Home » Afrique, Developpement, Droits de L'Homme, Headlines, Politique, Reportage d'Afrique »

JAMAIQUE: Pour affronter le changement climatique, le pays calcule les coûts

    By Zadie Neufville

    KINGSTON, 21 avr (IPS) – Les autorités jamaïcaines cherchent à transformer une île qui, selon des experts, est confrontée à l’un des pires risques climatiques au monde en une nation "outillée pour se préparer et répondre aux impacts négatifs des changements climatiques".

    Aucune place n’est laissée intacteLe quartier commercial de Kingston et ses infrastructures publiques, la ville historique de Port-Royal et l’aéroport international Norman Manley sont exposés. Portmore, un établissement de plus de 250.000 habitants, la ville de 'Old Harbour Bay' à croissance plus rapide en Jamaïque et la célèbre ville de Negril sont également menacés.Les scientifiques de l'Institut géo-informatique de l'Université des Antilles (UWI) prédisent une montée du niveau de la mer d'un minimum de deux à trois millimètres par an durant la première moitié de ce siècle. De tels niveaux pourraient affecter environ 102 kilomètres carrés dans certaines des zones côtières les plus densément peuplées.Une montée de un à deux mètres, a spéculé l'étude de l’UWI, dévasterait les zones côtières basses et des installations essentielles, notamment de grandes infrastructures de production d'électricité, la raffinerie de pétrole, les aéroports et les ports. Elle aurait également un impact important sur la protection naturelle du port de Kingston.Des coûts d'ingénierie élevés signifient qu'il faut mettre l'accent sur l'amélioration des routes d'accès et renforcer la capacité des agences d'intervention, a déclaré à IPS, Mason, qui travaille au Centre de réduction des risques de catastrophes à l'UWI."Là où le changement climatique est concerné, tout ce qui se trouve jusqu'à 10 mètres est vulnérable. Cela mettra en danger toutes nos installations critiques, notre port de transbordement à Kingston, les deux principaux aéroports et la côte nord – ce qui fait effectivement 70 pour cent de notre PIB (produit intérieur brut)", a-t-il indiqué dans un entretien téléphonique.La protection de la Jamaïque de la montée du niveau de la mer coûtera environ 532 millions de dollars US, en utilisant un coût estimé en 1992 de 197 dollars par personne, et même sans évaluer l'impact sur les ressources naturelles, les coûts ont commencé à augmenter.Relever sur environ quatre kilomètres la route 'Palisadoes Road' d’un peu plus de trois mètres au-dessus du niveau de la mer, est estimé à 65,7 millions de dollars. Cette route relie l'aéroport et la ville de Port-Royal au reste de l'île. Récemment, elle a été bloquée en raison des vagues d’orages, inondant cette ville historique et l'aéroport.Mais des experts indiquent également la nécessité pour des travaux de ré- ingénierie sur des voies telles que la route principale allant de Kingston à la côte sud. La principale voie de sortie pour Portmore et d'autres communautés vulnérables, devient impraticable durant les mauvais temps, et les routes alternatives sont également sujettes aux inondations et aux glissements de terrain.Le Fonds d'adaptation des Nations Unies aux changements climatiques a approuvé le financement pour la construction de structures de protection afin de stopper l'érosion de la célèbre 'Negril Beach', un projet avec une étiquette de prix de 25 millions de dollars.Les experts estiment qu’un à deux mètres de la plage est érodé chaque année. En 2010, cette destination prisée aurait rapporté un quart des deux milliards de dollars en recettes touristiques de l'île.Déployer les ressources naturelles

    Mary Gooden de l’Institut de planification de la Jamaïque (PIOJ) a présenté des stratégies d'adaptation qui comprennent l'identification d'emplois alternatifs pour les communautés où les activités humaines nuisent aux forêts et aux zones humides."Nous devons leur apprendre à protéger l'environnement tout en y vivant", a-t-elle indiqué, notant que des individus sont en train d’être aidés pour élaborer des plans et des propositions ainsi que pour accéder aux fonds de démarrage.Le département des Forêts a replanté plus de 300.000 hectares de forêts dans les hauts bassins versants dégradés pour réduire les eaux de ruissellement, l'érosion et l'envasement des cours d'eau.L'Agence nationale de l'environnement et de la planification (NEPA) est en train de restaurer les défenses naturelles côtières en replantant des palétuviers dans certaines des communautés les plus vulnérables de l'île.Les mangroves absorbent l'énergie des vagues, réduisant ainsi l'impact sur la terre. Elles constituent également une source de bois de chauffage, d'alimentation pour les animaux et de bâtons pour construire des nasses de poissons.'Vision 2030' accorde une grande priorité aux sources d'énergie alternatives pour atténuer les changements climatiques. La plupart des installations de production d'énergie et des services d’appui de l'île se situent dans une zone de vulnérabilité de 10 mètres.Le plan énergétique dépend de la Ferme publique éolienne de Wigton, dans le centre de la Jamaïque. Cette infrastructure a permis de réduire les achats de pétrole de la Jamaïque, qui ont dépassé 1,48 milliard de dollars entre janvier et juin 2011.Ce plan vise à réduire la quantité d'électricité produite à partir du pétrole importé de 95 pour cent à 30 pour cent d’ici à 2030, avec 15 pour cent provenant de l'énergie renouvelable d'ici à 2020.Afin d’atténuer l'impact des inondations et des sécheresses, des mécanismes de recharge artificielle de l'eau, qui retournent l'excès d'eau vers des systèmes naturels de stockage souterrain, sont également en cours d'installation, de même que des systèmes de captage des eaux de pluie.D'autres stations météorologiques sont également en train d’être mises en place pour fournir des données précieuses sur les précipitations et la température.

    comment closed

    Tag Cloud

    Africa Centrale Asia/Pacifico Culture, Religion, Sport East Africa Education Energy Global Affairs Orient Peace and conflict Population, Refugies Science, Technologie Southern Africa Spécial Culture,Religion et Genre Travail West Africa