Home » Afrique, Developpement, Droits de L'Homme, Economie et Travail, Headlines, Politique, Reportage d'Afrique »

CHANGEMENT CLIMATIQUE: Des villes du Mexique ne sont pas prêtes

    By Emilio Godoy

    PROGRESO, Mexique, 19 août (IPS) – Les villes de la côte caribéenne du Mexique sont en retard dans la conception et la mise en œuvre des plans pour faire face aux défis du changement climatique, en dépit de l'urgence de ces mesures pour réduire la vulnérabilité.

    La Loi générale 2012 du pays sur les changements climatiques exige que les gouvernements nationaux et municipaux mettent en œuvre des programmes abordant des questions telles que les inventaires du gaz à effet de serre ainsi que des politiques d'adaptation et d'atténuation.

    IPS a visité 37 municipalités côtières dans les Etats du sud-est de Tabasco, Campeche, Yucatán et Quintana Roo, et a constaté que seulement six avaient des programmes spécifiques, 10 étaient en train d’en créer, et les autres ont déclaré qu'elles n’étaient pas au courant de l'exigence.

    "Les municipalités attendent que le gouvernement fédéral agisse, parce qu'elles sont complètement dépassées", a indiqué Lourdes Rodríguez, la fondatrice de 'Marea Azul', une ONG qui travaille depuis 1992 pour protéger l'écosystème de la lagune de Términos, une partie du plus grand bassin fluvial du pays, à Campeche. "Elles font très peu d’effort; c'est tout simplement de la comédie", a-t-elle déclaré à IPS.

    "Les pires problèmes sont sur la côte, où il y a l'érosion. Il existe un problème démographique très grave, parce que beaucoup de gens viennent travailler dans l'industrie pétrolière, et ils envahissent les mangroves pour y construire des maisons et utiliser seulement n’importe quel matériau pour faire le remplissage", a souligné cette activiste.

    "Les compagnies pétrolières s'installent dans les mangroves", a-t-elle indiqué.

    La lagune de Términos, 705.016 hectares de superficie, a été déclarée une zone de protection de la flore et de la faune en 1994. Elle abrite au moins 300 espèces animales et végétales, y compris des mangroves rouges et blanches, des lamantins, des tortues et des tapirs.

    Ciudad del Carmen, une ville de 221.000 habitants située à 925 kilomètres au sud-est de la capitale mexicaine, est un exemple de lutte acharnée que les changements climatiques constituent pour les municipalités. Commencez avec l'industrie pétrolière, ajoutez un peu de tourisme et la déforestation, mélangez les déchets liquides et solides, et vous avez un mélange environnemental peu durable qui favorise les changements climatiques.

    La côte caribéenne du Mexique est exposée aux ouragans et tempêtes de plus en plus destructeurs et à la menace de la montée des niveaux de la mer, qui peut inonder de vastes zones, selon des experts. La biodiversité est également menacée par l'industrie du tourisme, la déforestation, l'élevage intensif et les activités de l'industrie pétrolière.

    La 'U.

    S. National Oceanic and Atmospheric Administration' (Administration nationale américaine des océans et de l’atmosphère – NOAA) prévoit entre 13 et 20 tempêtes tropicales dans la région atlantique des ouragans pour la saison qui a commencé en juin, dont entre sept et 11 pourraient devenir des ouragans.

    "C'est un défi majeur", a déclaré Itzel Alcérreca, la coordinatrice du plan municipal d'action contre le climat, PACMUN, qui est chargé de la préparation des administrations municipales à élaborer des politiques sur les changements climatiques. "Mais nous cherchons à renforcer les capacités locales et le niveau local est un excellent champ d'action, parce qu’il peut y avoir des résultats et retombées à court terme", a-t-elle expliqué à IPS.

    Le PACMUN a été lancé en 2011 avec des programmes pilotes dans neuf municipalités, et couvre maintenant 253. Trente gouvernements locaux ont déjà élaboré leurs plans sur le climat, 30 autres devraient achever les leurs cette année.

    Le plan est promu par le Conseil international pour les initiatives écologiques locales (ICLEI), les Gouvernements locaux pour la durabilité, l'Institut national d'écologie et du changement climatique (INECC) et l'ambassade britannique au Mexique.

    L’INECC annonce que 1.300 sur plus de 2.500 municipalités du pays sont particulièrement vulnérables aux changements climatiques, avec 27 millions de personnes exposées, sur une population totale de 117 millions d'habitants.

    Le PACMUN a identifié des problèmes tels que la croissance démographique disproportionnée, une planification inadéquate, l'urbanisation, les changements de l’utilisation des terres pour le logement ou l'élevage de bétail, et le manque d'infrastructures de base, comme l'assainissement.

    Les secteurs les plus sensibles sont le tourisme, la santé, l'agriculture, la biodiversité, les établissements humains et l'énergie, selon le PACMUN.

    Malgré cela, les Etats de Quintana Roo, Yucatán et de Campeche ont à peine commencé à travailler sur leurs plans relatifs aux changements climatiques, bien que Tabasco soit prêt.

    Ces quatre Etats émettent plus de 100 millions de tonnes de dioxyde de carbone, sur les 748 millions de tonnes produites dans le pays, selon le ministère de l'Environnement du Mexique.

    "Nous sommes confrontés à l'érosion côtière à cause de la déforestation des mangroves, et nous sommes touchés par des vagues de chaleur plus forts et des précipitations plus intenses, mais nous n'avons pas la capacité de concevoir un plan", s’est plaint Javier Couoh, le directeur de la Protection civile, un service qui fournit un secours aux sinistrés dans la ville de Progreso, à Yucatán, à 1.150 km au sud-est de Mexico.

    comment closed

    Tag Cloud

    Africa Centrale Asia/Pacifico Culture, Religion, Sport East Africa Education Energy Global Affairs Orient Peace and conflict Population, Refugies Science, Technologie Southern Africa Spécial Culture,Religion et Genre Travail West Africa