Home » Developpement, Economie et Travail, Environnement, Headlines, Internationale, Santé »

CLIMAT – REPUBLIQUE DOMINICAINE: Faible sensibilisation sur les risques du changement climatique

    Patricia Grogg

    SAINT-DOMINGUE, 22 août (IPS) – L'une des difficultés majeures à surmonter dans les politiques d'adaptation au changement climatique en République dominicaine, c’est la faible sensibilisation de la société sur les risques, même si cette nation insulaire des Caraïbes est sérieusement exposée aux effets du phénomène.

    Les conséquences possibles des changements climatiques pour la République dominicaine vont de la perte de 14 pour cent du territoire national d'ici à 2100 et la salinisation de la moitié de ses aquifères, à des catastrophes naturelles plus intenses comme les ouragans et des précipitations inhabituelles.

    "C'est pourquoi l'un des principaux axes de notre travail, c’est d'essayer de sensibiliser les gens sur la question, de les amener à comprendre combien ils pourraient perdre à cause de ce problème", a déclaré à IPS, Evaydee Prez, la coordonnatrice de projets à l'Institut dominicain pour le développement intégré (IDDI).

    Elle a dit que la perception des risques chez les Dominicains est faible. Cela est aussi vrai pour ceux qui sont impliqués dans l’industrie du tourisme, a-t-elle ajouté, soulignant que la règle pour la construction des hôtels à au moins 60 mètres de la côte n'est toujours pas respectée.

    Et la sensibilisation reste faible, a-t-elle affirmé, malgré le risque de salinisation, qui affecte déjà les approvisionnements en eau des hôtels qui dépendent de millions de touristes qui visitent le pays chaque année.

    Cette experte a indiqué qu'il y a encore une tendance à voir les changements climatiques comme un problème de l'avenir. Les gens ne réalisent pas non plus qu’il s'agit non seulement d’une question environnementale, mais aussi d’une préoccupation économique et sociale, a-t-elle ajouté.

    "Beaucoup de gens ne comprennent pas cela, et le considèrent comme un mythe, une excuse", a-t-elle dit.

    Un sondage réalisé par Gallup, et commandé par le gouvernement, a révélé que les changements climatiques étaient la cinquième préoccupation la plus pressante parmi les Dominicains interrogés, et que la population avait très peu de connaissances sur les causes du phénomène.

    L’IDDI, une institution à but non lucratif créée en 1984 pour aider à lutter contre la pauvreté à la fois dans les zones rurales et urbaines, parraine plusieurs projets conçus pour ancrer la compréhension et promouvoir des mesures d’adaptation aux changements climatiques dans les communautés les plus vulnérables.

    L'institut fait partie de Climaccin, une initiative dominicaine qui réunit des personnes, organisations, entreprises et des institutions universitaires dans un mouvement qui génère des idées et des actions visant principalement la sensibilisation et la recherche sur les changements climatiques.

    Après avoir précisé que l'idée est de compléter les efforts du gouvernement, Prez a déclaré que les politiques publiques seraient plus efficaces si la population locale participait. "Par exemple, il est important pour les femmes de parler de comment elles sont affectées par les changements climatiques, et de ce qui peut être fait. Elles sont plus durement touchées par les effets de ce problème", a-t-elle souligné.

    Dans le quartier de La Barquita de Los Mina, l’une des nombreuses zones qui s'étendent le long du fleuve Ozama, à Saint-Domingue, Eridania Rosario est l'une des femmes qui ne semblent pas être intimidées par les rigueurs du climat – même si à plusieurs reprises, sa maison a été presque entièrement recouverte d'eau lorsque le fleuve est entré en crue.

    "Si vous demandez à 50 personnes de La Barquita, elles diront toutes la même chose. Notre principal problème ici, c’est le fleuve, qui sort de ses rives quand il pleut beaucoup", a-t-elle indiqué à IPS. En tant que présidente d’une association du quartier, Rosario est plus informée que la plupart des gens du coin, et croit que les pluies sont devenues plus intenses en raison des changements climatiques.

    D'autres personnes ont dit à IPS qu'elles ne savaient pas pourquoi le fleuve Ozama ne faisait qu’entrer en crue, et ont affirmé qu'elles y ont construit leurs modestes cabanes, défiant le danger, parce qu'elles n'avaient nulle part où vivre. "Sans aucun doute, ces secteurs sont les plus vulnérables aux changements climatiques", a expliqué Prez.

    Quelque 30 organisations dans la capitale se sont réunies en mai dans le "réseau communautaire pour l'adaptation aux changements climatiques", afin de parvenir à des actions communes, en particulier dans les communautés les plus vulnérables de la ville, qui abritent environ 400.000 personnes, selon les estimations de Prez.

    Ce réseau a été créé à travers un projet de l’IDDI pour promouvoir l'éducation et la communication. "Nous parlons du problème dans un langage simple, parce que l'un des obstacles à la levée des barrières est que les informations sur les changements climatiques sont toujours formulées dans des termes scientifiques, et le message n'atteint pas le public", a-t-elle souligné.

    Une étude que l’IDDI a publiée en juillet indique que 13 des 31 provinces du pays sont confrontées à une vulnérabilité élevée ou très élevée aux changements climatiques, y compris Saint-Domingue, le centre industriel et économique du pays, ainsi que les provinces situées le long de la frontière avec Haïti. (La République dominicaine couvre les deux-tiers de l'île d'Hispaniola, et Haïti constitue la portion restante).

    Cette étude indique que l'une des premières priorités, c’est le renforcement des capacités pour élever le niveau de sensibilisation de la population locale sur les risques auxquels elle est confrontée. "Il existe beaucoup de familles qui vivent dans ces zones comme si elles s’étaient adaptées au danger", a déclaré Luis Alejo, coordinateur du groupe de gestion des risques de l’IDDI.

    (FIN/IPS/2012)

    comment closed

    Tag Cloud

    Africa Centrale Asia/Pacifico Culture, Religion, Sport East Africa Education Energy Global Affairs Orient Peace and conflict Population, Refugies Science, Technologie Southern Africa Spécial Culture,Religion et Genre Travail West Africa