Home » Amerique du Nord, Economie et Travail, Headlines, Internationale, Politique »

ENERGIE-IRAN: L’Iran réduit sa capacité nucléaire en armement

    Gareth Porter

    WASHINGTON, 02 septembre (IPS) – Dans le rapport publié jeudi dernier par l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), on peut lire que l'Iran a réduit de 20 % sa quantité d'uranium enrichi qui pourrait être utilisé pour des armes nucléaires durant les trois derniers mois.

    Contrairement à la plupart des informations qui circulent ces derniers jours dans les médias, le rapport montre que la stratégie de l'Iran vise en réalité à renforcer sa position de négociation par rapport aux États-Unis plutôt qu'à forcer ses capacités nucléaires en armement.

    La diminution de la quantité d'uranium enrichi à une teneur en matières fissiles de 20 %, qui peut être utilisé pour le niveau d'enrichissement d'arme à feu, est en fait le résultat d'une augmentation de la production de combustible pour le réacteur de recherche de Téhéran. Ce réacteur a besoin de 20 % d'uranium enrichi pour réaliser la production d'isotopes.

    Quand l'uranium enrichi à 20 % est utilisé comme carburant, il devient difficile de le reconvertir en une forme qui peut être enrichi pour des armes nucléaires.

    Si on compare les données publiées dans le rapport du 30 août de l'AIEA avec le rapport daté du 25 mai de cette année, on arrive à la conclusion que l'Iran possède désormais une capacité nucléaire inférieure à ce qu'il avait il y a trois mois.

    Les données issues des deux rapports indiquent que la production totale d'uranium enrichi à 20 % a augmenté de 143 kilos à 189,4 kilos entre le mois de mai et la mi-août. Mais le stock total de l'uranium pouvant être utilisé pour la fabrication des armes a diminué durant la même période passant de 101 kilos à 91,4 kilos. Cela découle du fait qu'une partie de l'uranium est utilisé pour le réacteur médical.

    Centrifugeuses

    Bien que le rapport de l'AIEA montre que le nombre de centrifugeuses à Fordow est passée de 696 à 2.140 au cours des six derniers mois, il indique aussi que le nombre de centrifugeuses en état de marche n'a pas changé durant cette même période.

    Ce n'est pas un problème technique qui empêche les nouvelles centrifugeuses de fonctionner. Les 1.444 centrifugeuses au repos ne sont même pas connectées aux tuyaux, précise l'Institut pour la science et la sécurité internationale (ISIS), commentant le rapport de l'AIEA.

    Le fait que ces centrifugeuses à Fordow ne sont pas encore d'usage peut indiquer que l'Iran ne sait pas encore si elles peuvent être utilisées pour l'enrichissement de l'uranium de 3,5 % ou de 20 %.

    L'administration Obama semble hésitante sur l'interprétation à donner à ces centrifugeuses comme une démarche diplomatique permettant de renforcer la position de l'Iran dans de futures négociations. « Ils travaillent de façon stratégique», a déclaré un haut responsable américain à propos de l'Iran et juste avant la publication du rapport par le New York Times. « Ils sont en train de se créer une capacité énorme, mais ils ne l'utilisent pas ».

    Joe Cirincione, président du Ploughshares Fund et spécialiste indépendant dans le domaine de la politique nucléaire, partage cette analyse. « Les Iraniens sont d'excellents joueurs d'échecs. Ils avancent leurs pions de manière très prudente », commente-t-il.

    (FIN/IPS/2012)

    comment closed

    Tag Cloud

    Africa Centrale Asia/Pacifico Culture, Religion, Sport East Africa Education Energy Global Affairs Orient Peace and conflict Population, Refugies Science, Technologie Southern Africa Spécial Culture,Religion et Genre Travail West Africa