Home » Developpement, Economie et Travail, Environnement, Headlines, Internationale, Politique »

ECONOMIE-THAÏLANDE: L'industrie thaï dans la tourmente après les inondations

    BANGKOK, 18 novembre (IPS) – Quelque quatre cents soldats ont déposé des sacs de sable pour construire un mur de deux mètres de haut afin de protéger le terrain industriel de Lat Krabang contre les inondations. Les autres zones industrielles ont déjà inondé ces dernières semaines provoquant d'importants dégâts économiques.

    Ailleurs, les autorités ont utilisé des bacs à conteneur remplis de pierres pour barricader les installations. « L'eau est déjà présente », a précisé Somjet Thinaphong, l'ancien gouverneur de l'autorité compétente sur les parcs industriel en Thaïlande. « Elle n'a besoin que d'un trou dans le mur pour se faufiler et rendre les terrains sans valeur. »

    Le parc industriel de Bangkok compte 231 usines travaillant comme sous-traitant pour des entreprises internationales telles que Johnson & Johnson et Cadbury. Le secteur emploie 50.000 personnes.

    Lat Krabang relie la Thaïlande, l'une des principales zones de production en Asie du Sud, au reste du monde via le port de Bangkok et joue un rôle important dans le commerce des conteneurs. D'après les prévisions, beaucoup de conteneurs vont rester vides à cause des inondations. Six des plus grands sites industriels, dans les provinces d'Ayuthaya et de Pathum Thani, sont actuellement inondées.

    Des entreprises japonaises

    Les usines japonaises sont les plus touchées par les inondations. Les parcs industriels basés au nord de Bangkok, soit au cœur de l'industrie thaï où près de 600.000 personnes sont désormais sans travail, comptent environ 400 entreprises japonaises.

    Des constructeurs automobiles comme Toyota, Mitsubishi et Honda ont été contraints d'arrêter leur production. Les autres entreprises étrangères qui se fournissent en production de disques durs en Thaïlande ont été touchés par les inondations. Le monde informatique a déjà été informé que des pénuries sont à prévoir puisque 40 % de tous les conducteurs électriques dans le monde sont originaires de la Thaïlande.

    L'impact total de la catastrophe en Thaïlande ne sera connu que lorsque l'eau aura décidé de quitter Bangkok pour se décharger dans le Golfe de Thaïlande. La Banque centrale de Thaïlande a déjà révisé ses prévisions de croissance pour le pays en baissant le taux de croissance annuel estimé de 4,1 % à 2,6 %.

    « Cela démontre la gravité de la situation », a déclaré Prasarn Trairatvorakul, gouverneur de la Banque face aux journalistes. « Les inondations ont gravement touché le secteur agricole et industriel du pays en plus d'avoir causé d'importantes perturbations dans les chaînes de production ».

    Assurance

    Environ 800 entreprises dans les zones touchées ont déjà déclaré pour 12 milliards d'euros de dommages auprès des compagnies d'assurance mais il n'est pas encore clair si elles vont pouvoir être payées.

    La crainte est de voir la Thaïlande perdre sa position de plaque tournante régionale dans le secteur industriel parce que les assureurs estimeraient que Bangkok est un endroit trop risqué pour les investisseurs et refuseront les indemnisations.

    Les économistes s'interrogent aussi sur le modèle de développement de la Thaïlande où l'industrie détermine à 44,7 % la croissance économique du pays. Ils sont aussi critique envers l'émergence de Bangkok qui compte pour 41 % de l'économie thaïlandaise. Dans les années soixante-dix, le pays a opéré une transition d'une société agraire vers une économie industrielle.

    « Il existe une grande différence entre Bangkok et le reste du pays », note Craig Steffensen, chef du bureau thaï pour la Banque asiatique de développement. « Tout est conçu autour de Bangkok. Les investisseurs restent donc attirés par Bangkok et pas par d'autres endroits dans le pays. »

    Depuis 1985, il y a eu des tentatives pour attirer les investisseurs étrangers vers d'autres endroits mais elles ont échoué. Bangkok avait toujours les meilleures références car la ville était proche de l'aéroport principal et du port maritime tout en comptant les meilleures écoles, hôtels et centres commerciaux du pays. « Peut-être que ces inondations annoncent un tournant dans le développement économique », réagit Steffensen.

    (FIN/IPS/2011)

    comment closed

    Tag Cloud

    Africa Centrale Asia/Pacifico Culture, Religion, Sport East Africa Education Energy Global Affairs Orient Peace and conflict Population, Refugies Science, Technologie Southern Africa Spécial Culture,Religion et Genre Travail West Africa