Home » Afrique, Developpement, Droits de L'Homme, Headlines, Politique, Reportage d'Afrique »

ETHIOPIE: Le médaillé d'or des Jeux olympiques vise le parlement

    By Hadra Ahmed

    ADDIS-ABEBA, 3 août (IPS) – La légende éthiopienne des pistes, Haile Gebrselassie, est essentiellement connu pour une chose – ses records du monde. L’homme qui est deux fois médaillé d'or olympique, envisage désormais une course différente – pour une fonction politique.

    Il est également multiple champion du monde des 10.000 mètres et détenteur de plus de 27 records du monde des courses de fond allant de 1.500 mètres au marathon.

    Haile a toujours dit qu'il envisagerait de se présenter pour une fonction politique, mais sa décision ne pouvait pas venir à un moment plus intéressant dans la politique de l'Ethiopie. Cette année, pour la première fois depuis les violences qui ont suivi les élections de 2005 en Ethiopie, le pays a connu des manifestations dans trois de ses grandes villes.

    Bien que Haile n'ait pas commenté ces manifestations, il a indiqué que les partis d'opposition devraient élaborer des politiques et des suggestions claires au lieu de rabaisser simplement les défis.

    "Le pays est dans une situation différente en termes de statut économique et politique par rapport aux années précédentes. La politique ne porte pas sur la célébrité et la popularité, mais sur le but de travailler pour le développement du pays. Le principal problème avec notre politique est qu'il y a seulement quelques-uns qui travaillent vers l'atteinte de cet objectif", a-t-il déclaré à IPS dans un entretien exclusif à Addis-Abeba, la capitale éthiopienne.

    Il a indiqué au début qu'il voulait être candidat à la présidentielle, mais a changé d'avis et a décidé de se présenter pour les législatives, comme indépendant, aux prochaines élections nationales de 2015.

    "Je veux atteindre plus de gens à travers la politique", a déclaré cet homme qui est considéré comme le plus grand coureur de fond de l'histoire et perçu par beaucoup comme une icône nationale dans ce pays de la Corne de l'Afrique.

    "La grande erreur serait de rester hors de la politique et puisque je suis éthiopien, je ferai tout mon possible pour faire partie de son développement".

    Il n'a pas précisé ce que serait sa plateforme, affirmant qu'il a deux ans jusqu’aux élections pour réfléchir à cela et préparer sa campagne. Mais, créer plus d’opportunités d'emploi, travailler sur la paix et la stabilité, et la construction d'un pays sans pauvreté sont quelques-uns de ses rêves.

    Girma Seifu, un membre du comité exécutif du parti d'opposition Unité pour la démocratie et la justice (UDJ), avait quelques conseils pour Haile. Girma, le seul membre de parti d'opposition dans un parlement où les sièges sont dominés par le parti au pouvoir, le Front révolutionnaire démocratique du peuple éthiopien, a conseillé à Haile de s'aligner avec l'un des partis d'opposition du pays.

    Il a souligné que sur la base de son expérience, Haile n'aurait pas beaucoup d’opportunité d'être entendu en tant qu’indépendant, étant donné la structure parlementaire actuelle.

    "Etre un député en tant que candidat indépendant affaiblit le pouvoir de se faire entendre dans la vie politique du pays et ce sera juste perdre son temps", a déclaré Girma à IPS.

    "Il sera en mesure d’élaborer des politiques et formuler des recommandations sur celles qui existent s'il fait partie d'un parti ou crée son propre parti", a-t-il ajouté.

    Girma a affirmé que du fait que Haile soit une personnalité publique bien connue en raison de ses exploits dans l’athlétisme, il aurait une probabilité plus élevée d'être entendu par la société éthiopienne et à travers le monde. Mais Grima a indiqué que Haile aurait encore besoin de faire partie de la sphère politique et doit avoir une formation politique.

    Haile pense que la réputation qu'il a bâtie à travers sa carrière de coureur pourrait lui ouvrir la voie pour faire une différence dans le pays. "J'ai vu (le développement) des pays à travers le monde et je veux amener cela dans mon pays par tous les moyens possibles", a déclaré Haile.

    Un expert politique du ministère des Affaires étrangères, s'exprimant sous le couvert de l'anonymat, a expliqué à IPS que Haile est un homme d'affaires et devra peser sa passion pour la politique avec ses intérêts privés. "Il doit voir les choses calmement et (les) interpréter selon le statut du pays".

    Haile possède un cinéma, un lieu de villégiature luxueux sur les rives du lac Hawassa et beaucoup d’autres entreprises. Il a également lancé récemment 1.500 hectares de plantation de café dans la Zone Sheka de la Région des nationalités et des peuples des pays du sud.

    Il n'existe aucune règle qui dit que l'on doit renoncer à ses affaires avant de se présenter aux législatives. Et en Ethiopie, comme dans plusieurs pays, les politiciens peuvent mener leurs activités et participer à la vie politique en même temps.

    Mais si quelqu'un est candidat pour une fonction publique, il est obligé, selon la Proclamation N°668/2010 sur la divulgation et l'enregistrement des biens, de déclarer son capital et ses entreprises, ainsi que les recettes que ces entreprises produisent.

    Haile a indiqué que son épouse, Alem Getachew, pense qu'il est fou en voulant se présenter pour une fonction politique, et ses amis estiment que ce n'est pas le bon moment pour entrer en politique. Mais malgré cela, il se prépare actuellement en étudiant et en lisant la politique, et en discutant l'idée avec des politiciens.

    comment closed

    Tag Cloud

    Africa Centrale Asia/Pacifico Culture, Religion, Sport East Africa Education Energy Global Affairs Orient Peace and conflict Population, Refugies Science, Technologie Southern Africa Spécial Culture,Religion et Genre Travail West Africa