Home » Afrique, Developpement, Economie et Travail, Headlines, Reportage d'Afrique »

ETHIOPIE: La mort de Meles est 'une opportunité pour la paix'

    By Carey L. Biron

    WASHINGTON, 23 août (IPS) – Après l'annonce lundi de la mort du dirigeant éthiopien de longue date, Meles Zenawi, des leaders de la société civile du pays et des groupes occidentaux de défense des droits qualifient cette tournure des événements comme une occasion pour guérir des décennies de sectarisme de plus en plus marqué.

    Beaucoup soulignent également le rôle potentiel du gouvernement américain comme un élément clé."La mort de Meles a créé une opportunité pour la paix en Ethiopie, ce qui signifie que cette transition ne devrait pas être comme d'habitude", a déclaré à IPS, Getachew Begashaw, professeur d'économie à 'Harper College', ici aux Etats-Unis."Ce processus doit être quelque chose… qui peut mettre le pays sur la voie de la réconciliation nationale. Il est important pour les Etats-Unis de se rendre compte que leurs intérêts à long terme seraient mieux servis si nous pouvons résoudre les conflits internes de l'Ethiopie".La possibilité de violences sectaires a été une préoccupation majeure pour ceux qui tentaient de planifier la mort du dirigeant éthiopien, qui avait été malade pendant plusieurs mois. Meles a dirigé le pays avec une poigne de plus en plus autoritaire pendant plus de deux décennies, et beaucoup de personnes craignent que son absence ne laisse un vide politique.On ne sait pas encore l'impact que la mort de Meles aura sur les négociations en cours entre le Soudan et le Soudan du Sud, ainsi qu’en Somalie, des pourparlers dans lesquels le dirigeant éthiopien a fait preuve de son leadership. Cependant, actuellement, l'attention est pour beaucoup sur des inquiétudes plus immédiates."Je crains qu'une occasion manquée à ce moment crucial n’entraîne l'effondrement total de l'Etat éthiopien", a indiqué Begashaw. "Une fois que la situation tournera à la violence, il sera extrêmement difficile de faire demi-tour – nous aurons une autre Somalie. Et si l'Ethiopie devait s’effondrer, toute la région serait massivement touchée".Par rapport à tous les discours sur la récente relance économique de l'Ethiopie, beaucoup préviennent que ce développement n'a pas encore atteint la grande majorité de la population du pays. Une grande partie de cette richesse – et du pouvoir politique – a été plutôt retenue par le parti au pouvoir et, en particulier, par l’infime communauté tigréenne à laquelle appartenait Meles.Déjà le vice-Premier ministre de Meles, Hailemariam Desalegn, a été désigné pour diriger le pays jusqu'à l’organisation des élections en 2015, bien qu’une réunion du parlement – prévue le 22 août – pour rendre officielle cette décision ait été subitement annulée.Pas de marionnette"Toute la politique de Meles Zenawi était basée sur des intérêts à court terme – ce qui est bon pour lui, et non ce qui est bon pour son pays. Aujourd'hui, l'Ethiopie est plus que jamais divisée par l'ethnicité, et c'est de sa faute", a déclaré à IPS, Obang Metho, directeur exécutif du Mouvement de solidarité pour une nouvelle Ethiopie, basé ici à Washington."Les Etats-Unis en particulier ont utilisé Meles comme une marionnette. Au cours des 20 dernières années, ils ont mis leurs œufs dans un seul panier et ce panier a désormais disparu. Alors, il est temps de commencer un nouveau plan, celui qui soutient le peuple éthiopien et est basé sur des intérêts nationaux communs".Metho et d'autres soulignent particulièrement le rôle des Etats-Unis dans la transition à venir. Les deux pays ont une longue relation controversée, puisque Washington a canalisé une importante aide militaire et au développement vers le régime de Meles, en particulier après le début de la "guerre contre le terrorisme" dirigée par les Américains.Aujourd'hui, les Etats-Unis continuent d’effectuer des vols de "drones" sans pilote à partir d'une base en Ethiopie. Les Américains continuent également d’apporter une importante aide humanitaire à l'Ethiopie, qui reçoit actuellement plus d'aide étrangère que tout autre pays en Afrique."Les Etats-Unis doivent saisir cette occasion pour revoir leurs relations avec l'Ethiopie et aider à la construction des institutions solides et responsables ainsi qu’au respect de l’Etat de droit, de peur qu’ils ne risquent… une relation avec un autre 'homme fort' et ne dépendent de sa longévité", a affirmé 'Amnesty International' dans un communiqué mardi.'International Crisis Group', dans un rapport publié mercredi, a de même demandé aux Etats-Unis, de concert avec le Royaume-Uni et l'Union européenne, de "chercher à jouer un rôle important dans la préparation et la définition de la transition", en travaillant spécialement au renforcement des capacités au sein de l'opposition.Bien que la première réaction américaine, notamment les condoléances du président Barack Obama, et de la secrétaire d'Etat américaine, Hillary Clinton, ait simplement félicité Meles pour son rôle dans le renforcement de la démocratie et de l'économie éthiopiennes tout en soulignant ses efforts dans la guerre civile au Soudan, les jours qui ont suivi ont vu un léger changement de ton."Nous n'avons pas hésité à exprimer notre inquiétude… par rapport à la liberté des journalistes, aux droits humains, etc.", a déclaré mercredi la porte-parole du département d'Etat, Victoria Nuland. "Nous chercherions toujours de nouvelles avancées qui puissent renforcer le système et le soutien pour la population à travers l'Ethiopie".Le renforcement de l'opposition et le relâchement du contrôle sur la société civile en général sont particulièrement importants, a souligné Begashaw, pour détourner les gens du spectre de possibles conflits ethniques dans une Ethiopie post-Meles.Il a affirmé que les Etats-Unis doivent jouer un rôle de "courtier crédible pour la paix entre l'opposition et le parti au pouvoir", en s’assurant que la politique du pays s'ouvre, que les prisonniers politiques soient libérés, et que les organisations interdites par Meles sur la base "du terrorisme", soient rétablies.

    comment closed

    Tag Cloud

    Africa Centrale Asia/Pacifico Culture, Religion, Sport East Africa Education Energy Global Affairs Orient Peace and conflict Population, Refugies Science, Technologie Southern Africa Spécial Culture,Religion et Genre Travail West Africa