Home » Afrique, Economie et Travail, Headlines, Internationale, Politique »

ECONOMIE-RDCongo: L’hôtellerie est en crise à Goma

    GOMA, 29 juin (IPS) – (Syfia Grands-Lacs/InfoSud) A Goma, à l’Est de la RD Congo, tout le monde veut son hôtel. Mais à cause de cette offre trop importante, de la crise économique et de l’insécurité persistante, les clients se font rares. Ceux qui ont investi dans le secteur pour placer ou blanchir leur argent, n’en ont cure. Les autres, les anciens de l’hôtellerie, doivent licencier du personnel ou s’adapter.

    À Goma, les hôtels poussent comme des champignons, dans le centre-ville, le long des principales artères de ce carrefour commercial et touristique à l’Est de la RD Congo ; les uns imitant les autres ou bien rivalisant de décors originaux. "D’après les statistiques de l’année en cours, il y a plus de 200 hôtels toutes catégories confondues à Goma, et plusieurs autres sont en chantier", chiffre André Mutabesha, chef de bureau à la division provinciale du département de l’environnement et tourisme.

    En plus de l’insécurité de la région, cette multiplicité d’hôtels entraine une baisse des recettes. Certains sont obligés d’exploiter leur bâtiment différemment : "Sur les 90 chambres de différentes classes que compte l’hôtel, nous ne logions pas plus de 20 clients par semaine. Impossible de payer le personnel et les charges dans ces conditions. Le propriétaire m’a alors demandé de licencier une partie du personnel et de mettre en location certains appartements de l’hôtel pour des bureaux ou magasins", explique le gérant de l’hôtel La Frontière, l’un des plus vastes et luxueux de la ville.

    Des investisseurs variés

    Nombre d’hommes d’affaires et de personnes désireuses de placer leur argent ont investi dans les hôtels. Peu y trouvent leur compte. "Cette activité peut rapporter de l’argent frais, mais devant la pléthore d’hôtels, l’absence des touristes qui attendent la paix, les clients se font de plus en plus rares", regrette Louis Ramazani, propriétaire de l’hôtel Colibri, qui vient pour la deuxième fois de réduire l’effectif de son personnel.

    Ceux qui ont récemment investi le font souvent sans étude de marché, de façon irrationnelle. Selon les anciens dans le secteur, ce sont, dans la plupart des cas, des hautes personnalités qui ont trouvé un moyen efficace pour blanchir de l’argent acquis illicitement. La rentabilité leur importe donc peu. Et la concurrence est déloyale pour les professionnels du secteur : "Pour moderniser mon hôtel, j’ai pris un crédit.

    Mais les investisseurs qui viennent dans l’hôtellerie avec de l’argent mal acquis ou pris sur le Trésor public étouffent le secteur et ne nous permettent pas d’évoluer", déplore un grand et ancien hôtelier. "Pour rafler le peu de clients, certains d’entre eux réduisent même leurs tarifs car ils ont peu de charges à supporter, au contraire de ceux, comme nous, qui dépendons de cette activité", enchaîne le président du comité des hôteliers de Goma. D’ailleurs, ces nouveaux venus ne semblent pas se faire trop de soucis ; ils ont le temps : "L’argent que j’ai hypothéqué en construisant cet hôtel garde sa valeur jusqu’au jour où les choses vont bien marcher", assure le propriétaire d’un nouvel hôtel, qui occupe de hautes fonctions dans une entreprise publique.

    Crise économique

    Autre phénomène qui entraîne la baisse de la fréquentation des hôtels : certaines entreprises, publiques et privées, ont construit des maisons de passage dans leurs succursales. "Nous avons augmenté la capacité de nos appartements pour loger nos agents en mission ou en séjour à Goma afin de minimiser nos dépenses", explique Joseph Buhendwa, responsable du service de logistique de la SNCC (Société nationale des chemins de fer du Congo).

    Enfin, les personnes de passage à Goma, surtout les nationaux, préfèrent tout simplement loger dans des hôtels modestes, dans la cité, pour économiser : "Je loge à l’hôtel Victoria près de la cité, qui coûte trois fois moins cher qu’un de ces hôtels luxueux qui pullulent dans la ville", confie un client de cet hôtel, venu de Kinshasa en séjour à Goma.

    (FIN/IPS/Syfia/InfoSud/2012)

    Tags:

    comment closed

    Tag Cloud

    Africa Centrale Asia/Pacifico Culture, Religion, Sport East Africa Education Energy Global Affairs Orient Peace and conflict Population, Refugies Science, Technologie Southern Africa Spécial Culture,Religion et Genre Travail West Africa