Home » Afrique, Developpement, Economie et Travail, Headlines, Reportage d'Afrique »

COMMERCE-AFRIQUE: Le guichet unique augmente les volumes d’exportation

    By Koffigan E. Adigbli

    DAKAR, 11 juin (IPS) – Les délégués des administrations douanières, provenant de plus de 10 pays d’Afrique, d’Europe et d’Asie reconnaissent que l’utilisation des guichets uniques a eu un impact positif sur les échanges des pays africains, permettant une hausse de cinq pour cent dans les volumes d’exportation.

    Cette augmentation est remarquable tant dans les échanges intra-africains qu’avec le reste du monde, selon les participants à une conférence internationale sur la vulgarisation des informations et expériences relatives aux progrès réalisés dans les transactions commerciales sans papier, organisée du 8 au 9 juin à Dakar, la capitale sénégalaise.La conférence a permis à quelque 50 participants d’échanger sur les expériences de transaction des marchandises des pays d’Afrique et du monde et d’encourager la mise en place des guichets uniques régionaux en vue d’augmenter les volumes d’exportation.Un guichet unique est une facilité permettant aux parties impliquées dans le commerce et le transport de déposer des informations et des documents normalisés à un point d’entrée unique afin de remplir toutes les formalités officielles liées à l’importation, à l’exportation et au transit. Les documents sont traités dans un système électronique rapide et fiable.

    Selon le directeur général des douanes du Sénégal, Mouhamadou Makhtar Cissé, le pays a enregistré en 2010 une augmentation de 25 pour cent pour ses transactions électroniques.La rencontre est organisée par le ministère sénégalais de l’Economie et des Finances, en partenariat avec l’Alliance Asie-Europe pour le commerce sans papier (ASEAL) et la Commission économiques des Nations unies pour l’Afrique (CEA) sur le thème: «De l’automatisation à la dématérialisation des procédures du commerce». Elle vise notamment à sensibiliser sur la mise en œuvre des guichets uniques au niveau mondial, à identifier les processus de mise en œuvre et à solliciter des bailleurs de fonds pour leur fonctionnement.

    L’objectif de la réunion est également d’échanger sur les techniques standard internationales qui sous-tendent les guichets uniques et les échanges transfrontaliers de données.Selon le conseiller principal au commerce à la CEA, Magdi A. Farahat, les volumes d’exportation intra-africaine et vers le reste du monde ont augmenté ces dernières années de cinq pour cent grâce à l’amélioration du traitement administratif des documents et des marchandises.«Les statistiques informent que plusieurs pays africains, en Afrique du nord, de l’ouest ou en Afrique australe, ont amélioré substantiellement le temps de traitement des documents et des marchandises», souligne-t-il à IPS.

    Farahat relève toutefois que le commerce intra-africain n’a pu augmenter à la même vitesse que celle du commerce international parce que, d’une part, le continent dépend trop des matières premières et il y a très peu de transformation de produits exportés; d’autre part, les communautés économiques régionales africaines n’ont pas encore beaucoup d’années d’existence.

    «Malgré ce coup de fouet, la part de l’Afrique reste insignifiante dans le commerce international, avec une portion de moins de trois pour cent», dit-il.

    «Les échanges ont permis de constater que la plupart des pays africains, qui se sont lancés dans le commerce sans papier, connaissent presque les mêmes difficultés relatives à l’inadaptation d’un environnement juridique, au problème de l’acceptation de la signature numérique par les pays avec qui on échange, ou bien au système bancaire», ajoute Farahat.Selon le directeur général des douanes sénégalaises, la mise en place des guichets uniques dans les pays d’Afrique ne doit pas seulement se limiter à la modernisation et à la sécurisation des procédures douanières. Elle devrait également intégrer les aspects d’interopérabilité des différents systèmes nationaux, pour faciliter la circulation des documents au-delà des frontières nationales, explique Cissé à IPS.Minette Libom Li Likeng, président du conseil d’administration de Guichet unique pour les opérations du commerce extérieur au Cameroun, affirme que les transactions douanières se font par guichet unique dans son pays.

    «Avec les autres pays, notamment le Sénégal, nous avons échangé sur les procédures de transactions afin d’améliorer ce qui se fait déjà chez nous. Nous mettions actuellement en place un outil à la disposition des acteurs du commerce extérieur pour être performant dans les transactions», explique-t-il à IPS.Elie Justin Ouédraogo, président du Groupement professionnel des miniers au Burkina Faso, affirme que son pays s’active dans la modernisation des transactions douanières, indiquant que l’étude sur la mise en place d'un guichet unique est terminée, mais qu'il restait encore certaines observations à intégrer. «L'exonération de la taxe sur la valeur ajoutée reste une préoccupation majeure. Le pays n’a pas aussi accès à la mer, d’où la nécessité de la création du guichet unique des mines».

    Jean Marc Dufour, président de l’ASEAL, explique qu’il existe encore beaucoup d’endroits où les procédures de transaction de marchandises se font encore avec du papier et qu’il y a un besoin de basculer dans l’électronique pour simplifier la démarche afin d’éviter les freins et d’autres retards.

    «C’est l’instauration d’un véritable système de gestion des risques avec des logiciels et plateformes pour gérer l’information et assurer la traçabilité de la marchandise, de la source à la destination – tout cela en temps réel – qui pose problème», souligne Dufour.

    «Il est donc important d’associer les représentants des gouvernements et du secteur privé dans les procédures de transaction. Ce qui facilite, par exemple, la reconnaissance mutuelle des documents émis par chaque partie ou encore les signatures électroniques», ajoute-t-il.

    comment closed

    Tag Cloud

    Africa Centrale Asia/Pacifico Culture, Religion, Sport East Africa Education Energy Global Affairs Orient Peace and conflict Population, Refugies Science, Technologie Southern Africa Spécial Culture,Religion et Genre Travail West Africa