Home » Amerique Latine, Economie et Travail, Environnement, Headlines, Politique, Reportage d'Afrique »

ENVIRONNEMENT: Le Japon abandonne l’objectif sur les émissions du CO2

    By Stephen Leahy

    VARSOVIE, Pologne, 22 nov (IPS) – Le Japon a annoncé le 15 novembre qu'il reviendra sur sa promesse concernant les émissions de carbone, mettant probablement fin à tout espoir que le réchauffement de la planète peut être maintenu à 2,0 degrés Celsius.

    Cette annonce choquante a été faite au cinquième jour des négociations de l'ONU sur le climat à Varsovie, appelées COP19, où plus de 190 nations ont convenu d'un objectif de 2,0 degrés C et tentent de combler le fossé des émissions de carbone pour y arriver.

    Le Japon augmentera cet écart de trois à quatre pour cent avec son nouvel objectif de réduction pour 2020, selon l’organisation 'Climat Action Tracker' (CAT). Cela équivaut à une augmentation de trois pour cent par rapport à une référence de 1990. L’engagement du Japon à l’Accord de Copenhague 2009 était une réduction de 25 pour cent d'ici à 2020.

    "Le Japon nous amène dans la direction opposée", a déclaré à IPS, à Varsovie, Marion Vieweg, un responsable de 'Climate Analytics', une organisation allemande de recherche sur le climat.

    "Leur révision montre que l'approche ascendante ne marche pas dès lors que les pays peuvent simplement abandonner leurs engagements à tout moment", a indiqué Vieweg.

    Les climatologues ont longtemps soutenu que l'objectif de 2020 pour les pays industrialisés devrait être de réduire les émissions de 25 à 40 pour cent par rapport à une référence de 1990. Cependant, même si des pays respectent leurs engagements climatiques actuels conformément à l'Accord de Copenhague, les émissions de CO2 en 2020 sont susceptibles d'être huit à 12 milliards de tonnes supérieures à ce qu’il faut, selon le Rapport 2013 sur l’écart entre les émissions du Programme des Nations Unies pour l'environnement.

    Le Japon, le cinquième plus grand émetteur de CO2, n'est que le dernier à abandonner ses engagements internationaux.

    Alors que l'Australie n'a pas officiellement déchiré son engagement pour la réduction, le gouvernement nouvellement élu de Tony Abbott a vidé presque tous les programmes d'émission dont il a besoin pour tenir sa promesse de 2020 d’une réduction de cinq à 25 pour cent par rapport à 2000, a déclaré Vieweg.

    Le Canada peut être le pire contrevenant. Il indiqué récemment que ses émissions de carbone seront 20 pour cent plus élevées que son engagement de Copenhague. Plus important encore, les émissions du Canada en 2020 seront 66 à 107 pour cent supérieures à ce qui est réellement nécessaire pour jouer sa partition pour atteindre 2,0 degrés C.

    "Nous obtenons des résultats", a affirmé la ministre de l'Environnement du Canada, Leona Agglukaq.

    "L'Australie, le Canada et maintenant le Japon ont un impact destructeur sur les négociations sur le climat", a déclaré Kimiko Hirata, porte-parole du 'Climate Action Network' (Réseau pour une action sur le climat – CAN) au Japon. Le CAN est un réseau international de plus de 800 ONG.

    "Il n’y a eu aucune discussion publique sur cet objectif plus faible. Nous sommes très embarrassés par la décision de notre gouvernement", a indiqué Hirata dans une conférence de presse à Varsovie.

    Le gouvernement japonais dit que c’est à cause de l'arrêt de ses 50 réacteurs nucléaires qu’il doit revoir son objectif. Toutefois, une analyse effectuée par CAT a constaté que même avec le mélange actuel de combustibles fossiles du Japon, le pays pourrait toujours réduire les émissions de 17 à 18 pour cent.

    CAT produit des rapports indépendants dressés par 'Climate Analytics', l'Institut de Potsdam pour la recherche sur les impacts du climat et 'Ecofys', un institut de l'énergie basé en Hollande.

    "Avec plus d'efficacité énergétique et des énergies renouvelables, le Japon pourrait toujours atteindre son objectif de 25 pour cent", a souligné Vieweg.

    Trois études différentes menées par des organisations de la société civile japonaise montrent également que le Japon pourrait atteindre son objectif de 25 pour cent sans l'énergie nucléaire. Une étude économique détaillée montre que les investissements dans l'efficacité énergétique et dans l'énergie verte créeraient plus de deux millions d'emplois sans réduire le produit intérieur brut du Japon.

    "Le mois d’octobre a été le plus chaud que l’Australie ait jamais connu. Les Australiens veulent une action sur le climat", a déclaré Heather Brewer du CAN-Australie.

    Plus de 200 événements et actions devraient avoir été organisés en Australie le 17 novembre pour protester contre les politiques climatiques du gouvernement Abbott, a-t-elle indiqué.

    Lundi, à l'ouverture de la COP19, Yeb Sano, négociateur principal de la délégation des Philippines, a parlé avec émotion des dégâts causés par le super typhon Haiyan. Une tempête extraordinairement puissante, c’était le 24ème typhon à frapper le pays cette année. Beaucoup voient cela comme un indicateur du changement climatique et de ce qui reste à venir.

    "Je jeûnerai désormais pour le climat. Je ne mangerai pas durant cette COP jusqu'à ce qu'il y ait une issue significative en vue avec des engagements concrets", a déclaré Sano lors de la plénière d'ouverture.

    Sano a été maintenant rejoint par plus de 100 personnes à Varsovie et plus à l'extérieur.

    Et dans une action sans précédent, Sano a lancé une pétition publique en ligne le 15 novembre pour demander aux pays de l'ONU de prendre des mesures urgentes et audacieuses pour lutter contre les changements climatiques. En quelques heures, plus de 100.000 personnes se sont manifestées.

    "La super tempête Haiyan est un cauchemar climatique – la pollution due au carbone entraîne des tempêtes plus fréquentes et plus intenses qui dévastent des communautés vulnérables. De nouvelles réalités exigent de nouvelles politiques, je vous exhorte à stopper la triste tradition de traîner les pas sur des engagements visant à réduire la pollution, et de ne pas tenir les promesses par rapport au financement", indique en partie la pétition.

    L'annonce du Japon "est comme une gifle sur le visage de ceux qui souffrent des impacts des changements climatiques tels que les Philippines", a déclaré Wael Hmaidan, directeur du CAN international.

    comment closed

    Tag Cloud

    Africa Centrale Asia/Pacifico Culture, Religion, Sport East Africa Education Energy Global Affairs Orient Peace and conflict Population, Refugies Science, Technologie Southern Africa Spécial Culture,Religion et Genre Travail West Africa