Home » Afrique, Developpement, Droits de L'Homme, Headlines, Politique, Reportage d'Afrique »

CARAIBES: Transformer les déchets en énergie

    By Desmond Brown

    GEORGETOWN, Guyana, 5 mai (IPS) – La brochure touristique montre des images de belles plages de sable blanc, de hauts cocotiers et de montagnes onduleuses. Bienvenue aux Caraïbes.

    Mais cette image change depuis ces dernières années puisque les pays des Caraïbes sont aux prises avec des millions de tonnes de déchets ménagers qui, parfois, marquent le paysage.Aujourd’hui, il y a une lueur d'espoir. Une entreprise de transformation des déchets en énergie, basée au Royaume-Uni, s’associe avec certains pays des Caraïbes pour installer des usines qui convertiront les déchets en électricité et en eau potable, et qui dans le processus transformeront la région par rapport à sa dépendance de combustibles fossiles."Les Caraïbes sont une région magnifique, mais ce que vous n’avez pas eu, c'est la terre ou les ressources", a déclaré à IPS, Tony Fiddy, le président de la Division de la transformation des déchets en énergie et vice-président régional pour l'Europe et l'Afrique de 'Naanovo Energy Inc.'."Si vous voulez mettre en place l'énergie solaire, vous avez besoin de grands champs solaires, si vous voulez utiliser le vent, vous avez besoin de grands champs éoliens. Mais qu’avez-vous (maintenant)? Vous disposez de déchets".Naanvovo brûle les déchets dans une usine d'incinération pour produire sept mégawatts d’énergie et 36.000 litres d'eau potable à partir de 180 tonnes de déchets.L’entreprise indique qu’avec des équipements anti-pollution modernes, les émissions des usines sont pratiquement inexistantes, ne représentant pas ou peu de risque pour l'environnement ou la santé et la sécurité des personnes vivant près de l'usine.Les avantages à investir dans l'énergie verte ont été mis en évidence lors du tout premier Forum d'investissement vert au cours d'une Conférence des Caraïbes sur le développement du tourisme durable, qui a pris fin ici le 18 avril.L’Organisation du tourisme des Caraïbes (CTO), basée à la Barbade, qui tient cette conférence tous les ans, s’est associée avec 'Invest Caribbean Now', une marque fondée par Felicia Persaud, la directrice générale, née à Guyana, d'une entreprise de presse numérique basée à New York, pour présenter le forum vert inaugural.Persaud a exhorté les délégués à examiner les perspectives économiques de l'énergie verte et des énergies renouvelables ainsi que le potentiel de la région."Guyana et les Caraïbes disposent d’une abondance de soleil, de vent, d'eau et d’autres ressources naturelles", a-t-elle dit, ajoutant: "Soyons très clairs qu'investir dans l'énergie propre n'est pas juste une entreprise respectueuse de l'environnement, mais une bonne affaire parce qu’aucune région n’offre des perspectives à long terme de croissance pour les énergies renouvelables que les Caraïbes".Le Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE) a indiqué l'année dernière que les investisseurs ont injecté 211 milliards de dollars dans les énergies renouvelables au niveau mondial, avec 72 milliards de dollars investis dans les pays en développement.Alors que l’Amérique du sud et du centre a obtenu 13,1 milliards de ce montant, les Caraïbes n'ont même pas reçu un centime."C’est donc un défi pour la région des Caraïbes de se positionner pour profiter de ce nouveau secteur de façon durable et en toute transparence. Nos dirigeants doivent commencer à être inventifs et à ne pas avoir peur d'aller au-delà des secteurs traditionnels – par exemple passer d’une industrie du sucre en voie de disparition à l'éthanol", a indiqué Persaud."Nous devons investir dans ce secteur pour créer de nouveaux emplois et limiter notre dépendance des prix de pétrole qui fluctuent, et développer nos économies comme nos voisins d’Amérique du sud et marquer vraiment cette génération".Naanvovo a investi 50 millions de dollars à Saint-Kitts pour construire une usine de sept mégawatts et est également en discussions avec la Jamaïque et Sainte-Lucie afin de développer des projets similaires dans ces pays.Ces projets, qui sont créés dans le cadre de ce qu'on appelle un accord BOOT (Construire, posséder, opérer et transférer), seraient transférés aux gouvernements respectifs après 25 ans.Fiddy a dit que Saint-Kitts, avec près de 50.000 habitants, dispose actuellement de 130 tonnes de déchets. Dans le cadre de ce projet, qui attend maintenant l'approbation finale du gouvernement de Denzil Douglas, le site d'enfouissement actuel sera fermé et les déchets convertis en énergie dans cinq ans."Nous avons fait notre présentation au gouvernement, nous avons fait un lobbying auprès des gens, et parce que Saint-Kitts n'a pas des gens sur place pour prouver la technologie, ils ont utilisé l'Organisation des Etats américains qui a approuvé le projet, et notre directeur général là-bas attend une réunion avec le Premier ministre pour lui donner le feu vert", a affirmé Fiddy."Sainte-Lucie a 80.000 habitants, alors cela me dit qu'il y a assez de déchets pour y générer 14, peut-être 21 mégawatts. La Jamaïque compte 2,8 millions d’habitants et nous leur parlons de l’installation d’une usine de 21 mégawatts".Fiddy a déclaré que les Caraïbes et le monde perdent de l'énergie tous les jours, avec des combustibles fossiles qui s’assèchent et aggravent les changements climatiques, et il croit fermement que la conversion des déchets en énergie est la voie à suivre.Il a indiqué que les Caraïbes représentent un énorme potentiel pour des projets d'énergie renouvelable, principalement en raison des conditions climatiques idéales pour l'énergie solaire, éolienne et la production de l'énergie de biomasse."Ce que nous avons fait dans notre organisation, nous avons développé une technologie grâce à laquelle nous prenons ce que vous mettez dans votre poubelle que nous transformons en énergie", a-t-il ajouté.

    comment closed

    Tag Cloud

    Africa Centrale Asia/Pacifico Culture, Religion, Sport East Africa Education Energy Global Affairs Orient Peace and conflict Population, Refugies Science, Technologie Southern Africa Spécial Culture,Religion et Genre Travail West Africa