forces et milices du gouvernement soudanais."La Chine et la Russie vendent des armes au gouvernement du Soudan, sachant bien que bon nombre d’entre elles sont susceptibles de finir par être utilisées pour commettre des violations des droits humains au Darfour", a dit Brian Wood d’AI, présenté comme un expert interne de l’organisation pour des questions militaires et de maintien de l’ordre.Le conflit au Darfour est entretenu par la circulation constante d’armes provenant de l’extérieur.Afin d’aider à prévenir d’autres graves violations des droits humains, tous les transferts internationaux d’armes vers le Soudan devraient être immédiatement suspendus et l’embargo de l’ONU sur les armes élargi à tout le pays, a indiqué AI.Le Conseil de sécurité devrait examiner les sanctions existantes contre le Soudan cette semaine. Au même moment, les Etats membres reprendront également les discussions sur la proposition d’un Traité sur le commerce d’armes.

    Un traité efficace, a déclaré AI, obligerait les gouvernements à stopper les transferts au cas où il existe un grand risque que les armes seront utilisées pour commettre ou faciliter de graves violations des droits humains ou des crimes de guerre.

    AI a affirmé que des munitions fabriquées en 2010 portant des codes de fabrication chinois ont été également trouvées au Sud-Kordofan en 2011.Dans les combats menés en 2011 dans l’est du Darfour, il y avait une forme répétée d’attaques aériennes tant sur des cibles militaires que civiles au moyens de l’avion d’attaque au sol 'Sukhoi-25', des hélicoptères armés Mi-24, et de l’avion de transport Antonov des SAF, utilisés comme bombardiers rudimentaires mais efficaces.AI a également découvert que le Soudan a reçu 36 nouveaux hélicoptères armés Mi-24 entre 2007 et 2009.Le remplacement continu des Mi-24 par la Fédération russe fait qu’il est possible que les attaques se poursuivent au Darfour, a ajouté AI.Wezeman du SIPRI a indiqué à IPS que le Soudan a été "l’un des conflits les plus horribles et les plus affreux en Afrique dans la dernière décennie".Dans le cas du Soudan, un embargo efficace et opportun sur les armes aurait contribué à écourter le conflit ou aurait pu sauver des vies.

    Ce n’est pas le seul conflit dans la région pour lequel des contraintes de fourniture d’armes peuvent jouer un rôle important, a-t-il ajouté.Comme il a été décrit dans le récent rapport du SIPRI sur la question, intitulé "Des armes circulent vers l’Afrique subsaharienne", un défi clé pour un contrôle adéquat des armements est de comprendre les fournitures d’armes qui provoquent, prolongent ou aggravent des conflits violents et celles qui contribuent à la sécurité et la stabilité, a souligné Wezeman.

    comment closed

    Tag Cloud

    Africa Centrale Asia/Pacifico Culture, Religion, Sport East Africa Education Energy Global Affairs Orient Peace and conflict Population, Refugies Science, Technologie Southern Africa Spécial Culture,Religion et Genre Travail West Africa