Home » Amerique du Nord, Headlines, Internationale, Politique »

MEDIAS-ETATS-UNIS: « Les politiques et les médias américains sombrent parfois dans l’islamophobie »

    Zoha Arshad

    WASHINGTON, 28 août (IPS) – L'attaque d'un temple sikh dans le Wisconsin au début du mois août n'était pas un fait isolé. Cet événement démontre l'islamophobie croissante aux États-Unis. La classe politique et les médias jouent un rôle important à ce sujet, estiment les experts.

    Après la fusillade dans le temple sikh le 5 août dernier, une déclaration a été diffusée précisant que le tueur, un soldat de quarante-ans, s'était trompé de cible : il voulait en réalité viser les musulmans. L'attaque a causé la mort de huit personnes : six membres de la communauté sikh, un policier et le tireur lui-même.

    Pour les analystes, il ne s'agit pas d'une attaque isolée. Un jour plus tard, une mosquée à Joplin dans l'Etat du Missouri est partie en fumée suite à un incendie criminel. Un jour plus tard, des porcs ont été jeté volontairement dans une mosquée en Californie. Le 9 août, une bombe a été jeté dans une école islamique dans l'Etat de l'Illinois et le 10 août un tir a été réalisé contre une mosquée. La liste ne s'arrête malheureusement pas avec ces récentes attaques.

    11 septembre

    Depuis le 11 septembre 2001, le nombre de crimes haineux contre les musulmans et les sikhs portant le turban a plus que doublé aux États-Unis. Cela a beaucoup à voir avec la façon dont les politiciens et les médias évoquent les musulmans, estiment les experts. Le mot « terroriste » est devenu synonyme de l'expression « extrémiste musulman ». La fusillade à Aurora – un Américain blanc a tué douze personnes dans une salle de cinéma le 20 juillet dernier – ou l'attaque contre le temple sikh dans le Wisconsin n'ont pas été traitées comme des actes terroristes par les médias.

    Les politiciens doivent prendre leurs responsabilités dans la lutte contre l'islamophobie, explique Haris Tarin, directeur du Conseil musulman des affaires publiques. "Les Démocrates et les Républicains ont besoin de travailler ensemble pour lutter conjointement contre l'islamophobie. Cela ne peut pas être une question de parti politique. »

    « Quand le président décide de prendre la parole, ça aide. Quand les politiciens décide de prendre la défense d'un certain groupe, cela aide également », explique la cinéaste Valarie Kaur, auteure du documentaire Divided We Fall (2008) qui évoque la montée du racisme aux États-Unis depuis les événements du 11 septembre.

    Tea Party

    Ce que disent des membres républicains du Congrès américain comme Michele Bachman et Joe Walsh à propos des musulmans est dangereux, selon les experts. Bachman a déclaré, notamment, que les Frères musulmans ont infiltré le gouvernement américain. Walsh, qui comme Bachman est un partisan du Tea Party, a déclaré que les musulmans « essayent de tuer chaque semaine des Américains ». Walsh représente l'Illinois où des incidents à la bombe et la fusillade ont eu lieu, la mosquée victime des tirs est située à seulement 25 kilomètres de l'endroit où il a tenu son discours haineux.

    Une partie de l'opinion publique estime que les musulmans américains sont en partie responsable des actes terroristes perpétrés par des extrémistes musulmans étrangers. Le fait que les gens savent finalement peu de chose sur l'islam n'a pas vraiment d'importance, explique Spencer Ackerman, rédacteur chez Wired.com. « Je suis un Juif américain, je n'ai encore jamais dû m'expliquer ou me défendre face à des actes perpétrés par des Juifs de l'étranger. Pourquoi les musulmans américains ou d'autres musulmans devraient le faire ? »

    C'est aussi valable pour les Chrétiens blancs, ils ne doivent pas non plus se défendre par rapport aux actes commis par d'autres Chrétiens blancs à l'étranger, ajoute Kaur.

    La peur de l'islam est due en grande partie parce que peu d'Américains entrent en contact avec d'autres cultures et d'autres religions, précise Ackerman. « Les groupes qui défendent le plus les musulmans aux Etats-Unis sont généralement les anciens combattants de retour aux Etats-Unis. La plupart des Américains ne voyagent pas, ils se contentent seulement d'imaginer ».

    (FIN/IPS/2012)

    comment closed

    Tag Cloud

    Africa Centrale Asia/Pacifico Culture, Religion, Sport East Africa Education Energy Global Affairs Orient Peace and conflict Population, Refugies Science, Technologie Southern Africa Spécial Culture,Religion et Genre Travail West Africa