Home » Afrique, Developpement, Droits de L'Homme, Economie et Travail, Headlines, Politique, Reportage d'Afrique »

ENERGIE: Le vent apporte la lumière au Somaliland

    By Ed McKenna

    HARGEISA, Somaliland, 23 avr (IPS) – Une éolienne, située à quelque 20 kilomètres de Hargeisa, la capitale du Somaliland, est devenue un totem important du changement du paysage énergétique du pays.

    Cette région semi-autonome, qui autrefois faisait partie de la Somalie, s’est battue pour développer son économie malgré les infrastructures énergétiques vétustes qui font qu’il est presque impossible aux entreprises de fonctionner.

    Mais plus tard cette année, la première Loi sur l'énergie électrique du Somaliland sera votée. Elle constituera le premier cadre juridique et réglementaire du pays visant à gérer la production et la distribution de l'énergie, avec un accent sur le pilotage de solutions énergétiques alternatives, y compris des parcs éoliens dans quatre grandes villes.

    "Les entreprises ont été incapables d’opérer à plein régime puisqu’il n'existe pas une fourniture d'électricité régulière ou fiable dans le Somaliland. Cela ralentit l'activité économique et le développement dans la région. Nous devons examiner des sources d'énergie alternatives et renouvelables pour inverser cette tendance", a déclaré à IPS, Hussein Abdi Dualeh, le ministre des Mines, de l'Energie et des Ressources en Eau.

    Le Somaliland a l’un des tarifs d'électricité plus élevés au monde. Alors que le reste du monde paie en moyenne 15 à 30 cents le kilowattheure, les habitants de Hargeisa paient un dollar par KWh. Les prix élevés de l'énergie et l'absence d'un cadre de politique énergétique ont bloqué la concurrence et étouffé l'investissement dans le secteur privé de l'énergie dans la région. Les investisseurs ont peu confiance dans tout rendement financier à long terme en raison d'une réglementation limitée.

    Les hommes d'affaires locaux se plaignent fréquemment que des factures d’énergie élevées font que peu de produits sont fabriqués dans le Somaliland, donnant aux importations étrangères un avantage concurrentiel inégal.

    "Lorsque autant de nos revenus sont dépensés sur les factures d'électricité, nous perdons notre capacité à concurrencer avec les importations étrangères sur le marché local", a expliqué à IPS, Faisil Wadani, le propriétaire d'une petite usine.

    Les rues de Hargeisa sont densément peuplées par des kiosques et des vendeurs qui paient aux fournisseurs indépendants d'électricité environ 10 dollars par mois pour allumer une seule ampoule de 100 watts. Pour la majorité de ces petits kiosques, leur système d'éclairage improvisé ne possède pas d'interrupteur et l'ampoule est susceptible d’être allumée de jour comme de nuit, sauf si elle dévissé.

    Après l'effondrement de la Somalie en 1991, le nouveau gouvernement du Somaliland a récupéré des fils, poteaux et des groupes électrogènes des débris bombardés à Hargeisa pour essayer de monter une infrastructure opérationnelle, quoique rudimentaire, pour générer de l'électricité pour ses citoyens.

    Des fournisseurs d'électricité indépendants ont rapidement commencé à apparaître quand il était devenu évident que le gouvernement n'avait pas de fonds pour investir dans le réseau électrique. Cela a rapidement donné lieu à un système non réglementé qui perdure depuis 1991.

    Les infrastructures électriques vétustes du Somaliland sont aujourd'hui gérées par un réseau décentralisé de fournisseurs d'électricité locaux à Hargeisa, qui implique que des voisins paient aux voisins pour l’électricité.

    L’absence de l’appui du gouvernement à la production énergétique a contraint bon nombre des habitants plus riches de Hargeisa à importer des groupes électrogènes diesel du Moyen-Orient pour alimenter leurs maisons et entreprises. Une grande partie de l’énergie de Hargeisa est maintenant produite par des groupes électrogènes diesel et transmise par le réseau d'électricité dangereux de la capitale.

    Une fourniture désorganisée d’électricité dans les mains de fournisseurs d'énergie indépendants rend les consommateurs vulnérables aux coûts élevés et à un accès irrégulier à l’électricité, a indiqué Dualeh.

    "Le gouvernement gère seulement 20 pour cent du marché de l'électricité alors que les fournisseurs indépendants sont responsables de la majeure partie de l'électricité du Somaliland. Les tarifs du Somaliland sont très élevés en raison de ce réseau spaghetti de fournisseurs d'électricité indépendants où chacun a son propre réseau utilisant des équipements désuets", a-t-il expliqué.

    Selon le gouvernement, 40 pour cent de l'électricité est perdue à cause des mauvaises infrastructures électriques utilisées pour produire et distribuer l'énergie.

    Pour aider le Somaliland à élaborer sa première Loi sur l'énergie électrique, l'Agence américaine pour le développement international (USAID) travaille en étroite collaboration avec le ministère des Mines, de l'Energie et des Ressources en Eau, les fournisseurs d'électricité locaux et les consommateurs afin d'accélérer le processus de création d'une fourniture en électricité plus réglementée.

    "La fourniture d'une électricité abordable sans interruption quotidienne fréquente augmentera mes affaires et fera que mon travail ne sera plus une lutte quotidienne pour la survie financière", a indiqué Wadani.

    La Loi sur l'énergie électrique est censée standardiser les infrastructures du secteur et établir des normes de sécurité en s'appuyant sur les infrastructures du réseau électrique existant à Hargeisa.

    "Nous ne pouvons pas garantir que la nouvelle loi sur l'électricité réduira les coûts, mais nous pouvons espérer que la fourniture d'électricité peut être plus efficace. C’est à cause du fait de tolérer l'inefficacité la plupart du temps que les tarifs d'électricité sont si élevés au Somaliland", a souligné à IPS, Suleiman Mohamed, directeur du programme de partenariat de l’USAID.

    Mais Dualeh a affirmé que la nouvelle loi sur l'électricité "renforcera une distribution plus efficace, une sécurité accrue dans le secteur et des niveaux plus élevés d'investissement de la part du secteur privé, puisqu’il aura une confiance plus grande dans le marché de l'énergie".

    comment closed

    Tag Cloud

    Africa Centrale Asia/Pacifico Culture, Religion, Sport East Africa Education Energy Global Affairs Orient Peace and conflict Population, Refugies Science, Technologie Southern Africa Spécial Culture,Religion et Genre Travail West Africa