Home » Afrique, Developpement, Economie et Travail, Headlines, Reportage d'Afrique »

KENYA: Des femmes s’unissent contre la pauvreté

    By Isaiah Esipisu

    KIAMBU DISTRICT, Kenya, 2 mai (IPS) – Lorsque cela marche, c’est spectaculaire: le projet laitier d’Esther Ngonyo Njuguna tient lieu de témoignage sur le potentiel des projets de micro-crédit pour accroître les revenus dans des zones rurales.

    Il y a huit ans, Maman Njoki – "mère de Njoki" comme on appelle affectueusement Njuguna en l’honneur d’un de ses cinq enfants – déclare qu’elle était une ménagère dans le district de Kiambu dans le centre du Kenya. Son mari est un comptable, qui gagne assez d’argent pour couvrir le revenu du ménage.

    Aujourd’hui, elle est propriétaire d’un projet laitier avec 15 vaches frisonnes et jersiaises, produisant quotidiennement du lait au centre de collecte de lait près de là, dans son village natal de Ndumberi. Son succès est attribué à un système solide d’épargne et de crédit qui lui a permis de monter l’entreprise.

    Cette femme de 58 ans garde ses vaches laitières, qui produisent un peu plus de 100 litres de lait chaque jour, sur un petit lopin de terre d’environ 1.000 mètres carrés seulement. Aussi, sur un petit espace qui reste, bêlent et gloussent quelques chèvres et des poulets d’une petite volaille.

    "Ce que je possède aujourd’hui est réalisable par n’importe quelle ménagère qui gère au moins 100 shillings kényans (1,25 dollar) par jour pour le budget alimentaire familial. Tout ce dont elle a besoin, c’est d’épargner quelques pièces de monnaie dans cette somme auprès d’un groupe d’entraide, afin qu’elle ait au moins 200 shillings à la fin du mois", explique Maman Njoki.

    Le capital ouvre le potentiel

    Elle répète les conseils qu’elle a elle-même acceptés il y a huit ans d’un responsable d’une institution de micro-finance appelée 'Pamoja Women Development Program' (Programme de développement des femmes de Pamoja – PAWDEP), lorsqu’elle a rejoignait 39 autres femmes dans son village pour former le Groupe d’entraide Consolata.

    "Nous avons enregistré le groupe en tant qu’organisation communautaire et l’avons immédiatement lié à cette institution de micro-finance, afin que nous ayons une plateforme bancaire pour nos épargnes", déclare Maman Njoki.

    Chaque membre du groupe Consolata devait mettre l’équivalent de 2,50 dollars dans une caisse commune tous les mois. Les membres présentant une idée d’entreprise réalisable peuvent alors emprunter de l’argent à partir des épargnes réunies pour un taux d’intérêt de cinq pour cent; ce prêt est remboursable au bout de trois mois.

    Les prêts des membres sont limités à 60 pour cent du capital qu’ils ont accumulé comme épargne auprès du groupe, le solde étant gardé pour permettre de couvrir d’éventuels défauts de paiement des prêts.

    "Nous les avons encouragés à poursuivre l’expérience en empruntant l’argent de temps en temps et en investissant dans de petites entreprises", affirme Rachel Wanyoike, une conseillère en micro-finance qui travaille maintenant comme directrice des ressources humaines du PAWDEP. "Pendant ce temps, nous avons une équipe de chargés de crédit qui continue de leur enseigner comment investir l’argent d’une manière qui les aidera à rembourser leurs prêts avec succès".

    "Après avoir été formée en micro-finance, j’ai constaté que l’élevage était un investissement qui avait besoin de croître", a-t-elle indiqué.

    "En 2009, Maman Njoki avait mobilisé un stock de 14 animaux laitiers, qui, selon nous, était une garantie suffisante pour lui assurer un prêt individuel", a déclaré Wanyoike.

    Avec cette garantie, Njuguna a obtenu un prêt personnel de 12.500 dollars du PAWDEP, remboursable sur trois ans, qu’elle est en train d’utiliser pour diversifier son activité – elle a acheté trois premiers lopins de terre en zone urbaine dans la ville de Ruiri, à la périphérie de Nairobi, la capitale kényane.

    "Elle est censée finir de rembourser le prêt d’ici le début de l’année prochaine. Et avec ses lopins de terre visibles, nous serons heureux de monter jusqu’à cinq millions de shillings (37.500 dollars) ou plus pour lui permettre de mettre en valeur les lopins de terre", a dit la conseillère en micro-finance.

    Examen du contexte

    Le PAWDEP travaille actuellement avec des groupes d’épargne dont le nombre total de membres s’élève à 48.000 femmes dans les provinces du centre, de l’est, de la Vallée du Rift et de Nairobi, au Kenya. Il y a plusieurs institutions similaires au Kenya, qui aident les femmes et les jeunes avec un meilleur accès au crédit.

    Un rapport de 2010, publié par l’organisation caritative pour le développement internationale 'ActionAid' – "Terre fertile: Comment les gouvernements et les bailleurs peuvent réduire de moitié la famine" – basé sur les données recueillies au Kenya, en Ouganda et au Malawi, affirme que ce genre d’appui pour les petites agricultrices pourrait réduire de moitié la famine sur le continent africain d’ici à 2015.

    Elle possédait sa propre vache, et a pu louer la terre sur laquelle elle cultivait le foin pour nourrir ses animaux pendant qu’ils grandissaient. Le village de Ndumberi est fier d’avoir un centre de transformation du lait qui a donné à Maman Njoki un marché rentable et accessible pour sa production.

    Plusieurs femmes africaines trouveraient les avantages d’un meilleur accès au crédit limité par des systèmes fonciers juridiques et traditionnels, les rapports de force internes; les hommes et les femmes des zones rurales ont aussi du mal à venir à bout des infrastructures défaillantes qui les privent de l’eau, de l’accès aux marchés, ou même de bons conseils et des technologies agricoles.

    Bien que la micro-finance ne puisse pas être considérée isolément des autres facteurs, elle contribue fortement à rendre disponibles la plupart des ressources à la population rurale.

    comment closed

    Tag Cloud

    Africa Centrale Asia/Pacifico Culture, Religion, Sport East Africa Education Energy Global Affairs Orient Peace and conflict Population, Refugies Science, Technologie Southern Africa Spécial Culture,Religion et Genre Travail West Africa