Home » Amerique Latine, Developpement, Droits de L'Homme, Economie et Travail, Environnement, Headlines, Politique, Reportage d'Afrique »

ENVIRONNEMENT: Une femme se bat pour la réduction du carbone

    By Anna Shen

    NEW YORK, 23 déc (IPS) – Regardant les ravages colossaux du typhon Haiyan en novembre, Graciela Chichilnisky, un professeur de l'Université de Columbia, sait certainement une chose: le changement climatique causera probablement plus de ces tempêtes massives, menaçant l'existence même de l'humanité.

    En tant que l'un des principaux experts des changements climatiques au monde et créatrice du marché du carbone qui figure dans le traité sur les émissions du Protocole de Kyoto, Chichilnisky sait aussi qu’il ne 'agit pas de quelque chose qui est nouveau.

    "Ce dont le monde a besoin maintenant, ce sont des solutions", a-t-elle indiqué à IPS. "Si nous pouvons créer les vraies institutions maintenant, nous pouvons résoudre les problèmes énergétiques et climatiques. Pour la première fois, avec la publication du rapport officiel du GIEC [Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat], il y a un paragraphe très important: il existe des solutions potentielles, et le rapport du GIEC parle de la technologie négative du carbone".

    Chichilnisky, une économiste et mathématicienne de renommée mondiale, a aussi fait des cherches pour trouver des réponses, publiées dans une grande partie de ses travaux académiques qui sont composés de 14 livres et de 250 articles dans des principales revues académiques.

    Malgré des preuves accablantes détaillant les coûts de l'inaction, les perspectives sont de plus en plus désastreuses: un récent rapport de l'ONU sur les changements climatiques prévoit une grande diminution de la fourniture des aliments dans le monde, des augmentations de conflits violents, de la pauvreté, des inondations, des vagues de chaleur, des sécheresses et des maladies.

    Trois des diplomates qui ont dirigé les négociations de l'ONU sur le réchauffement climatique ont affirmé que les traités futurs sur le climat n’éviteront pas au monde un échauffement excessif. Deux semaines de négociations sur le climat à Varsovie, en Pologne, en novembre ont produits des progrès lamentables.

    Malgré ces obstacles, Chichilnisky reste tenace. Jigar Shah, ancien directeur général de 'Carbon War Room' de Richard Branson, note ses efforts permanents. "Graciela est un tour de force", a-t-

    il déclaré à IPS. "Elle travaille sur les changements climatiques depuis une plus grande partie de sa vie et a compris comment inspirer les gens avec ses messages. Elle peut inclure cela dans son héritage".

    En effet, Chichilnisky a aidé à faire connaître la question dès le début, quelque chose qui est reconnu par la communauté internationale. Elle est vue comme une actrice clé dans la création d'un cadre international sur les changements climatiques en tant qu’auteur principal américain, né en Argentine, du GIEC, qui a reçu le Prix Nobel de la Paix en 2007.

    Aujourd'hui, Chichilnisky est plus préoccupée à trouver des moyens pour éviter, ou du moins atténuer, l'impact catastrophique que les changements climatiques auront sur l'humanité et la planète. Elle croit qu'il existe un moyen pour avancer.

    L'objectif des récentes négociations de l'ONU a été de maintenir le réchauffement en dessous de deux degrés Celsius d'ici à 2020. Cela peut être possible en utilisant les marchés et la technologie, indique Chichilnisky.

    Un instrument contraignant utilise une technologie neutre en carbone, qui est devenue la pierre angulaire d'une entreprise dénommée 'Global Thermostat', qu'elle a fondée avec Dr Peter Eisenberger, qui a également créé l'Institut de la Terre à l'Université de Columbia, aux Etats-Unis.

    L’entreprise a obtenu un prêt auprès du groupe 'Goldman Sachs', et il y a six ans, la technologie a attiré l'attention d'Edgar Bronfman Jr., ancien directeur général de 'Warner Music and Seagram'. Il est le principal investisseur dans 'Global Thermostat', et en est devenu plus tard président exécutif.

    Bronfman a déclaré à IPS que Chichilnisky apporte une combinaison de vision, d'intelligence, de détermination et de sérieux à la table.

    "Elle est prête à voir les choses que tout le monde ne peut pas voir. Je pense que le fait qu'elle soit une femme qui a réussi dans sa carrière signifie qu'elle est plus déterminée et pleine de ressources que la plupart des gens", a-

    t-il souligné.

    "Le travail dans le Protocole de Kyoto donne de la crédibilité à 'Global Thermostat', ce qui peut paraître trop beau pour être vrai au début", a-t-

    il ajouté.

    Cette technologie de l’entreprise, qui vise les centrales électriques, les raffineries et d’autres industries, capte et stocke les émissions de dioxyde de carbone. Bronfman la compare à un "déshumidificateur géant".

    "Ce dont nous avons besoin, c'est de retirer le carbone de l'air afin de fermer son cycle, ce qui signifie que tout ce que nous mettons en place nous aide à le diminuer", a déclaré Chichilnisky.

    Bref, les risques catastrophiques des changements climatiques exigent une transformation fondamentale dans la production et l'utilisation de l'énergie. Le défi est d'augmenter les fournitures énergétiques de la planète tout en réduisant également les gaz à effet de serre dans l'atmosphère, a-t-elle expliqué.

    L’entreprise a des accords commerciaux avec plusieurs des plus grands acteurs du marché, y compris Corning. Certains de ses produits nourrissent les algues de CO2, qui le transforment en combustible propre. Il y a deux usines à Silicon Valley, en Californie, et une dans l'Etat de l'Alabama, aux Etats-Unis.

    Chichilnisky insiste que l’objectif en récession visant à conjurer une augmentation de deux degrés Celsius de la température reste possible, surtout avec l'utilisation d’une technologie appropriée. Plus important encore, en montrant l'efficacité de la technologie à maîtriser le problème, elle espère faire monter les enjeux politiques.

    "Actuellement, la plupart des politiciens ne comprennent pas l’enjeu. Peu de gens comprennent que vous pouvez réduire le carbone d'une manière qui aide l'économie. Si vous pouvez réduire le carbone et créer des emplois, alors politiquement cela deviendrait possible. Cela se produira", a-t-

    elle déclaré.

    comment closed

    Tag Cloud

    Africa Centrale Asia/Pacifico Culture, Religion, Sport East Africa Education Energy Global Affairs Orient Peace and conflict Population, Refugies Science, Technologie Southern Africa Spécial Culture,Religion et Genre Travail West Africa