Home » Afrique, Developpement, Droits de L'Homme, Environnement, Headlines, Politique, Reportage d'Afrique, Santé »

AFRIQUE: Produire plus et acheter moins

    By Blain Biset

    ADDIS-ABEBA, 11 oct (IPS) – L'Afrique peut assurer la sécurité alimentaire en produisant du blé. Une nouvelle étude présentée à Addis-Abeba, en Ethiopie, cette semaine, montre que le continent a le potentiel d'être auto-suffisant.

    La demande pour le blé augmente plus rapidement que pour n’importe quelle autre culture, selon les statistiques du Centre international d’amélioration du maïs et du blé (CIMMYT). Les chercheurs examinent la possibilité de faire de l'Afrique un grand producteur de blé, puisque le continent est le plus grand importateur de blé dans le monde. Il est prévu que cette année, l'Afrique dépensera 12 milliards de dollars sur l'importation de 40 millions de tonnes de blé.

    Les chercheurs à la Conférence sur le blé pour la sécurité alimentaire du CIMMYT, qui se déroule à Addis-Abeba du 8 au 12 octobre, estiment qu’une augmentation de la production sur le continent et la baisse des importations assureront finalement la sécurité alimentaire pour l'Afrique subsaharienne.

    Les fermiers dans les communautés qui dépendent de l'agriculture pluviale ont, en particulier, le potentiel d'accroître la production de blé. Cela pourrait contribuer à assurer la sécurité alimentaire, puisque moins d'argent sera dépensé sur l'importation de denrées alimentaires.

    Un rapport publié à la conférence s’est focalisé sur 12 pays du continent africain où le blé est traditionnellement produit. L'étude a été réalisée en Angola, au Burundi, en République démocratique du Congo, en Ethiopie, au Kenya, à Madagascar, au Mozambique, au Rwanda, en Tanzanie, en Ouganda, en Zambie et au Zimbabwe.

    Ces pays reçoivent suffisamment de précipitations naturelles pour les rendements nécessaires pour devenir auto-suffisants. L'étude a montré que 20 à 100 pour cent des terres agricoles dans ces pays sont adaptées à une culture rentable du blé.

    Nicole Mason, maître-assistante du développement international au Département d'économie agricole, alimentaire et des ressources à 'Michigan State University' et un intervenant principal lors de la conférence, a déclaré à IPS qu'il existe plusieurs facteurs qui font monter la demande pour le blé.

    Le blé, principalement sous la forme de pain, pâtes alimentaires et de céréales, est la deuxième culture de base dans le monde en développement. Il est aussi une source principale de protéines dans la plupart des pays du tiers-monde. Bien que le maïs occupe actuellement la première place, la demande pour le blé augmente rapidement en Afrique subsaharienne.

    "Nous constatons essentiellement qu’une amélioration de la capacité à acheter des produits de blé, la croissance démographique et l'augmentation des revenus sont des facteurs clés. Les consommateurs urbains ont tendance à dépenser plus sur le blé que ceux des zones rurales, alors une urbanisation rapide en Afrique pourrait être un autre facteur clé".

    Le changement de mode de vie des femmes africaines a également eu un impact significatif sur la demande de blé, a ajouté Mason. "Comme les femmes travaillent plus hors de leur maison, elles ont moins de temps pour préparer la nourriture et elles cherchent des aliments de commodité qui sont plus rapides à préparer. Le pain et les pâtes sont des aliments de commodité clé".

    Puisque l'urbanisation est l'un des principaux facteurs qui expliquent cette demande croissante, des alternatives doivent être recherchées afin de faire face à une croissance attendue de la population urbaine de 300 pour cent en Afrique au cours des 40 prochaines années.

    Si les agriculteurs dans la région augmentaient leur production de 10 à 25 pour cent, ce serait économiquement rentable, selon les chercheurs du CIMMYT.

    Hans-Joachim Braun, directeur du Programme mondial de blé au CIMMYT, a indiqué à IPS que l'Afrique est le plus grand importateur de blé dans le monde et qu'elle a le potentiel de produire ce qu'elle consomme.

    "L'Afrique est très favorable pour la production de beaucoup de cultures, mais ce qui manque ce sont l'eau et les engrais", a-t-il dit.

    Des investissements dans les semences et la technologie sont nécessaires pour transformer l'Afrique en un producteur auto-suffisant de blé. Il a expliqué que si l'eau, y compris des barrages pour l'irrigation, ainsi que des engrais étaient fournis, l'Afrique pourrait devenir un grenier du monde pour un certain nombre de cultures, en plus du blé.

    Mais d'autres changements sont nécessaires si l'Afrique veut toujours atteindre cet objectif. Les tarifs douaniers sur les importations créent des difficultés dans le secteur agricole. Beaucoup de problèmes auxquels le secteur est confronté pour devenir un grand producteur de blé se rapportent aux politiques du secteur lui-même, a affirmé Braun. "Ces questions doivent être changées et elles ont beaucoup affaire avec la politique. Parce que les rendements sont extrêmement faibles en Afrique, de même que pour d'autres cultures".

    Beaucoup de pays africains produisaient du blé sur une échelle plus grande jusqu’aux années 1980. A cause des tonnes d'aide alimentaire qui ont été offertes au cours de cette période, les prix internationaux ont fortement baissé.

    Les petits fermiers dans la plupart des pays d’Afrique subsaharienne font la majorité de la production agricole. Braun a souligné que ces agriculteurs ont souvent besoin de meilleures variétés et d'accès aux semences pour rendre la production de blé véritablement viable.

    Mais il a ajouté que ce n'est que la partie technique, alors que la composante des infrastructures est tout aussi importante: "Il faut également s’assurer que le blé peut être traité et parvenir aux consommateurs finaux également".

    comment closed

    Tag Cloud

    Africa Centrale Asia/Pacifico Culture, Religion, Sport East Africa Education Energy Global Affairs Orient Peace and conflict Population, Refugies Science, Technologie Southern Africa Spécial Culture,Religion et Genre Travail West Africa