Home » Amerique Latine, Developpement, Economie et Travail, Environnement, Headlines, Reportage d'Afrique »

AFRIQUE: Les paysans réclament leurs terres à la multinationale Bolloré

    By Fulgence Zamblé

    ABIDJAN, 17 juin (IPS) – La multinationale française Bolloré s’est accordé jusqu’au 30 juin pour donner suite aux revendications des paysans riverains de ses plantations, qui manifestent dans plusieurs pays africains contre l’expansion des activités du groupe sur leurs terres.

    "A la suite de la manifestation des paysans riverains du 5 juin, dans leurs pays respectifs et devant le siège de Bolloré à Paris, Vincent Bolloré, le président-directeur-général du groupe, a commis deux de ses représentants avec lesquels nous avons eu un entretien", a déclaré Eloïse Maulet, coordinatrice du Réseaux pour l’action collective transnationale (ReAct).

    Contacté au téléphone vendredi par IPS à Paris, depuis Abidjan, la capitale économique ivoirienne, Maulet a ajouté que la multinationale a proposé la date du 30 juin pour apporter une réponse aux préoccupations des paysans riverains des plantations de Bolloré, et ceux-ci ont accepté.

    ReAct est une association panafricaine à but non lucratif, basée à Paris. Elle appuie les actions des riverains de Bolloré en Côte d’Ivoire, au Liberia, en Sierra-Leone et au Cameroun dans leur lutte commune contre la multinationale.

    En attendant le rendez-vous du 30 juin, la mobilisation ne faiblit pas sur le terrain. "Aussi longtemps que cela durera, nous continuerons de manifester contre les multinationales qui accaparent nos terres, afin qu’elles nous les restituent", ont réaffirmé, le 12 juin, les riverains de la Société des caoutchoucs de Grand-Béréby (SoGB), dans le sud-ouest de la Côte d’Ivoire. Le groupe Bolloré détient la majorité du capital de cette entreprise.

    Près de deux semaines après l’interruption, le 5 juin, par des éléments de l’armée ivoirienne, d’une marche vers l’usine centrale et les bureaux de la direction de l’entreprise d’exploitation de caoutchouc, les riverains de la SoGB se montrent déterminés à faire reculer la multinationale et obtenir gain de cause.

    "Nous demandons que nos terres soient libérées. Depuis quelques années, les plantations d’hévéas s’agrandissent et menacent l’existence de nos villages. Encore que l’entreprise ne tient pas ses engagements de contribuer au développement des villages", a déploré Julien Nemlin, porte-parole des riverains.

    Selon Nemlin, le principe d'un développement intégré gagnant-gagnant a été mis à mal par les pratiques dominantes de la SoGB; l’accaparement aveugle des terres ne laisse aux riverains aucun espace vital pour faire des cultures vivrières.

    A Grand-Béréby, la SoGB dispose de 34.000 hectares d’hévéas, selon les riverains. Le 2 avril 2013, la Bourse régionale des valeurs mobilières d’Abidjan, publiant les états financiers provisoires de l’entreprise cotée en bourse, a annoncé un résultat net de 15 milliards francs CFA (environ 30 millions de dollars). Ce résultat accuse une baisse de moitié par rapport à l’exercice 2011, chiffré à 30 milliards FCFA (60 millions de dollars).

    "Quand on réalise de tels chiffres à la fin de son exercice, le minimum est de pouvoir redistribuer une partie des dividendes avec les riverains dont les terres sont occupées, ou alors leur offrir les moyens de développer leurs cultures vivrières qui assurent leur survie", suggère Martinien Gadou, un économiste basé à Abidjan.

    "Il ne faut pas, chaque fois, léser les fermiers et autres riverains. On a l’impression que les multinationales font des promesses pour juste obtenir les terres pour leurs activités. Et une fois installées, elles ignorent leurs engagements élémentaires", déclare Gadou à IPS.

    Le mouvement de révolte des riverains de la SoGB s’inscrit dans une action commune avec leurs homologues libériens, sierra-léonais et camerounais confrontés aux mêmes défis.

    Au Liberia, selon Alexander Bonard, porte-parole des riverains de la 'Salala Rubber Corporation' (SRC), plusieurs centaines de villageois libériens avaient occupé, le 5 juin, les plantations d’hévéas de l’entreprise, dans le centre du pays. La SRC, affiliée à Bolloré, exploite 8.500 hectares d’hévéas, indique Bonard.

    Dans une lettre commune adressée au groupe Bolloré, les manifestants des différents pays revendiquent la protection de l’espace vital des villages riverains des plantations, des compensations aux riverains pour leurs terres perdues, notamment le financement de services sociaux et l’appui au développement des plantations villageoises.

    "Bolloré doit entendre les demandes légitimes des paysans riverains dans les pays d'Afrique où son groupe réalise des bénéfices confortables", souligne, sur le site Internet du réseau ReAct, David Ngangang, membre de la délégation de l’association, qui portait la lettre des revendications communes au siège du groupe Bolloré en France.

    comment closed

    Tag Cloud

    Africa Centrale Asia/Pacifico Culture, Religion, Sport East Africa Education Energy Global Affairs Orient Peace and conflict Population, Refugies Science, Technologie Southern Africa Spécial Culture,Religion et Genre Travail West Africa