Home » Amerique Latine, Environnement, Headlines, Internationale, Santé »

ENERGIE-ARGENTINE: Les Argentins veulent se débarrasser des transformateurs électriques

    Marcela Valente

    BUENOS AIRES, 23 août (IPS) – Les habitants de Buenos Aires veulent que les transformateurs électriques soient construits en dehors de la ville aussi longtemps qu'il restera une incertitude sur les effets précis des champs électromagnétiques sur la santé humaine.

    L'Organisation mondiale de la santé (OMS) n'exclut pas que l'exposition aux champs électromagnétiques constitue un risque pour la santé humaine allant même jusqu'à suggérer un lien entre cette exposition électromagnétique et la leucémie infantile. Mais l'OMS ajoute aussi qu'à ce jour il n'y a pas suffisamment de preuves pour imposer de strictes recommandations.

    Depuis 2004, les Argentins qui vivent près de la centrale électrique Rigolleau dans le district de Berazategui au sud-est de Buenos Aires exigent que la station – qui est officiellement n'est pas encore en activité – soit déplacée en dehors du centre urbain.

    Ils se réfèrent à une autre station située dans la ville d'Ezpleta qui est d'usage depuis 1978. La population qui vit dans le voisinage du transformateur électrique serait plus encline à développer des formes de cancers que le reste de la population argentine.

    Un juge argentin a ordonné la fermeture du transformateur d'Ezpleta sur base du principe de précaution, ce qui signifie que même lorsque le dommage n'est pas prouvé des mesures de précaution peuvent être prises. Légalement le transformateur aurait dû être arrêté jusqu'à ce qu'un rapport détaille les conséquences exactes de l'exposition humaine à ces champs électromagnétiques. Mais d'après certains observateurs, le transformateur serait toujours actif.

    Incidents

    Les résidents du district de Berazategui exigent à leur tour que le transformateur de Rigolleau soit déplacé. Jusqu'à présent, ils n'ont pas réussi à faire exécuter leurs demandes. « Nous devons prouver que Rigolleau reste dangereux pour la santé, c'est le monde à l'envers. L'Etat et l'entreprise visent à démontrer qu'il n'y a pas d'effets négatifs à long terme », a déclaré madame Vanese Salgado du Forum pour les droits des enfants et des jeunes de Berazategui.

    Ses deux enfants fréquentent une école qui se trouve à 150 mètres du transformateur. Les câbles électriques souterrains passent sous l'école.

    La société énergétique Edesur assure agir dans les normes juridiques de rayonnement. Le bureau national de régulation électrique ENRE soutient l'argumentation d'Edesur.

    L'année dernière, 12 personnes ont été blessées lors d'une intervention policière dans le cadre d'une manifestation contre les transformateurs électriques. En février 2012 une clôture a été érigée autour de la station qui bénéfice par ailleurs d'une escorte policière mais cela n'empêche pas de violents incidents entre la population et les autorités.

    Madame Salgado pense que le transformateur a déjà été mise en marche sans avertissement. Mais personne ne dispose d'information précise à ce sujet et ni la société Edesur et ni le bureau national ENRE ne veulent répondre aux demandes d'information.

    (FIN/IPS/2012)

    comment closed

    Tag Cloud

    Africa Centrale Asia/Pacifico Culture, Religion, Sport East Africa Education Energy Global Affairs Orient Peace and conflict Population, Refugies Science, Technologie Southern Africa Spécial Culture,Religion et Genre Travail West Africa