Home » Afrique, Developpement, Droits de L'Homme, Headlines, Politique, Reportage d'Afrique »

AFRIQUE DU SUD: Des excréments humains pour la sécurité alimentaire

    By Yuven Gounden

    PRETORIA, 12 juil (IPS) – Alors que l'Afrique du Sud a du mal à réduire son retard dans l'assainissement, les scientifiques semblent avoir trouvé un moyen de diminuer cette accumulation tout en combattant simultanément l'insécurité alimentaire du pays. La solution: l’utilisation en toute sécurité des excréments humains comme engrais.

    Bien que près de 11 millions de Sud-Africains bénéficient d’un assainissement de base depuis 1994, plus de 13,3 millions de personnes n'avaient pas encore accédé aux services d'assainissement de base jusqu'en 2008, selon le Conseil pour la recherche scientifique et industrielle du pays.Mais en plus de cela, les latrines à fosse d'Afrique du Sud se remplissent plus vite que leur temps prévu à leur conception, selon la Commission de recherche sur l’eau (WRC)."Seulement un tiers des municipalités ont un budget pour maintenir en place l'assainissement. Si les fosses se remplissent, tout le dur travail qui a été fait pour corriger le retard dans l'assainissement sera vain. Pourquoi ne pas utiliser les boues de matières fécales (FS) pour aborder le problème croissant de l'insécurité alimentaire en plantant des arbres fruitiers? Ou utiliser les vidanges pour cultiver des arbres pour le combustible ou la production de papier?", a demandé David Still, un chercheur à la WRC.

    Le résultat était la création du projet intitulé: "Que se passe-t-il lorsque les latrines à fosse sont remplies"."C’est clair que dans notre pays, l'utilisation de camions-citernes de vidange n'est pas toujours une solution en raison de problèmes d'accès, et aussi à cause des objets étrangers trouvés dans les latrines à fosse", a-t-il indiqué.Les excréments humains ou les FS renferment de précieux éléments nutritifs comme l'azote, des phosphates et le potassium, et une personne moyenne en excrète assez par an pour fertiliser 300 à 400 mètres carrés de cultures.Cependant, l’utilisation des FS comme engrais peut être dangereuse en raison des agents pathogènes qu'elles contiennent, en particulier si elles sont utilisées pour être répandues à la surface et là où des cultures comestibles sont produites. Il y a aussi le risque que les SF pourraient contaminer les eaux souterraines."Nous avons examiné la possibilité d'exploiter la valeur nutritive des vidanges tout en maîtrisant le danger que posent les agents pathogènes jusqu'à ce qu'ils meurent", a expliqué Still.Afin de trouver un moyen pour contenir les agents pathogènes dans les FS, une recherche a été menée sur deux sites pilotes, l'un à Umlazi et l'autre à Karkloof, dans le KwaZulu-Natal, en Afrique du Sud. La municipalité locale et l'Industrie du papier d’Afrique du Sud (SAPPI) possèdent respectivement les sites utilisés.Still et son équipe ont découvert qu’en enfouissant les FS dans des fosses et en plantant là-dessus, les agents pathogènes étaient maîtrisés et morts finalement.Des tranchées d'environ 0,75 mètre de profondeur ont été creusées et partiellement remplies de FS de volumes variables. Deux sites de contrôle, où aucune FS n’a été ajoutée, ont été également surveillés. Les arbres dans la zone ont été suivis pour leur croissance et leur volume, ceux plantés au-dessus des FS ont affiché une croissance et un volume importants, "jusqu’à 80 pour cent".Afin de vérifier la présence d'agents pathogènes des FS, les chercheurs ont recherché les œufs du gros ascaris, un parasite résistant. Si ces œufs étaient trouvés, cela signifierait que les FS contenaient encore des agents pathogènes et étaient nuisibles."L'analyse des boues extraites à intervalles réguliers a indiqué qu'aucun ascaris ne pouvait y être trouvé après une période de 30 mois suivant l'enfouissement dans le sol", a affirmé Still.Sfundo Nkomo, un ingénieur à 'Partners in Development' (Partenaires dans le développement), a analysé les microbes sur le site d’Umlazi."L’on doit surveiller la situation en raison des risques encourus. Il est clair que la technologie marche et que les plantes ont de belles feuilles vert foncé. Sur les neuf rangées d'arbres plantés, ceux qui ont été traités à la boue étaient plus gros et mieux développés".Les eaux souterraines près des sites d’enfouissement ont été également examinées pour déterminer si les vidanges ont affecté la qualité de l'eau. Sur le site d’Umlazi, qui est plat et sablonneux avec des sols profonds, aucun impact n'a été observé. Cependant, sur le site situé près de Karkloof, qui est en pente avec des sols peu profonds, une légère augmentation des concentrations de nitrates dans les eaux souterraines, immédiatement après la pluie, a été observée.Cela a montré aux chercheurs que les sites sélectionnés pour l’enfouissement par rangée profonde devraient être idéalement plats et avoir des sols profonds.La maison de Lindiwe Khoza à Umlazi a été sélectionnée comme site d'essai. Les vidanges ont été enfouies dans le sol ici et des arbres d'agrumes et de pêche ont été plantés là-dessus."Le fruit grandit beaucoup plus vite et il semble être plus savoureux et plus juteux que celui acheté dans les supermarchés. Nous jouissons maintenant des fruits provenant de notre jardin", a déclaré à IPS, Khoza ravie, par le biais d'un interprète.

    Le chef du programme de gestion des terres à 'Sappi Forests', Giovanni Sale, a dit qu'ils avaient également noté une augmentation marquée de la croissance des arbres dans les zones où l’enfouissement par rangée profonde a été utilisé."Cependant, cette amélioration de la croissance des arbres ne compense pas malheureusement la préparation des sites très élevés. Les coûts de préparation des terres dépassaient de 30 fois les pratiques forestières conventionnelles. Par conséquent, l'économie seule ne fait pas de cela une pratique commerciale viable à l'heure actuelle", a indiqué Sale.

    comment closed

    Tag Cloud

    Africa Centrale Asia/Pacifico Culture, Religion, Sport East Africa Education Energy Global Affairs Orient Peace and conflict Population, Refugies Science, Technologie Southern Africa Spécial Culture,Religion et Genre Travail West Africa