Home » Afrique, Developpement, Droits de L'Homme, Headlines, Politique, Reportage d'Afrique »

CUBA: Des exercices communautaires pour maîtriser les catastrophes

    By Patricia Grogg

    LA HAVANE, 31 mai (IPS) – Un système de prévention bien huilé impliquant tout le pays, des plus hautes sphères du gouvernement à la communauté rurale la plus isolée, fait de Cuba l'un des pays les mieux préparés au monde quand il s'agit de prévenir les décès et d’atténuer les risques en cas de catastrophes.

    Des exercices communautaires de deux jours commencent à être effectués quelques semaines avant le début de la saison des ouragans dans l’Atlantique, du 1er juin au 30 novembre, sous le nom de Meteoro.Dans les simulations effectuées par le Système de défense civile, les autorités et les Cubains ordinaires répètent leurs rôles dans des plans de prévention et d'évacuation à mettre en œuvre en cas de catastrophes comme les ouragans, tremblements de terre, sécheresse, incendies ou les épidémies.Le dimanche 20 mai, la province occidentale de Pinar del Río répétait les mesures à prendre en cas d'inondation, tandis que la province centrale de Cienfuegos organisait un exercice d'évacuation pour se préparer à une possible fuite d'ammoniac. Et les régions montagneuses dans l'est du pays ont pratiqué ce qu’il faut faire en cas de tremblement de terre majeur."Cela nous évite toute inquiétude, parce que nous savons ce que nous devons faire en cas de danger", a commenté un infirmier à IPS au cours d'un exercice d'évacuation à l'Hôpital d'obstétrique et de gynécologie América Arias, qui est situé à seulement 500 mètres de la côte, à La Havane, la capitale cubaine.L’exercice a suivi le cadre en quatre étapes défini par le Système de défense civile en cas d'ouragan: information, alerte, alarme, et récupération.Au cours de la phase d'"information", l'hôpital s’approvisionne en eau, carburant, médicaments et autres fournitures de base. Puis durant les phases d’"alerte" et d’"alarme", les malades sont amenés vers des abris."Notre principe de base est de garantir la sécurité des gens", a déclaré Osmany Galbán, directeur de cet hôpital de 280 lits, qui dessert plus de 300.000 personnes dans quatre municipalités de La Havane. En raison de sa proximité de la mer, l'hôpital est exposé aux inondations pendant la saison des ouragans.Dans l’exercice en week-end, le système de prévention des pertes humaines et économiques, et de protection des systèmes de communication, notamment le réseau national de radio amateur, et des moyens de production, a été testé.Les activités comprenaient également des répétitions effectuées par les gens vivant dans des zones très exposées, des exercices conjoints menés par les agences de premier secours et de récupération en cas de catastrophes, ainsi que des actions visant à réduire les vulnérabilités identifiées dans chaque zone."Dans ma zone, nous savons exactement des bâtiments que nous devons évacuer quand un cyclone arrive ou en cas de pluies intenses, et où les femmes enceintes, ou les femmes âgées qui ont besoin d'aide, vivent", a expliqué à IPS, Raúl Díaz, un habitant local du Vieux-La Havane, où abondent des bâtiments délabrés.Des études menées à Cuba au début des années 2000 ont révélé que plus de deux millions des 11,2 millions d'habitants du pays sont vulnérables aux catastrophes telles que les inondations, la rupture ou le débordement de barrages, l'effondrement des logements, ou les glissements de terrain.Ces informations sont systématiquement actualisées par les centres de gestion de la réduction des risques, qui évaluent les risques de catastrophes au niveau national. Au même moment, le système d'alerte précoce surveille les variables naturelles et technologiques qui peuvent se transformer en risques pour la population et l'économie.L'expérience de Cuba en matière de prévention et de préparation aux catastrophes est extrêmement intéressante, notamment pour le reste de la région des Caraïbes, en raison de la vulnérabilité de ce pays aux événements hydrométéorologiques, a souligné à la presse, Bárbara Pesce-Monteiro, la coordinatrice résidente des Nations Unies à Cuba.Pesce-Monteiro était invitée à observer les exercices de week-end, avec d'autres représentants de l'ONU, des diplomates et invités étrangers qui ont participé à un atelier régional du 18 au 20 mai sur les meilleures pratiques et leçons tirées au cours des 50 dernières années à Cuba.Le niveau général d'éducation des gens à Cuba, leurs connaissances généralisées de ce qu'il faut faire en cas d'urgences, les pratiques d'évacuation en temps opportun, et le fonctionnement intégré du système sont quelques-unes des clés du succès, selon les études appuyées dans ce pays par Oxfam, qui voit l'expérience de Cuba comme utile et reproductible."Examinant l'expérience de Cuba, Oxfam Amérique estime que le renforcement de la capacité communautaire, une forte coordination des acteurs locaux et l’investissement dans le capital social sont des facteurs déterminants pour une réduction réussie des risques", indique l'un des rapports de cette organisation mondiale.Mis à l'épreuve principalement pendant les ouragans, le système de prévention des risques de catastrophe comprend un service d'alerte précoce, l'évacuation de toutes les personnes exposées, la protection des ressources économiques avec un accent sur les vivres, et le début immédiat de la phase de récupération après une catastrophe.José Rubiera, directeur du Centre des prévisions de l'Institut de météorologie, a affirmé que Cuba est devenu le pays ayant le plus petit nombre de décès causés par les cyclones tropicaux dans la région englobant l'océan Atlantique, la mer des Caraïbes et le golfe du Mexique, en raison de la "nature intégrée" de son système de prévention des catastrophes et de protection.

    Tags:

    comment closed

    Tag Cloud

    Africa Centrale Asia/Pacifico Culture, Religion, Sport East Africa Education Energy Global Affairs Orient Peace and conflict Population, Refugies Science, Technologie Southern Africa Spécial Culture,Religion et Genre Travail West Africa