Home » Afrique, Developpement, Economie et Travail, Environnement, Headlines, Reportage d'Afrique »

ECONOMIE: Le tourisme au cœur du BRICS

    By John Fraser

    JOHANNESBURG, 28 fév (IPS) – Comme le tourisme entre les pays émergents du groupe comprenant le Brésil, la Russie, l’Inde, la Chine et l’Afrique du Sud (BRICS), commence à croître, l'Afrique du Sud est déterminée à battre le fer quand il est chaud.

    "Etant donné que le tourisme a été identifié comme un facteur clé pour la création d'emplois, et pour lequel notre gouvernement s’est engagé, l'Afrique du Sud a besoin de saisir toutes les occasions pour promouvoir des niveaux plus élevés de tourisme dans notre pays", a déclaré à IPS, Neren Rau, président de la Chambre de commerce et d'industrie d’Afrique du Sud.

    "Les pays du BRIC détiennent un potentiel considérable pour encourager le tourisme en Afrique du Sud, étant donné que nos marchés touristiques traditionnels ont été fortement touchés par la crise économique mondiale".

    Mais depuis 2012, l'Afrique du Sud a enregistré une croissance réussie dans cette industrie, avec des taux estimés à deux fois la moyenne mondiale, selon Rau.

    Comme l'industrie se développe, l'Inde, la Chine et le Brésil sont des cibles touristiques importantes, a indiqué à IPS, Thulani Nzima, directeur général de la 'South African Tourism', une organisation d’informations touristiques.

    "L'organisation investit considérablement dans l’intensification de la sensibilisation sur la destination Afrique du Sud dans ces marchés, et dans la mise en œuvre des campagnes de commercialisation là-bas", a-t-il dit.

    Pendant ce temps, la Russie, un membre du BRICS, reste quelque peu écartée dans les ambitions d'Afrique du Sud, en grande partie en raison de la longue distance et du manque de liaisons aériennes directes entre les deux pays.

    Le prochain sommet du BRICS, qui se tiendra à Durban, en Afrique du Sud, en mars, sera une occasion de présenter le pays comme une destination touristique, tout en apportant également des avantages immédiats à l'industrie du tourisme, a indiqué Nzima.

    "Il bénéficiera d'une couverture médiatique importante dans les pays du BRICS, sensibilisant sur la capacité, la beauté, l'accessibilité ainsi que sur la culture chaleureuse, accueillante et amicale de l'Afrique du Sud envers les touristes".

    Les derniers chiffres sur les arrivées de touristes provenant des autres pays du BRICS, en Afrique du Sud, montrent une croissance importante pour les neuf premiers mois de 2012.

    Les arrivées de touristes pendant cette période ont montré une hausse de 51,7 pour cent des voyageurs venus du Brésil, et une augmentation de 62,8 pour cent de touristes chinois. Les Indiens et les Russes, pendant ce temps, ont accru leur voyage en Afrique du Sud de 16,8 pour cent et de 34,6 pour cent, respectivement.

    Toutefois, tous les voyages en provenance des pays du BRICS en Afrique du Sud ne dépassent pas encore ceux du Royaume-Uni, ce qui souligne que le potentiel de croissance doit encore être réalisé dans les marchés émergents.

    Michael Tatalias, le directeur général de l'Association des services touristiques en Afrique australe (SATSA), a déclaré à IPS que la première étape pour accroître le tourisme entre les partenaires du BRICS est d'augmenter les liaisons aériennes – ce qui sera bon non seulement pour le tourisme, mais pour le commerce également.

    "Un objectif initial essentiel pour l'Afrique du Sud serait de devenir un centre des lignes aériennes entre l'Amérique du sud et l’Asie", a-t-il indiqué.

    Il a ajouté qu'actuellement, environ un million de personnes voyagent par an de l’Amérique du sud vers l'Asie via le Moyen-Orient et l’Europe et que l'Afrique du Sud pourrait détourner une partie de ce trafic aérien.

    "Là où les liaisons aériennes s'ouvrent, les voyageurs d'affaires suivent, des accords sont conclus, et le commerce maritime et des marchandises suit", a-t-il affirmé. "Avec l'accroissement de l’accès à l'espace aérien, les affaires et le commerce augmentent. Mais surtout, le tourisme reçoit des sièges de la classe économique à utiliser pour des voyages de loisir".

    "Le ministère du Tourisme a parlé fortement de l'importance d'ouvrir les cieux en Afrique", a admis Nzima. Il a ajouté que rendre les processus de demande de visa aussi faciles que possibles, et supprimer autant d’obstacles que possible pour visiter l'Afrique du Sud sont des étapes supplémentaires cruciales qui "bénéficient d’une grande priorité du gouvernement".

    Le ministre sud-africain du Tourisme, Marthinus van Schalkwyk, a visité la Chine en janvier pour voir comment la croissance récente du tourisme peut être soutenue, tout en soulignant l'importance de ce partenaire du BRICS pour le développement du tourisme.

    "Nous sommes sûrs de poursuivre notre croissance intéressante dans un marché appelé à devenir l'un des marchés touristiques les plus importants au monde à l'avenir", a-t-il déclaré.

    Van Schalkwyk a travaillé pendant un certain nombre d'années pour créer une composante touristique du G20, appelée le Tourisme-20 ou T-20, un groupe de travail des ministres du Tourisme des pays du G20.

    "De la même manière, nous devrions œuvrer pour un regroupement T-5, pour refléter les cinq partenaires dans le BRICS", a suggéré Tatalias. "Cela se focaliserait sur la résolution des goulots d'étranglement et les obstacles".

    Pendant ce temps, Rau a prévenu que la promotion du tourisme en Afrique du Sud est confrontée à certains des défis comme la promotion du pays lui-même.

    "Si la croissance du tourisme doit être soutenue, elle doit être appuyée par une forte correction des inhibiteurs de la croissance touristique en Afrique du Sud, comme les perceptions de la criminalité rampante et les activités de manifestations violentes, ainsi que l’insuffisance de la promotion des installations que l'Afrique du Sud doit offrir", a-t-il averti.

    comment closed

    Tag Cloud

    Africa Centrale Asia/Pacifico Culture, Religion, Sport East Africa Education Energy Global Affairs Orient Peace and conflict Population, Refugies Science, Technologie Southern Africa Spécial Culture,Religion et Genre Travail West Africa