Home » Amerique Latine, Developpement, Economie et Travail, Environnement, Headlines, Politique, Reportage d'Afrique »

MALAWI: Les entreprises perdent après l’annulation du sommet de l’UA

    By Claire Ngozo

    LILONGWE, 14 juin (IPS) – Les petites et grandes entreprises au Malawi, en Afrique australe, comptent leurs pertes suite à la décision du gouvernement de ne pas accueillir le sommet de l'Union africaine (UA) en juillet prochain.

    Cette décision est fondée sur le refus du gouvernement d'autoriser le président soudanais, Omar Hassan al Bashir, à entrer dans le pays.Bashir est recherché par la Cour pénale internationale (CPI), qui l'a accusé d’avoir commis un génocide, des crimes de guerre et crimes contre l'humanité dans la région du Darfour au Soudan. En tant qu'Etat membre de la CPI, le Malawi aurait été contraint d'arrêter Bashir dès son entrée dans le pays.Le vice-président, Khumbo Kachale, a annoncé le 8 juin que le gouvernement a décidé de ne pas accueillir ce sommet prévu du 15 au 16 juillet, puisque ce n'était pas dans les meilleurs intérêts du Malawi que Bashir y assiste. La Commission de l'UA avait insisté pour que cette nation autorise le dirigeant soudanais à entrer dans le pays."Le gouvernement a pris cette position avec la considération primordiale de ce qui est dans les meilleurs intérêts des Malawites. Bien que nous ayons des obligations à respecter les décisions de l'Union africaine, nous sommes également contraints par d'autres accords internationaux, y compris le Statut de Rome (qui a créé la CPI)", a déclaré Kachale.Toutefois, cette décision a eu des ramifications financières à travers la capitale du Malawi, Lilongwe, puisqu’elle était tout, sauf prête à accueillir le sommet de l'UA."Le gouvernement a noté que l'état de préparation de notre pays est sans aucun doute prêt. Cela a été confirmé par la mission d'évaluation de l'Union africaine qui était dans le pays la semaine dernière, et est repartie satisfaite des progrès réalisés dans tous les aspects de nos obligations d'accueil", a indiqué Kachale.Un certain nombre de réunions techniques dans les jours précédant le sommet étaient prévues pour se tenir à Lilongwe à partir du 9 juillet. L'événement avait promis de transformer cette ville autrement calme en une ruche d'activités commerciales. Jusqu'à 35 chefs d'Etat et 4.000 délégués étaient prévus pour assister au sommet et accroître la demande pour les services hôteliers et les produits locaux.Sam Namathanga, président de l’Association des agents de voyage du Malawi (TAAM), un regroupement national des opérateurs de transport aérien et de voyagistes, a déclaré à IPS que les pertes pour l'industrie hôtelière seraient considérables. Cela comprend l'argent investi dans les entreprises, en préparation pour le sommet, et une estimation des gains futurs."Nous ne savons pas encore l'ampleur des pertes, mais elles seront énormes. Nous parlons de perte d’affaires dans la vente de billets d'avion; le transport terrestre, qui comprend les services de location de voitures; et les forfaits voyage, qui incluent également l'hébergement", a souligné Namathanga.Il a affirmé que les membres de la TAAM, qui espéraient accroître leur chiffre d'affaires, ont été déçus."L'industrie du tourisme a perdu une grande opportunité. Nous aurions beaucoup fait la promotion de cette industrie à travers le sommet", a déclaré Namathanga.Un rapide sondage informel réalisé par IPS montre que le coût moyen de location d'un véhicule à Lilongwe est de 85 dollars par jour, tandis que l'hébergement varie entre 60 et 400 dollars la nuit.Selon des informations publiées par le secrétariat de l'UA, tous les délégués devaient payer leurs propres frais, à l'exception des chefs d'Etat, les chefs de délégation et les ministres des Affaires étrangères.Beaucoup de petits établissements locaux avaient vu cela comme une opportunité de développer leurs affaires.Christina Kajawo, qui possède un bar et un restaurant au centre-ville de Lilongwe, a indiqué à IPS qu'il y a six mois qu’elle a commencé à se préparer pour le sommet en rénovant ses locaux. Elle a dit qu'elle a obtenu un prêt bancaire de 3.000 dollars, car elle voulait rendre son restaurant et son bar plus présentables."J'espérais que je ferais un bon bénéfice à partir de la clientèle du bar et du restaurant au cours du sommet de l'UA et pourrais rembourser le prêt", a-t-elle expliqué.Maintenant Kajawo craint qu'elle ne soit obligée de fermer son entreprise."J'espère que je trouverai un moyen pour rembourser la banque, sinon je pourrais en fin de compte finir par être déclarée en faillite et perdre mon moyen de subsistance. Je me sens bloquée maintenant parce qu'il n'y a pas beaucoup d'affaires avec la population locale puisque le kwacha (la monnaie locale) a été dévalué et que les prix des marchandises ont augmenté", a déclaré Kajawo.Dans sa quête pour sauver l'économie du Malawi, la présidente Joyce Banda a dévalué le kwacha de K168 à K250 par rapport au dollar. Le prix des matières premières et des produits importés a augmenté en moyenne de 50 pour cent depuis la dévaluation en mai.En dévaluant le kwacha, Banda répondait aux demandes que le Fonds monétaire international et des économistes locaux avaient adressées au président défunt du pays, Bingu wa Mutharika. Cependant, Mutharika avait, à plusieurs reprises, refusé de prendre la mesure qui, selon les économistes, aurait sauvé l'économie défaillante du pays.La décision d'annuler le sommet de l'UA est considérée comme une mesure directe pour apaiser les bailleurs de fonds occidentaux du Malawi, en particulier les Etats-Unis et le Royaume-Uni. Dans le passé, ces deux pays ont dit qu'ils ne fourniraient pas d’aide à tout pays qui accueille Bashir et refuse de l'arrêter.

    comment closed

    Tag Cloud

    Africa Centrale Asia/Pacifico Culture, Religion, Sport East Africa Education Energy Global Affairs Orient Peace and conflict Population, Refugies Science, Technologie Southern Africa Spécial Culture,Religion et Genre Travail West Africa