Home » Afrique, Developpement, Headlines, Reportage d'Afrique »

DEVELOPPEMENT-CAMEROUN: Moderniser l'agriculture pour conforter la sécurité alimentaire

    By Sylvestre Tetchiada

    YAOUNDE, 7 avr (IPS) – La production agricole au Cameroun demeure très
    faible dans l'ensemble, et l'autosuffisance alimentaire, jadis enregistrée
    dans ce pays d'Afrique centrale, connaît un important déclin depuis
    quelques années.

    Le déficit alimentaire cède même le pas à la famine dans certaines région

    du pays où la plupart des agriculteurs sont très pauvres. En août 1991, le

    Cameroun avait reçu, pour la première fois, un don de 2.600 tonnes de

    nourriture de l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et

    l'agriculture (FAO).Selon la Direction de la prévision du ministère de l'Agriculture, la

    production vivrière totale en 2003, estimée à 5,63 millions de tonnes, est

    en régression : 1,3 pour cent contre 1,7 pour cent en 2002. Cette situation

    incite les autorités camerounaises à opter pour une modernisation de

    l'agriculture.

    Le Rapport sur le développement humain 2003 au Cameroun, du Programme des

    Nations Unies pour le développement (PNUD), indique que 75 pour cent de la

    population rurale du pays vit en dessous du seuil de pauvreté, avec moins

    d'un dollar par jour. Un taux qui est supérieur à la moyenne de 59 pour

    cent pour l'ensemble de la population camerounaise.''L'agriculture est en crise depuis la fin des années 80, et cette

    situation a contribué à la paupérisation des populations rurales et à

    l'insécurité alimentaire dans les régions septentrionales'', explique

    Bernadette Nzockè, présidente du groupement Paysans et éleveurs du Cameroun

    (PEC).Parlant de la volonté de changer cette situation, Roland Mboa, sous

    directeur de l'agriculture, en appelle à la solidarité de toutes les

    catégories sociales du Cameroun. ''Notre ministère veut entamer des

    pourparlers avec les agriculteurs pour trouver des solutions à long

    terme'', a-t-il déclaré à IPS.Interrogé par IPS, le ministre d'Etat chargé de l'Agriculture, Augustin

    Frédéric Kodock, affirme que l'Etat est résolu à ''moderniser'' le secteur

    agricole du pays pour assurer la sécurité alimentaire des Camerounais.''Nous voulons placer le sort des paysans au cœur du débat politique'', a

    indiqué Kodock. ''Il s'agit de transformer l'agriculture à faible rendement

    de notre pays en un secteur dynamique et productif, susceptible d'améliorer

    le niveau de vie des villageois plus concernés, et de renforcer la sécurité

    alimentaire des campagnes''.Malgré cette volonté du ministre de l'Agriculture, la société civile et des

    organisations non gouvernementales (ONG) expriment un certain scepticisme

    quant à la mise en place de cette politique.''L'indigence des agriculteurs eux-mêmes, le niveau insuffisant des

    capitaux publics investis dans les zones rurales, l'accès restreint à

    l'eau, la dégradation de l'environnement, les pressions exercées par les

    institutions financières extérieures en faveur d'une libéralisation

    accélérée et les conditions défavorables auxquelles se heurtent nos

    exportations agricoles, sont autant d'obstacles complexes à l'essor de

    l'agriculture'', remarque Bruno Abena du réseau Agriculture paysanne

    alimentation et mondialisation (APM).''Si l'on ajoute à cela les mauvaises conditions climatiques, les

    difficultés de transport, les problèmes de conservation des aliments, le

    manque d'infrastructure et la corruption politique, on touche aux problèmes

    qu'endurent les paysans camerounais'', ajoute Abena.

    L'agriculture camerounaise est tributaire d'un héritage difficile. Selon le

    ministère de l'Agriculture, les méthodes pratiquées depuis toujours, dans

    environ un million d'exploitations du pays, sont très simples. La plupart

    des agriculteurs se contentent de cultiver leurs modestes lopins au moyen

    de simples outils manuels, sans presque aucun engrais ou aide extérieure

    autre que les pluies.''Bien que l'agriculture fasse vivre environ 50 pour cent de la population

    et représente 20 pour cent du produit intérieur brut (PIB), il ne bénéficie

    que de 8 pour cent de la totalité des investissements de l'Etat. Ce qui

    fait que la modernisation restera un simple objectif'', constate Alain

    Kounga, président de l'ONG Association des promoteurs du développement

    (APRODE).En 2003, on estimait à 3,6 millions le nombre d'actifs employés dans le

    secteur agricole sur une population totale d'environ 15,8 millions

    d'habitants. ''Notre préoccupation aujourd'hui, c'est de développer des

    formes d'agriculture durable'', explique Claude Temgoua, ingénieur au

    ministère de l'Agriculture.''Pour nous, le développement de l'agriculture durable est une nécessité,

    qui se base sur de nombreuses réalisations concrètes. Par exemple, le

    développement des cultures, sous couvert boisé dans les provinces

    septentrionales pour éviter le défrichage qui fait avancer le désert'',

    souligne-t-il.Le défi de la modernisation de l'agriculture camerounaise passe également

    par une agriculture biologique qui commence à prendre corps. ''C'est un

    gage à l'édification d'une agriculture durable. Avec elle, se développe le

    commerce équitable, et elle permet la rémunération des productions

    vivrières et des cultures d'exportation'', a indiqué, à IPS, Brigitte

    Ondobo, membre de la Fédération paysanne du Cameroun.Sous l'impulsion de la FAO et de la Banque africaine de développement

    (BAD), le Cameroun fait partie, depuis 2003, des 86 pays à faibles revenus

    et à déficit vivrier (PFDV) bénéficiant de l'appui du Programme spécial de

    sécurité alimentaire (PSSA). Le défi majeur de ce pays reste la lutte

    contre la pauvreté et l'insécurité alimentaire, en cherchant les moyens de

    ''transformer les paysans en fermiers''.''Il faut moderniser l'agriculture sous-développée et à faibles intrants en

    vue de faire des paysans de subsistance du Cameroun, des fermiers à

    l'écoute des marchés, capables de produire sur le plan national et

    international'', estime Nestor Mbang, un économiste basé à Yaoundé, la

    capitale camerounaise.Lors d'une réunion d'évaluation du PSSA, à la fin-mars, le ministre de

    l'Agriculture a fustigé la ''tyrannie de la monoculture'' dans les

    provinces du nord du pays plus souvent victimes de la famine.Kodock a précisé à IPS : ''Il va y avoir, à court terme, d'importants

    moyens financiers destinés à promouvoir la diversification agricole. De

    même que dans le septentrion, nous envisageons le lancement d'un projet

    d'ensemencement de nuages, destiné à provoquer des précipitations plus

    fréquentes''.''Nous n'abandonnerons jamais les campagnes; l'agriculture et l'élevage

    sont deux domaines prioritaires du développement'', a-t-il ajouté.

    comment closed

    Tag Cloud

    Africa Centrale Asia/Pacifico Culture, Religion, Sport East Africa Education Energy Global Affairs Orient Peace and conflict Population, Refugies Science, Technologie Southern Africa Spécial Culture,Religion et Genre Travail West Africa