Home » Afrique, Developpement, Droits de L'Homme, Headlines, Reportage d'Afrique, Santé »

GHANA: Comprendre les origines du travail des enfants

    By Portia Crowe

    KUMASI, Ghana, 23 juil (IPS) – A 11 ans, Thema, une native de Kumasi, au Ghana, espère devenir infirmière quand elle sera grande. Toutefois, elle est employée actuellement, errant entre les taxis et les minibus aux heures de pointe, transportant des sachets d'eau glacée sur la tête et les vendant à 10 pesewas l’unité.

    Elle manœuvre à travers le trafic dans cette deuxième plus grande ville du Ghana avec une facilité expérimentée; elle fait cela depuis quatre ans.Le travail des enfants est à la hausse au Ghana, en particulier dans les zones urbaines. Selon le Rapport 2012 du Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF) sur l’Etat des enfants dans le monde, 34 pour cent des enfants ghanéens âgés de cinq à 14 ans sont engagés dans le travail – en augmentation par rapport à 23 pour cent en 2003. Emilia Allan, une chargée de la protection de l'enfance à l'UNICEF Ghana, a noté que Kumasi seule représente huit pour cent de ce chiffre.Elle a décrit certains des impacts nuisibles du travail des enfants."Il empiète sur les droits des enfants, affecte leur santé, et peut entraîner des blessures", a-t-elle indiqué. "Il empêche et interfère avec leur éducation, et il conduit à d'autres problèmes de protection tels que l'exploitation sexuelle, la violence et le trafic des enfants".Mais des enfants qui travaillent sont généralement acceptés au Ghana, et la définition du travail des enfants est vivement débattue. Bien que l'âge minimum légal pour être employé soit de 15 ans, la Loi de 1998 sur les enfants stipule que les enfants âgés de 13 ans et plus peuvent s’engager dans certaines formes de travaux légers.

    Et le récent Plan d'action national pour l'élimination des pires formes de travail des enfants, basé sur la Convention N°182 de l'Organisation internationale du travail (OIT), reconnaît les défis à éliminer complètement le travail des enfants; il est conçu, plutôt, pour protéger les enfants des travaux qui pourraient nuire à leur développement physique ou éducatif.Un domaine de discorde porte sur les travaux domestiques, tels que la cuisine, le nettoyage, les courses, et le fait de s’occuper des plus jeunes frères et sœurs. Prince Ohene-Koranteng, le directeur des communications à l’organisation non gouvernementale 'Defense for Child International-Ghana', a expliqué que ces travaux sont parfois acceptables."Ces choses sont possibles, et elles ne doivent pas être stoppées, tant qu'elles n’empêchent pas l'enfant d'accéder à une éducation de qualité", a-t-il souligné. "Mais cela devrait s’arrêter quelque part, parce qu'à un certain point, l'enfant doit pouvoir s’occuper de ses devoirs d’école", a-t-il ajouté.Allan de l’UNICEF a déclaré que certains travaux domestiques peuvent contribuer à la socialisation ou la formation de l'enfant, mais elle a spécifié le moment où mêmes des travaux légers empiètent sur les droits des enfants."Au Ghana, les enfants aident leurs familles", a-t-elle expliqué. "La où cette aide est dangereuse pour la santé de l'enfant, ou est nuisible à l'éducation de l'enfant, alors elle est appelée travail des enfants", a-t-elle dit, ajoutant que chaque enfant a le droit d'être protégé contre tout travail constituant une menace pour sa santé, son éducation ou son développement.Beaucoup d'enfants aident aussi leurs familles en travaillant à temps partiel, et en allant à l'école sur un système de relai. Ils pourraient aller à l'école le matin et travailler l'après-midi, ou travailler certains jours et étudier d'autres jours. Mais cela aussi peut inhiber leur développement et être considéré comme travail des enfants, selon Allan."Si un enfant va… vendre et ensuite entre dans le système de relai, il va à l'école fatigué et somnole. Cela affecte l'éducation de l'enfant, parce qu’il ne donne pas de bons résultats", a-t-elle affirmé, ajoutant que ces enfants ne disposent pas de temps pour faire leurs devoirs de maison.Elle a également noté que quand un enfant reçoit une charge à porter sur la tête, bien que considérée comme un travail léger, cela pourrait affecter sa croissance physique et constituer une menace pour le développement.La compréhension d’Allan de la législation nationale reflète celle d’Ohene-Koranteng. Il a indiqué que toute forme de travail nuisible, que ce soit "léger" ou "dangereux", c’est le travail des enfants – et donc illégal. Mais, a-t-il dit, la législation est rarement appliquée."Même si la loi est là dans nos livres, les organes d'exécution devraient faire plus pour pouvoir protéger les enfants", a-t-il souligné."Si nous devons laisser les parents seuls faire cela, ils diront que parce que leurs enfants les aident à joindre les deux bouts, ils continueront à les mettre dans la rue".Selon Jacob Achulu, le directeur régional pour Ashanti au ministère de l'Emploi et du Bien-être social, ces problèmes d’application sont dus à l'insécurité financière."Le cadre juridique est là", a-t-il dit. "Le problème, c'est l’application – et je pense que c'est parce que la pauvreté est très répandue dans la plupart des régions de notre pays".

    comment closed

    Tag Cloud

    Africa Centrale Asia/Pacifico Culture, Religion, Sport East Africa Education Energy Global Affairs Orient Peace and conflict Population, Refugies Science, Technologie Southern Africa Spécial Culture,Religion et Genre Travail West Africa