Home » Afrique, Developpement, Droits de L'Homme, Headlines, Politique, Reportage d'Afrique »

CARAIBES: Examiner une approche financière pour combattre le changement climatique

    By Desmond Brown

    CASTRIES, St-Lucie, 12 juil (IPS) – Les Caraïbes ont la réputation peu enviable d’être l'une des régions les plus exposées aux catastrophes dans le monde, une situation exacerbée par le changement climatique et la vulnérabilité qui, selon les experts, pourraient avoir des conséquences économiques importantes s’ils ne sont pas abordés.

    Par conséquent, une stratégie globale visant à renforcer la résilience des Caraïbes devrait inclure l'adaptation aux effets contre les changements climatiques, a indiqué Warren Smith, président de la Banque de développement des Caraïbes (CDB, son sigle anglais), la principale institution de crédit de la région, basée à la Barbade.

    Qualifiant les Caraïbes de "région la plus vulnérable aux catastrophes naturelles au monde", Smith a déclaré: "une stratégie de croissance, dans le contexte de la réalité des Caraïbes, ne conviendra pas si elle n’aborde pas la résilience dans toutes ses manifestations".

    Les catastrophes naturelles "augmentent d’intensité et ont des effets néfastes sur la croissance économique de la région", a-t-il ajouté alors qu’il s’adressait aux gouverneurs de la banque récemment, citant un récent rapport du Fonds monétaire international (FMI) qui a constaté qu’au cours des 60 dernières années, les pays des Caraïbes ont été touchés par 187 catastrophes naturelles, principalement les cyclones et les inondations.

    Le rapport a estimé le coût économique annuel des dégâts causés par les catastrophes naturelles à un pour cent du produit intérieur brut – un frein important à la croissance économique et un facteur central dans l'accumulation des dettes.

    "Face à ces statistiques inquiétantes, le FMI a suggéré que les petits Etats insulaires en développement dans les Caraïbes soient vus comme des Etats de première ligne pour le financement des changements climatiques", a déclaré Smith.

    "Les perspectives de croissance pour nos pays les plus vulnérables seront améliorées si les ressources pour la résilience climatique peuvent être concentrées dans le cadre d'un programme d'ajustement plus global", a-t-il ajouté. "Les interventions d'adaptation au climat devraient être accélérées et ciblées sur les secteurs économiques les plus vulnérables, principalement le tourisme et l'agriculture".

    Le Premier ministre de Sainte-Lucie, Kenny Anthony, a indiqué à IPS que la CDB a montré un vif intérêt dans la fourniture de l'aide à la région sur la question des changements climatiques. Ensemble avec la Banque européenne d'investissement, la CDB développait des projets qui doivent être financés dans le cadre d’une Ligne de crédit pour une action contre le climat (CALC) estimée à 65 millions de dollars.

    "Cette ligne de crédit fournit une opportunité pour un financement à faible coût pour des projets visant à renforcer la résilience contre les changements climatiques", a-t-il décrit. "La région doit…saisir cette occasion et déployer tous les efforts afin d’utiliser ces ressources pour aider à faire face à la réduction des émissions de gaz à effet de serre, à la dégradation des sols et à la diminution des réserves d'eau", a-t-il déclaré à IPS.

    Les petits Etats des Caraïbes englobent Antigua-et-Barbuda, Bahamas, Barbade, Belize, Dominique, Grenade, Guyana, Saint-Kitts-et-Nevis, Sainte-Lucie, Saint-Vincent-et-les Grenadines, Suriname, et Trinité-et-Tobago.

    Six de ces pays figurent parmi les 10 premières nations les plus exposées aux catastrophes au monde en termes de désastres par superficie de terre ou par population. Le reste des Caraïbes n'est pas loin derrière, avec tous les pays figurant parmi les 50 premiers points chauds.

    La fréquence des catastrophes varie considérablement au sein des Caraïbes, la Jamaïque et les Bahamas ayant la plus forte probabilité d'être frappés par un ouragan dans n’importe quelle année donnée. Cependant, pour la plupart des autres pays, la probabilité d'un ouragan reste élevée, au-dessus de 10 pour cent par an.

    Le président de la CDB a déclaré qu’une "expérience amère" a appris à la région que même le programme d'ajustement budgétaire le plus soigneusement conçu peut être rapidement déraillé par un évènement climatique majeur, ajoutant qu’une couverture d'assurance adéquate pourrait être un moyen efficace pour transférer une partie de ce risque.

    Il a cité le Mécanisme d'assurance contre les risques de catastrophes dans les Caraïbes (CCRIF) comme "un excellent véhicule pour cette fin", mais a souligné que le défi est qu’un pays membre emprunteur de la CDB, connaissant un ajustement budgétaire aigu, serait peu susceptible de prendre une couverture assurance adéquate.

    "Le CCRIF estime que, sur la base des niveaux actuels d'assurance prise par Antigua-et-Barbuda, la Jamaïque et Saint-Kitts-et-Nevis, les paiements du CCRIF pour les ouragans Georges et Gilbert, auraient été simplement de l’ordre de un à deux pour cent des pertes nationales totales", a-t-il indiqué.

    "L'opinion qui prévaut dans des sections de la communauté des donateurs est que les pays en détresse budgétaire et de dette devraient mettre l’accent sur leurs réformes. Cette notion devrait être élargie pour inclure l’accent sur l’appui à la résilience aux changements climatiques", a-t-il ajouté.

    Smith a noté que le CCRIF est idéalement placé pour fournir deux formes pratiques d'un tel appui aux pays des Caraïbes, ajoutant que l'aide des donateurs pourrait être fournie à ces pays pour augmenter le niveau de leur couverture d'assurance contre les catastrophes à une hauteur plus acceptable.

    comment closed

    Tag Cloud

    Africa Centrale Asia/Pacifico Culture, Religion, Sport East Africa Education Energy Global Affairs Orient Peace and conflict Population, Refugies Science, Technologie Southern Africa Spécial Culture,Religion et Genre Travail West Africa