Home » Afrique, Developpement, Economie et Travail, Environnement, Headlines, Reportage d'Afrique »

CUBA: Des technologies durables sauvegardent le sol

    By Ivet González

    LA HAVANE, 28 sep (IPS) – Les sillons sont difficiles à faire dans les champs de la Finca de Semillas, une ferme à la périphérie de La Havane, la capitale cubaine, parce que ses administrateurs, Esmilda Sánchez et Raúl Aguilar, protègent chaque centimètre de sol avec du paillis.

    "Cette technique a beaucoup permis d’améliorer nos récoltes", a déclaré Sánchez, l'un des 1.200 fermiers qui ont bénéficié d'un projet-pilote pour l'amélioration et la conservation des sols, de l'eau et des terres forestières afin de s'adapter au changement climatique. "La terre garde l'humidité, quelque chose qui est très nécessaire dans notre région, qui est affectée par la sécheresse", a-t-elle ajouté.

    Ce projet, qui est coordonné depuis 2010 par l'Institut public des sols, englobe la création des zones forestières sur les fermes, des stratégies appropriées de mécanisation, la recherche de nouvelles sources d'eau, l'agriculture sans labour, les barrières vivantes, le paillis, et les bioproduits.

    "Parce que nous ne savions pas mieux, nous avions l’habitude de planter sans tenir compte de la direction de la pente, et sans créer des barrières", a indiqué Aguilar, un ancien soudeur qui travaille depuis les huit dernières années sur cette parcelle de 30 hectares, qui appartient à l’Unité de base de production coopérative du 26 de Julio, une coopérative publique. "Alors, la pluie a emporté tous les éléments nutritifs du sol".

    Cette ferme fait partie de 'Polígono Nacional', qui couvre 2.015 hectares, y compris la coopérative du 26 de Julio et la ferme publique Monumental, dans la municipalité de Guanabacoa à La Havane. Elle implique quelque 400 agriculteurs.

    C’était la première des 35 fermes pilotes éparpillées à travers le pays dans le cadre du projet, qui est soutenu par le Programme des Nations Unies pour le développement.

    "Grâce à chacune de celles-ci, les principes de gestion durable des terres sont répandues en pratique", a indiqué à IPS, Dagoberto Rodríguez, le directeur général de l'Institut des sols.

    "Maintenant, nous incluons des alternatives pour faire face à tous les types de problème de sol, d'eau et de forêt dans le pays. Nous couvrons également les différentes formes de production", a-t-il ajouté, se référant aux coopératives, fermes d'Etat et aux exploitations agricoles dirigées par des personnes à qui des terres à l'état improductif ont été distribuées.

    Chaque unité agricole reçoit une formation, une assistance technique et des fournitures, orientées vers la résolution des problèmes spécifiques auxquels elle est confrontée. Au même moment, ces unités deviennent un point de référence pour le reste de la communauté rurale où elles se trouvent.

    L'archipel cubain n'a pas été béni avec des terres fertiles. Selon les données de l'Institut des sols, seulement 28 pour cent des terres de Cuba sont très productives pour l'agriculture. Pour le reste, 50 pour cent se trouvent dans la quatrième catégorie de productivité, l’une des plus faibles, a expliqué Rodríguez.

    Les principaux facteurs contraignants du pays sont la salinité, l’érosion, un mauvais drainage, une faible fertilité, la compaction naturelle, l'acidité, une teneur en matières organiques très faible, une mauvaise rétention de l'humidité, et la désertification, selon le Bureau national des statistiques et de l'information.

    En outre, des siècles d'agriculture ont affecté les terres de Cuba, où l'économie reposait sur la monoculture de la canne à sucre jusqu'au début du 21ème siècle. En effet, le mouvement agro-écologique et écologiste a seulement un peu plus de 20 ans ici.

    Les fortes pluies et des sécheresses prolongées érodent les terres de Cuba, a déclaré Rodríguez. Les deux phénomènes sont de plus en plus fréquents et s’intensifieront avec l'évolution des changements climatiques. Par exemple, un ouragan peut faire tomber la moitié des précipitations annuelles d'une zone donnée en 24 heures, a-t-il souligné.

    Les technologies établies par l'Institut des sols pour prévenir l'érosion par petits ruisseaux – fosses ou chemins causés par l'écoulement de l'eau – ne sont pas efficaces contre les précipitations qui sont reçues par des zones telles que le bassin du fleuve Cauto, qui coule à travers les provinces orientales de Granma et Santiago de Cuba.

    Les plaines entières de la côte et du sud de Cuba sont menacées par les inondations côtières et la salinisation du sol qui en résulte.

    Selon les chiffres de l'Institut des sols, d’ici à 2050, la salinité moyenne de cette zone, désormais estimée à cinq (selon la façon dont la salinité des sols est mesurée), aura augmenté à sept si les effets du réchauffement de la planète ne sont pas atténués, a expliqué Rodríguez.

    Dans ce cas, de grandes étendues de terres agricoles seront perdues, et des cultures qui supportent les nouvelles conditions devraient être plantées sur plusieurs superficies, a-t-il dit. D'où l'importance de promouvoir une gestion globale de toutes les ressources naturelles impliquées dans l'agriculture, a-t-il souligné.

    "Le principal problème était un manque de connaissances des agriculteurs au sujet des techniques d'amélioration et de conservation des sols, de l'eau et des forêts", a déclaré Raimundo Suárez, un ingénieur qui travaille à 'Polígono Nacional'. Il a affirmé à IPS que la promotion de nouvelles pratiques était plus facile chez les agriculteurs non-traditionnels.

    "Les mentalités ont changé avec les résultats obtenus", a indiqué Suárez. "L'avantage le plus direct obtenu a été une réduction des coûts par le poids et l'augmentation des récoltes et des revenus", a-t-il ajouté.

    A Finca de Semillas, les cultures de plantain, de patate douce, et de papaye avaient l’habitude de produire 7,1, six et 5,8 tonnes par hectare, respectivement. Aujourd'hui, Sánchez et Aguilar récoltent 10,2 tonnes de plantain, 8,2 tonnes de patate douce et 18,4 tonnes de papaye par hectare.

    comment closed

    Tag Cloud

    Africa Centrale Asia/Pacifico Culture, Religion, Sport East Africa Education Energy Global Affairs Orient Peace and conflict Population, Refugies Science, Technologie Southern Africa Spécial Culture,Religion et Genre Travail West Africa