Home » Environnement, Headlines, Internationale »

ENVIRONNEMENT-SAINT-DOMINGUE: Biodiversité sans frontières

    Patricia Grogg

    SAINT-DOMINGUE, 16 août (IPS) – La protection et la préservation de la biodiversité figurent parmi les défis les plus redoutables que constituent les changements climatiques dans les îles des Caraïbes, qui abritent une multitude d'espèces endémiques de la flore et de la faune.

    Le Corridor biologique des Caraïbes (CBC), une initiative dirigée par la République dominicaine, Cuba et Haïti, avec l’appui des agences de coopération internationale, offre une opportunité pour des projets communs qui profiteront à la biodiversité non seulement au sein de leurs propres frontières, mais aussi dans toute la région des Caraïbes.

    Dans une interview accordée à IPS, Ernesto Reyna, ministre de l'Environnement et des Ressources naturelles en République dominicaine, a décrit l'initiative CBC comme une alliance stratégique d'une importance capitale pour les petites nations insulaires menacées par des variations climatiques, telles que l’augmentation des températures moyennes et la montée des niveaux de la mer.

    Des orages, sécheresses et des inondations de plus en plus intenses sont également prévus pour la région, constituant une grave menace non seulement pour les populations d'Haïti et de la République dominicaine, mais aussi pour leur flore et faune, qui comprennent de nombreuses espèces menacées et en voie de disparition.

    "Etant donné l'expérience de Cuba, la situation difficile en Haïti et l'intérêt affiché par la République dominicaine, nous pourrions dire que ce partenariat entre ces trois pays frères est un excellent exemple de ce qui peut être fait pour promouvoir la préservation des ressources naturelles", a-t-il déclaré.

    Reyna affirme que la Jamaïque, Porto Rico, la Guadeloupe et la Martinique ont exprimé leur intérêt à participer au processus en qualité d'observateurs et d’invités, et pourraient finalement y adhérer en tant que partenaires à part entière dans le corridor biologique, qui sert d’une sorte d'initiative faîtière pour des projets "d’action concrète".

    Cette initiative fournit un cadre de coopération pour protéger les ressources naturelles et enrayer la perte de la biodiversité dans la région des Caraïbes par l'assainissement de l'environnement et le développement de moyens de subsistance alternatifs.

    Le CBC s’étend sur une longueur d’environ 1.600 kilomètres à travers les trois pays membres actuels. En République dominicaine, il englobe la Réserve de biosphère Jaragua-Bahoruco-Enriquillo et la chaîne de montagnes Cordillera Central, jusqu'à la frontière avec Haïti.

    La partie haïtienne comprend la chaîne de montagnes du Massif de la Selle, le lac Azuei, la Forêt des Pins, La Visite et les montagnes du Massif du nord (le nom haïtien pour la chaîne appelée Cordillera Central en République dominicaine). Haïti, le pays le plus pauvre des Amériques, et la République dominicaine partagent l'île d’Hispaniola, divisée par une frontière longue de 382,8 km.

    Le CBC comprend également une vaste zone de l'est de Cuba, notamment la chaîne de montagnes Sierra Maestra, Baracoa, Nipe et Sagua. Un universitaire et chercheur cubain, Nicasio Viña, est le directeur actuel de cette initiative lancée par les trois pays en 2007.

    Alors qu’il relie les paysages, écosystèmes, habitats et cultures des trois nations des Caraïbes, le corridor donne également un statut spécial à plus de 60 aires protégées qui peuvent faciliter des investissements pour le développement, la réduction de la pauvreté et la restauration des aires naturelles fortement touchées par l'activité humaine.

    Selon les chiffres du Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE), dans les îles des Caraïbes, il existe 23,5 espèces de plantes endémiques par 100 km², soit une densité 3,4 et 12 fois plus grande, respectivement, que celle dans la Forêt atlantique du Brésil, les Andes tropicales, et la 'Mesoamerica', une région englobant le sud du Mexique et le nord de l'Amérique centrale.

    Les promoteurs du CBC soulignent que les efforts visant à protéger et à préserver cette richesse biologique doivent inclure la réduction de la pauvreté pour les personnes qui vivent dans ces zones afin de baisser la pression sur les ressources biologiques. Pour Reyna, l'un des plus grands défis réside dans la restauration de la confiance des communautés locales.

    Pour cette raison, il croit qu'il faut assurer la participation communautaire aux activités du projet ainsi que l'implication des structures gouvernementales locales, telles que les administrations des bassins hydrographiques, afin que des plans ne soient pas mis en veilleuse.

    L'Union européenne assure le financement cette initiative qui est également soutenue par le PNUE.

    Bien qu'il existe depuis plusieurs années, le CBC a été "relancé", selon Reyna. "C'est un projet d'avenir qui est maintenant en train de s’étendre aux autres pays de la région, et je pense que le moment est venu pour qu'il décolle complètement", a-t-il indiqué.

    Parmi les projets déjà en cours dans le cadre de l'initiative, figure le Centre de propagation des végétaux à Dosmond, près d’Ouanaminthe, dans le nord d'Haïti. Ce centre comprend une serre avec une place pour 600.000 plantes, un germoir, un entrepôt, un bureau et un espace polyvalent.

    Les problèmes environnementaux auxquels Haïti est confronté comprennent la déforestation – son couvert forestier a été réduit à moins de deux pour cent de sa superficie terrestre totale – et la dégradation des sols. La zone frontalière entre Haïti et la République dominicaine est exposée à des événements météorologiques extrêmes qui exacerbent les communautés de la région.

    (FIN/IPS/2012)

    comment closed

    Tag Cloud

    Africa Centrale Asia/Pacifico Culture, Religion, Sport East Africa Education Energy Global Affairs Orient Peace and conflict Population, Refugies Science, Technologie Southern Africa Spécial Culture,Religion et Genre Travail West Africa