Home » Developpement, Economie et Travail, Headlines, Internationale, Politique, Santé »

FAIM-FEMMES: Les agricultrices luttent mieux contre la faim dans le monde

    NEW YORK, 27 septembre (IPS) – Si les femmes agricultrices disposaient de plus d'outils et de ressources, le nombre de personnes affamées dans le monde diminuerait drastiquement d’environ 100 à 150 millions d’individus. C’est la conclusion des dirigeants du Programme mondial des Nations Unies pour l’alimentation (FAO) rendue public à la veille de la réunion de la Commission des Nations Unies sur la sécurité alimentaire mondiale.

    Lors d'une réunion en marge de l'Assemblée générale de l'ONU, la directrice du programme mondial Josette Sheeran a souligné le rôle clé en cette matière joué par les femmes vivant dans des environnements ruraux. Son discours est à mettre en parallèle avec la réunion annuelle de la Commission des Nations Unies sur la sécurité alimentaire mondiale qui va avoir lieu le mois prochain au siège de la FAO à Rome ainsi qu’avec la 56e session de la Commission des Nations Unies sur la condition féminine qui se tiendra l'année prochaine. Ces deux sommets offrent l'occasion pour mettre en valeur le rôle joué par les femmes rurales dans la lutte contre la faim, estime Sheeran.

    Retour sur investissement

    Au Bangladesh et en Inde, la FAO a lancé – en coopération avec l'Alliance mondiale pour une meilleure nutrition (GAIN) et des sociétés comme DSM, Kraft Foods et Unilever – le projet Laser Beam, un programme quinquennal de partenariat public-privé pour lutter contre la malnutrition infantile.

    « Le point le plus intéressant dans ce programme est que l’attention se focalise d’abord sur le rôle des femmes avec des programmes d’aide pour les petits projets agricoles, des aides pour l’amélioration de la santé et de l’hygiène, des aides pour favoriser la scolarité des filles. Ce qu’il faut souligner, c’est que ce genre de programmes fournit des grands retours sur les investissements pour le milieu des affaires », a déclaré Paul Polman, directeur général d'Unilever.

    Les femmes de l’ONU et Coca-Cola ont également annoncé un partenariat visant à renforcer la position économique des femmes à travers des formations et une aide financière.

    Les femmes dépensent mieux
    Si le revenu d’une famille augmente, les femmes dépensent comparativement aux hommes plus pour les besoins en nourriture, en santé, en habillement et en éducation pour leurs enfants. Tout cela a son impact sur la croissance économique car ces habitudes améliorent les conditions de santé, de nutrition et d'éducation d’une population. C’est ce que révèle d’ailleurs le nouveau rapport de la FAO (Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture).
    Le rapport rapporte que les femmes disposent en général de moins de ressources que les hommes. Elles reçoivent moins de formation, ont moins de terres, de bétail, d’accès à la technologie, aux services financiers ou au travail. « Si les femmes pouvaient avoir les mêmes accès que les hommes, la production agricole totale dans les pays en voie de développement augmenterait de 2,5 à 4 % » et cela ferait « chuter le nombre de personnes souffrant de la famine dans le monde de 12 à 17 % ».

    (FIN/IPS/2011)

    comment closed

    Tag Cloud

    Africa Centrale Asia/Pacifico Culture, Religion, Sport East Africa Education Energy Global Affairs Orient Peace and conflict Population, Refugies Science, Technologie Southern Africa Spécial Culture,Religion et Genre Travail West Africa