Home » Afrique, Developpement, Environnement, Headlines, Reportage d'Afrique »

DEVELOPPEMENT: Partager les eaux d’Afrique australe

    By Thabani Okwenjani

    HARARE, 7 juin (IPS) – Le protocole de la Communauté de développement d'Afrique australe (SADC) sur les cours d'eau partagés est reconnu comme l'un des meilleurs au monde. Mais des accords solides sur la gestion durable et équitable des ressources communes en eau exigent des moyens efficaces pour les mettre en œuvre.

    Des responsables de l'eau à travers l'Afrique australe étaient réunis à Harare, au Zimbabwe, du 5 au 6 juin, en vue de développer un mécanisme pour surveiller la mise en œuvre de l'accord régional.Le Protocole révisé sur les cours d'eau partagés de 2003 de la SADC souligne une approche à l'échelle des bassins pour la gestion des eaux transfrontalières, plutôt qu'un accent sur la souveraineté territoriale. Il explique clairement les objectifs de bonne gestion, notamment la gestion coordonnée, l'utilisation durable et la protection de l'environnement.Les organisations de bassins fluviaux, qui ont tenu leur cinquième réunion à Harare, ont été chargées de promouvoir une utilisation équitable, de définir des stratégies pour le développement des fleuves et des lacs partagés, et d’élaborer une politique de suivi des cours d'eau partagés.Des conflits armés au sujet de l'eau ont été longtemps prédits; plus récemment, le Bureau du directeur des renseignements nationaux des Etats-Unis a affirmé que de telles guerres éclateraient dans la prochaine décennie. Mais bien que plusieurs parties de la région soient déjà confrontées au stress de l’eau, la SADC espère que ses nombreux cours d'eau transfrontaliers seront la base d'une coopération plus renforcée au lieu d’un conflit."Ils disent que les prochaines guerres seront menées au sujet de l'eau", a indiqué à IPS, Dr Kenneth Msibi, à Harare, "mais avec ces accords, nous faisons en sorte que l'eau soit plutôt un instrument de paix".Msibi, un expert en politique et stratégie de l'eau au secrétariat de la SADC, a déclaré que le secteur de l'eau est essentiel pour aider à construire l'intégration régionale. "Cette coopération conduira également à une intégration plus poussée et l'eau est un moteur de développement, et cela signifie un outil de réduction de la pauvreté. Cela implique que les protocoles pour l'eau partagée sont cruciaux pour l'intégration régionale".Msibi croit que la gestion des bassins fluviaux partagés, en ligne avec les principes de gestion intégrée des ressources en eau – reconnaissant que la gestion de l'eau englobe à la fois les objectifs sociaux et économiques, et devrait impliquer les décideurs, gestionnaires et utilisateurs – contribue aux trois objectifs principaux de la SADC: intégration régionale, paix et stabilité, et réduction de la pauvreté.Sipho Nkambule, le directeur général de l'Autorité du bassin de Komati, qui coordonne la gestion d'un système fluvial qui couvre l'Afrique du Sud, le Swaziland et le Mozambique, a indiqué qu'il utiliserait la réunion d’Harare comme une opportunité pour comparer les notes sur la façon dont d'autres autorités de bassins fluviaux surveillent la mise en œuvre des protocoles.Il a déclaré que le principal défi, c’est l'explication de la gestion d'un fleuve partagé aux personnes vivant le long de ses rives."Les gens ont du mal à comprendre pourquoi ils doivent partager la ressource avec d'autres", a souligné Nkambule. "Ceux en amont ne sont pas heureux qu’on leur dise de laisser passer l'eau, alors qu’ils veulent la retenir pour leurs propres besoins".Sergio Sitoe, le secrétaire exécutif par intérim de la Commission du cours d'eau du Limpopo (LIMCOM) a déclaré qu'il espérait que ce nouvel instrument de suivi mettrait l’accent sur la communication entre les Etats membres qui partagent un bassin fluvial."Les Etats membres devraient notifier les uns aux autres les projets de développement le long du bassin, puisque la notification est cruciale, et ne pas le faire peut créer des problèmes en aval et pourrait avoir un impact négatif sur les autres membres", a-t-il expliqué.A titre d'exemple, Sitoe a mentionné une récente plainte dans laquelle le gouvernement du Botswana estimait que son homologue sud-africain devrait l’avoir officiellement informé avant de commencer un développement dans le bassin du fleuve.Le directeur de la LIMCOM a affirmé que bien que les accords régionaux permettent que les différends soient amenés devant le Tribunal de la SADC, il existe un certain nombre de conflits dans la région qui font objet discussions à huis clos."C'est bon que nous essayions de prévenir ces conflits", a déclaré Sitoe, "et nous créons la confiance afin que tout se passe en douceur".Les responsables à travers la région conviennent que l’application du Protocole révisé sur les cours d’eau partagés de 2003 promouvra la paix et la stabilité dans la région.Msibi a déclaré que la réunion de l’organisation du bassin du fleuve – qui a accueilli son dernier membre à part entière, la Commission du fleuve Zambèze, dont l’accord fondateur a été ratifié en septembre 2011 – était destinée à fournir des directives et parvenir à un consensus sur les indicateurs qui seraient utilisés et comment ceux-ci pourraient être appliqués dans chacun des systèmes fluviaux transfrontaliers de la région."Nous recueillons des contributions auprès de tous les acteurs, nous discuterons de l'instrument et des indicateurs pour suivre les progrès réalisés", a indiqué Msibi."Cet accord peut ouvrir des possibilités pour les Etats membres, et il crée une opportunité pour les Etats membres de travailler ensemble afin de vaincre les économies d'échelle", a-t-il ajouté.

    comment closed

    Tag Cloud

    Africa Centrale Asia/Pacifico Culture, Religion, Sport East Africa Education Energy Global Affairs Orient Peace and conflict Population, Refugies Science, Technologie Southern Africa Spécial Culture,Religion et Genre Travail West Africa