Home » Afrique, Developpement, Droits de L'Homme, Economie et Travail, Headlines, Reportage d'Afrique »

ANTIGUA: La pêche apporte à la fois des revenus et la destruction écologique

    By Desmond Brown

    ST-JOHN'S, Antigua, 13 juin (IPS) – Eli Fuller est un antiguais de troisième génération qui, depuis les deux dernières décennies, explore la côte d'Antigua-et-Barbuda. Mais il déplore le fait qu'il ne peut plus voir le corail dans la mer des Caraïbes.

    Pourtant, il se souvient du corail comme étant plutôt une jungle sous-marine, quand il était un jeune garçon, qui s'apparente à ce que vous verriez dans la forêt tropicale amazonienne. "Personne n'avait jamais imaginé – je ne le pensais pas – que les coraux seraient morts de mon vivant", a déclaré à IPS, Fuller, un écologiste marin."Quand j'étais un enfant, aucun voilier ne naviguait jamais à travers certaines zones, mais de nos jours, des yachts passent par tous ces canaux parce que le récif est…mort, a disparu. Ils sont brisés".Les scientifiques affirment que des mers plus chaudes et une saison record des ouragans en 2005 ont dévasté plus de la moitié des récifs coralliens dans les Caraïbes. L’Union mondiale de conservation des espèces (WCU) a averti dans un rapport que ces graves dommages aux récifs deviendraient probablement un événement régulier, étant donné les prévisions sur la hausse des températures du fait des changements climatiques.Fuller a indiqué que les pays des Caraïbes pourraient faire plusieurs choses pour aider les récifs coralliens endommagés à rajeunir, y compris la désignation de certains endroits comme des zones marines protégées.Une aire protégée est une région spécifique de terre ou d'eau légalement protégée contre des activités humaines particulières en raison de sa valeur écologique, archéologique ou autre. Une zone marine protégée peut être ainsi déclarée, par exemple, pour sauvegarder ses stocks de poissons, récifs, épaves, sanctuaires de reproduction…Au Belize, les zones marines protégées où la pêche a été interdite ont rajeuni beaucoup plus rapidement que les récifs non protégés en Jamaïque après avoir subi les dégâts d’ouragans similaires, a souligné Fuller.Quand un corail est endommagé, des algues y poussent naturellement, a-t-il expliqué. Puis, des poissons-perroquets et autres poissons herbivores, comme le tang bleu, mangent les algues.Dans les aires marines protégées du Belize, "il y a des millions de poissons-perroquets. Les ouragans sont venus détruire les coraux, des algues ont poussé et les poissons les ont simplement toutes mangées et lentement le corail commence à repousser".Des aires protégées, seulement de nom

    Fuller a indiqué que bien que techniquement, il existe des aires marines protégées prévues par la Loi sur la pêche à Antigua-et-Barbuda, dans la réalité, il n'y a aucune protection réelle.En conséquence, "vous avez la surpêche à grande échelle des espèces clé… importantes pour garder les récifs en bonne santé", a-t-il dit. Une interdiction de la chasse des poissons-perroquets et du tang bleu aiderait les coraux à récupérer beaucoup plus rapidement des ouragans. Mais comme l’a souligné Fuller, les poissons-perroquets sont faciles à abattre avec un fusil à harpon, "et beaucoup de gens du coin aiment les poissons-perroquets"."S'il y a un seul poisson à Antigua que je dirais que vous devez protéger, c'est le poisson-perroquet, mais le département des pêches l'exporte", a ajouté Fuller.En dehors de Belize, d'autres exemples d’aires marines protégées réussies, réparties en zones, existent dans les Caraïbes.Le 'Tobago Cays Marine Park' de 6.600 hectares, à Saint-Vincent et dans les Grenadines, est divisé en neuf zones différentes, y compris des spécifications pour l'amarrage des navires de différentes tailles et pour les réserves de tortues et d'oiseaux marins. La zone protégée offre de gros avantages économiques à la population et constitue une partie précieuse de son paysage social, culturel et environnemental.La Zone de gestion marine de Soufrière, à Sainte-Lucie, qui englobe 11 kilomètres de côtes, est divisée en cinq parties. Des conflits entre les différents types d'usagers et une baisse des prises près de la côte ont conduit à la création de la réserve.Beaucoup de zones marines protégées, y compris Tobago Cays, interdisent la pêche, permettant ainsi à la vie maritime, dans la zone, de se développer et de se reproduire librement.Des études ont également montré que de telles zones sans pêche aident à "reconstituer" des stocks de poissons dans d'autres régions, avec un accroissement des tailles des prises de poissons et des poissons plus gros. Les zones sans pêche protègent aussi une autre vie maritime qui pourrait être par inadvertance prise dans les filets.L’énigme de la pêcheVince Best, un spécialiste de l'environnement et enseignant à l’Université de l’Etat d’Antigua, a indiqué à IPS que le blanchissement corallien fournit une preuve directe des effets des changements climatiques sur les écosystèmes des récifs. Des scientifiques spéculent que ce blanchissement corallien deviendra un événement annuel d'ici à environ 2020."Un autre effet néfaste des changements climatiques au niveau mondial", a noté Best, sera l'augmentation du dioxyde de carbone dans les océans, qui accroîtra l'acidité de l'eau de ces mers, "réduisant (par conséquent) la solubilité d’autres composés…dont les coraux ont besoin pour la reconstruction des récifs".A cette fin, a-t-il déclaré, les administrations à Antigua-et-Barbuda, ainsi que dans d'autres nations ayant cette unique source de vie, doivent faire davantage pour protéger leurs récifs coralliens."Bon nombre d’administrations dans les pays touchés se sont concentrées sur la croissance économique, principalement avec peu d’attention aux dégâts causés aux ressources mêmes qui favorisent ladite croissance économique", a indiqué Best.Par exemple, "dans les Caraïbes, nous dépendons fortement du tourisme comme le pilier de nos économies particulières, pourtant les récifs coralliens constituent l'une des nombreuses ressources qui attirent les touristes sur nos côtes".Et bien que les estimations réelles de la valeur économique directe des récifs coralliens à Antigua-et-Barbuda soient difficiles à obtenir, une recherche solide a estimé que les communautés situées dans les zones côtières, ainsi que les économies nationales dans la région des Caraïbes en général, sont susceptibles de souffrir d’importantes pertes de croissance économique si les tendances actuelles de dégradation et de destruction des récifs coralliens se poursuivent.

    comment closed

    Tag Cloud

    Africa Centrale Asia/Pacifico Culture, Religion, Sport East Africa Education Energy Global Affairs Orient Peace and conflict Population, Refugies Science, Technologie Southern Africa Spécial Culture,Religion et Genre Travail West Africa