Home » Afrique, Developpement, Economie et Travail, Headlines, Reportage d'Afrique »

CUBA: Fabriquer des matériaux de construction résistants aux cyclones

    By Ivet González

    CIEGO DE ÁVILA, Cuba, 24 août (IPS) – Des maisons avec des murs en maçonnerie solide et des toits en béton armé, paraissant comme si elles pouvaient résister à n'importe quelle tempête tropicale ou ouragan, se multiplient à la périphérie de cette ville du centre de Cuba.

    Cela est dû au développement de la production locale de matériaux de construction.

    "Les gens dans ce quartier, qui est relativement nouveau, améliorent leurs petites maisons. Nous soutenons les voisins et les travailleurs de la région, qui achètent les matériaux, et nous leur prêtons la machine de fabrication de blocs", a déclaré Arcides Pérez, propriétaire d'une petite usine de fabrication de blocs. "Nous les facturons uniquement pour l'électricité consommée", a-t-il indiqué à IPS.

    Opérant à la périphérie de Ciego de Ávila, à 434 km à l'est de La Havane, cette usine artisanale bruyante peut produire jusqu'à 1.000 blocs de ciment par jour lorsque les provisions sont disponibles. Elle dispose également de trois moules pour fabriquer différents types de réservoirs d'eau en ciment d’amiante, tous marqués "Arcides, C. de Ávila.

    "Deux mélangeurs de ciment, des brouettes, des pelles et une machine électrique qui font sortir deux blocs par minute sont utilisés par sept hommes, tandis que deux femmes travaillent sur la finition des blocs et la préparation des matières premières. L'équipe offre le transport des réservoirs et les installe sur les toits ou dans des citernes.

    Pour obtenir des matières premières, Pérez et son groupe voyagent vers les cimenteries de Sancti Spíritus et de Santiago de Cuba, à 360 et 847 km à l'est de La Havane, respectivement, pour ramasser les décombres jetés qu'ils mélangent ensuite avec du ciment acheté dans des magasins publics pour fabriquer leurs blocs et leurs réservoirs.

    La construction de logements est une priorité dans les réformes économiques en cours à Cuba. Parmi les premiers changements, figuraient la vente de matériaux de construction dans la monnaie nationale, la diversification de l'approvisionnement et la fourniture de crédits et des subventions pour les familles à faible revenu.

    Les autorités espèrent que dans deux ans, 70 pour cent de l'activité productive, dans le secteur du logement, sera menée par des acteurs privés, puisqu’elles cherchent à relancer un secteur qui est centralisé par l'Etat depuis des décennies.

    Une bonne proportion des maisons a besoin de réparations structurelles, en raison de la détérioration du parc immobilier causée par les problèmes économiques que Cuba a connus depuis plus de 20 ans, du non-respect des programmes de construction, des prix élevés des matériaux et de la main-d'œuvre, ainsi que des dégâts causés par les cyclones qui frappent souvent cette île des Caraïbes.

    Sandy, l'ouragan qui a frappé la partie orientale de l'île en octobre 2012, a endommagé 137.000 maisons à Santiago de Cuba, 65.000 à Holguín et 8.750 à Guantánamo, les deux autres villes les plus touchées dans la région, selon un rapport du Bureau des Nations Unies à Cuba.

    Des phénomènes météorologiques extrêmes tels que les pluies torrentielles augmenteront en raison du changement climatique dans la région des Caraïbes, où le secteur du logement a bénéficié de moins d'attention au cours de la dernière décennie, selon la Commission économique pour l'Amérique latine et les Caraïbes (CEPALC).

    Des tempêtes et des phénomènes météorologiques extrêmes auront tendance à augmenter à un rythme plus rapide, a souligné à IPS, José Rubiera, un météorologue.

    En 2008, les ouragans Fay, Gustav, Ike et Paloma ont causé le plus grand dégât enregistré depuis 2001, endommageant 647.111 maisons à Cuba, dont 84.737 ont été totalement démolies, selon le Bureau national des statistiques et de l'information (ONEI) de l’Etat.

    Etant donné ce scénario, le principal défi reste le renforcement de la production de matériaux de construction, un problème qui commence à être résolu par des solutions locales. Des initiatives privées comme celle de Pérez augmentent l'accès limité aux blocs de construction, l'un des matériaux pour lesquels il y a une demande plus grande dans les magasins publics.

    "Nous vendons les blocs à cinq pesos (25 cents de dollar) chacun, comme l'Etat", a déclaré Pérez. "L’obtention des matériaux est problématique parce qu’il y a des pénuries dans les magasins. Depuis ces derniers mois, je ne fais que réparer et construire des réservoirs, de même que les transporter et les installer, à cause de l'absence de ciment", a-t-il dit.

    Rodobaldo Ibarne, 60 ans, employé dans une entreprise publique de construction, a décidé de fabriquer des blocs pour les vendre secrètement. Equipé seulement d'une pelle, d’une brouette et d’un moule, lui et un autre travailleur fabriquent jusqu'à 80 blocs par jour à Grego, un quartier à la périphérie de la municipalité de Ciego de Ávila.

    "Les magasins publics ne peuvent pas satisfaire la demande", a déclaré Ibarne à IPS. Il ne peut pas développer son entreprise à cause des problèmes de santé et du manque d'espace.

    La production de plusieurs produits de base à Cuba est tombée en 2012, selon les derniers chiffres de l’ONEI. Les feuilles de tôle métallique, les tuiles en ciment d’amiante et les poutres en acier noir ont le plus chuté. En 2011, 32.640 logements ont été construits dans le pays, alors que 32.103 ont été réalisés en 2012.

    comment closed

    Tag Cloud

    Africa Centrale Asia/Pacifico Culture, Religion, Sport East Africa Education Energy Global Affairs Orient Peace and conflict Population, Refugies Science, Technologie Southern Africa Spécial Culture,Religion et Genre Travail West Africa