Home » Developpement, Economie et Travail, Europe, Headlines, Internationale, Politique »

ECONOMIE-EUROPE: Les « Indignados » ont toujours le vent en poupe

    AIX-EN-PROVENCE, 09 février (IPS) – Les mois de manifestations déclenchées par les jeunes « Indignés » pour la fin du capitalisme de libre marché responsable, selon eux, de l’épidémie européenne de chômage ont finalement porté leurs fruits le 30 janvier 2012. En effet, Jose Manuel Barroso, le président de la Commission européenne, a proposé un plan ambitieux pour l’emploi.

    « Nous ne pouvons pas accepter que près d’un quart des jeunes européens soient au chômage », a-t-il affirmé durant le dernier sommet informel de l’Union européenne, en se référant aux dernières statistiques d'Eurostat de décembre 2011 selon lesquelles 22 % de la population active – environ 5,5 millions de jeunes – sont sans emploi.

    Les détails de ces estimations sont alarmants : le chômage chez les jeunes est de 48,7 % en Espagne, de 47,2 % en Grèce et de 35,6 % en Slovaquie.

    Barroso a adressé un courrier aux huit États membres les plus touchés par le chômage des jeunes : Espagne, Grèce, Slovaquie, Lituanie, Italie, Portugal, Lettonie et Irlande. Dans sa lettre, il enjoint ces pays à accorder une attention toute particulière à la proposition de la Commission européenne.

    « Je vais proposer la création de “groupes d'action” conjoints avec la Commission, les États membres et les partenaires sociaux nationaux, pour élaborer des plans ciblés d’ici le mois d’avril en vue d'aider les jeunes à lutter contre le chômage. Je souhaite également que les États membres s'engagent en faveur d'un pacte “Jeunesse en mouvement” pour garantir que tous nos jeunes aient un emploi ou qu'ils suivent une formation dans les quatre mois qui suivent leur sortie de l'école. », a-t-il déclaré lors du sommet.

    Même si beaucoup considèrent que les solutions proposées sont inadaptées, « los Indignados » estiment tout de même qu’il s’agit là d’un pas vers une prise de conscience de la crise.

    « Ils (les décideurs politiques) ont compris qu’ils ne peuvent pas continuer à ignorer la question épineuse du chômage des jeunes », a déclaré à l’agence IPS Kim Le Quang, un jeune « Indigné » belge et l’un des coordinateurs du mouvement en Belgique. Il a ajouté que le mouvement trouve sa motivation dans les changements opérés sur le plan politique qu’il considère comme un signe d’espoir.

    Depuis le sommet anti-G20 à Nice en novembre 2011, les « Indignados » se réunissent régulièrement pour discuter et mettre au point de nouvelles stratégies afin de se mobiliser contre les plans d’austérité instaurés en Europe qui ont ravagé, et continuent d’affecter, les dépenses publiques.

    Beaucoup espèrent que l’annonce de Barroso soit le début d’un grand changement.

    « Dès le mois de mars, nous nous rendrons de nouveau dans les parcs pour nous rassembler », a affirmé Kim. Il a ajouté que de nombreuses actions se tiendraient en mai pour célébrer le premier anniversaire du mouvement 15-M, amorcé à Madrid.

    Entre-temps, une conférence de militants internationaux est soigneusement planifiée et prévue pour février au siège de la Banque centrale européenne à Francfort (Allemagne). Selon un communiqué de presse du 22 janvier, la conférence servira également de plateforme de protestation contre « les mesures d’austérité dictées par les profiteurs de la crise économique et financière ».

    Même si les réunions préparatoires rassemblent toujours au moins une centaine de militants venus des quatre coins de l’Europe, Kim reconnaît que le manque d’organisation du mouvement pourrait porter préjudice à son développement.

    Il pense notamment à une réunion de mobilisation à Bruxelles où l’on avait assisté au départ prématuré de plusieurs participants en raison du caractère trop technique du rassemblement et d’une interprétation erronée. Le jeune homme s’est tout de même empressé de souligner que l’horizontalité du mouvement est la clef de son succès.

    « Il y a une véritable volonté de rendre le mouvement le plus horizontal et le plus démocratique possible, et la démocratie prend du temps », a-t-il affirmé.

    Kim explique ces problèmes d’organisation par le fait que le mouvement est autogéré, les militants voulant à tout prix éviter l’ingérence politique. Les manifestants refusent par ailleurs de laisser le manque de clarté occasionnel entraver leurs efforts.

    « Le mouvement a été créé sur des bases à long terme », a affirmé à l’agence IPS Gary, un « indignado » parisien. « Nous attendons les résultats. Pour l’instant, nous nous concentrons sur des questions essentielles » comme l’amplification de la mobilisation et la lutte contre l’austérité économique en Europe.

    Gary, bien qu’il ne soit pas une figure de proue du mouvement, n’a pas abandonné les « Indignés ». « Pour l’instant, c’est la seule option que nous ayons », a-t-il expliqué.

    Un autre militant français, Zum, a insisté : « protester, montrer aux dirigeants politiques que nous ne sommes pas d’accord avec eux… c’est le seul moyen de changer le monde ». Les deux militants français sont convaincus que c’est là ce qui justifie que les actions du mouvement pourraient se poursuivre pendant des années, jusqu’à ce que les gouvernements prennent les mesures nécessaires afin de panser les blessures sociales.

    Kim pense également que le succès du mouvement dépend en partie de sa portée mondiale. Dans près de 1.000 villes du monde, des "Occupy" aux militants du "Printemps arabe", les différents mouvements semblent se nourrir l’un l’autre de leur obstination et de leurs réalisations.

    La prochaine lutte des « Indignados » sera celle qu’ils mèneront contre la privatisation de l’eau au prochain Forum Mondial de l’Eau qui se tiendra à Marseille du 12 au 17 mars prochain.

    Depuis deux ans, les chefs de file des « Indignés » préparent un alter-forum qui aura lieu durant la même semaine que la réunion officielle, à seulement quelques kilomètres. Durant ce forum alternatif, experts et militants concentreront leurs efforts sur le problème de l’eau que les gouvernements et les organisations internationales n’ont jusqu’à présent pas réussi à résoudre, a conclu Kim.

    (FIN/IPS/2012)

    comment closed

    Tag Cloud

    Africa Centrale Asia/Pacifico Culture, Religion, Sport East Africa Education Energy Global Affairs Orient Peace and conflict Population, Refugies Science, Technologie Southern Africa Spécial Culture,Religion et Genre Travail West Africa