Home » Environnement, Headlines, Internationale »

ENVIRONNEMENT-JAMAIQUE: L’activité humaine et le changement climatique menacent le tourisme

    Zadie Neufville

    KINGSTON, 04 août (IPS) – Des experts dans le pays craignent que l'impact du changement climatique sur les écosystèmes fragiles de la Jamaïque n’aggrave les ravages de l'activité humaine et détruise l'industrie du tourisme sur l’île.

    Le tourisme est l'un des rares secteurs locaux qui ont connu une croissance alors même que l'économie mondiale régressait. En Jamaïque, le tourisme s’est accru de 4,2 pour cent environ entre 2002 et 2007. Il fournit près de deux milliards de dollars US chaque année, pratiquement 50 pour cent des recettes en devises étrangères de l'île et environ un quart de tous les emplois.

    Le secteur est conscient des défis auxquels il est confronté, a déclaré à IPS, Tina Williams, une directrice au ministère du Tourisme. Elle a souligné que la montée du niveau de la mer pourrait inonder une grande partie des zones côtières de l'île, ses infrastructures, hôtels et ses points d’attraction.

    Des précipitations plus intenses et des ouragans ainsi que des jours plus secs et plus chauds sont également censés intensifier la pression sur les écosystèmes locaux et l'industrie du tourisme.

    Mais Williams a indiqué que bien que le secteur ne soit pas spécifiquement focalisé sur les changements climatiques, les acteurs mettent en œuvre des stratégies et programmes de réduction des risques qui, selon eux, rendront leurs produits plus résistants.

    "Les changements climatiques exacerberont toutes les vulnérabilités auxquelles le secteur est confronté – glissements de terrain, inondations – et avec de nombreux petits propriétaires qui sont dépendants de l'agriculture locale, l'industrie ressentira sans aucun doute l'impact", a expliqué à IPS, Williams, qui est chargée de superviser la politique de lutte contre les changements climatiques dans le ministère.

    La dépendance du secteur des écosystèmes naturels le place en première ligne dans la lutte contre les changements climatiques. Pourtant, l'industrie elle-même a lourdement ébranlé l'environnement local, causant des dégâts irréversibles dans certaines régions.

    Des récifs qui meurent

    Des rapports indiquent que jusqu’à 30 pour cent de la végétation côtière initiale de l'île a été perdue. Une grande partie des 1.240 kilomètres carrés de récifs coralliens, avec environ 111 espèces de coraux, est quasiment morte d'une combinaison d’activités humaines et de maladies. Sur les coraux restants, environ 60 pour cent sont exposés, a noté l’Institut mondial des ressources naturelles dans un rapport de 2010.

    Des niveaux élevés de nutriments provenant des eaux de ruissellement agricoles et le rejet des eaux usées dans les eaux côtières ont également endommagé les récifs. Selon les données du gouvernement, les stations balnéaires de Negril, Montego Bay, Ocho Rios et les zones situées le long de la côte sud dans la zone protégée de Portland Bight, ont ressenti le plus grand impact.

    Le biologiste marin, Andrew Ross, a noté que le blanchiment continu des coraux, la surpêche, le défrichement des terres et la pollution – en particulier celle des eaux usées – ont tous contribué à la détérioration des récifs.

    "Les endroits ayant une fréquentation touristique régulière verront beaucoup de dégâts accidentels et/ou d'ancrage et même une certaine récolte ou collecte pour des rayons de bibelots", a-t-il expliqué.

    Mais nulle part la situation n’est plus révélatrice que le long de la côte de Negril. Ici, des dunes de sable ont depuis longtemps cédé la place à des maisons en béton, des hôtels et des stations d'épuration. Ici, disent les scientifiques, la destruction généralisée de la végétation, des forêts et des zones humides côtières, fournit un aperçu des ravages que les changements climatiques sont censés créer.

    Le vrai coût du développement

    Les infrastructures touristiques de Negril ont été construites au détriment de ses zones humides côtières. Les forêts de mangroves côtières et les herbiers marins ont été enlevés pour permettre l'accès aux sables blancs brillants que les touristes aiment.

    Maintenant, le sable blanc célèbre qui apporte à peu près la moitié des recettes touristiques de la Jamaïque est érodé à des taux compris entre un demi-mètre et un mètre par an. Selon des rapports, certaines régions ont perdu jusqu’à 55 mètres de plage au cours des 40 dernières années.

    L'érosion que les scientifiques de l'Université des Antilles (UWI) ont découverte est la conséquence directe du développement. Quand ils ont retiré les zones humides, les promoteurs ont détruit les organismes sécréteurs de carbone qui habitaient les herbiers marins et produisaient au moins la moitié du sable.

    "L’absence importante de corail dans le sable de la plage indique que les fragments d'algues ne proviennent pas probablement du récif mais plutôt des algues dans l'environnement de la plateforme peu profonde de la baie intérieure", indique l'étude de 2002.

    "Les activités humaines jouent également un rôle majeur" dans la dégradation des récifs, note un rapport du Projet de développement d’une méthodologie d’évaluation du risque et la vulnérabilité (RiVAMP) du Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE), de même que le rapport a reconnu que des phénomènes extérieurs étaient néanmoins des facteurs importants.

    Le rapport observe que l'utilisation traditionnelle de l'herbe de mer comme compost pour l'agriculture et son usage dans les boissons traditionnelles ont emporté des lits existants. Les gens du coin ont aussi coupé les mangroves pour fournir du bois de chauffage et comme matériau pour la construction.

    L’avenir du tourisme en Jamaïque

    Même si les arrivées de visiteurs devraient augmenter à 3,1 millions d’ici à 2050, les changements climatiques pourraient voir ce nombre tomber à 2,7 millions à ce moment-là, ont indiqué les experts.

    Le tourisme jamaïcain est enraciné dans ses plages de sable blanc et son soleil, et est spécifique aux stations balnéaires comme Negril. Une grande partie du développement infrastructurel de l'île est allée dans ces zones de villégiature, qui se trouvent également par hasard dans des zones inondables prévues.

    (FIN/IPS/2012)

    comment closed

    Tag Cloud

    Africa Centrale Asia/Pacifico Culture, Religion, Sport East Africa Education Energy Global Affairs Orient Peace and conflict Population, Refugies Science, Technologie Southern Africa Spécial Culture,Religion et Genre Travail West Africa