Home » Afrique, Developpement, Droits de L'Homme, Headlines, Politique, Reportage d'Afrique, Santé »

MOZAMBIQUE: Evoquer les gloires et défauts du pays à travers le rap

    By Thembi Mutch

    MAPUTO, 3 juin (IPS) – Le Mozambique est un pays natal dont non pas une, mais deux rappeuses, qui sont toutes des juristes qualifiées, sont fières. Yveth "Vauvita" Matunza est impressionnante. Elle est d’une grande taille, portant des chaussures aux talons aiguilles énormes.

    Elle a fait un grand maquillage et porte une tenue de soirée chic bien cousue. Elle prépare son diplôme de masters à temps partiel tout en travaillant à plein temps dans les bureaux de la Ligue des droits de l'Homme au Mozambique – et en faisant du rap pendant ses temps libres.

    Il n'y a aucune contradiction dans cela pour elle. Et elle tient à s'éloigner du son hétérogène "plastique" du hip hop et du rap américains, pour créer une musique purement mozambicaine.

    L'autre rappeuse du Mozambique est Dama do Bling "Fille de Bling", qui est apparue récemment sur la couverture brillante d’un magazine, tenant sa petite fille.

    La constitution du Mozambique, en cours de révision, est exemplaire dans beaucoup de choses. Elle reconnaît que tous les citoyens ont le droit à l'éducation, que les hommes et les femmes sont égaux dans toutes les sphères de la vie, et que tout le monde a droit à la liberté d'expression et de presse.

    Mais pour que la démocratie soit solide, elle a besoin des artistes et des critiques, comme l’avait déclaré à IPS, dans un entretien en mars, juste avant sa mort, l'éminente musicienne Lidia Sthembile Udenga Mate du groupe féminin Likute.

    "Les artistes, les musiciens sont les voix les plus importantes dans la société. Nous simulons, nous tenons un miroir, nous critiquons, nous sommes honnêtes, nous fêtons… notre rôle est vital", avait-elle dit.

    En 2010, le dynamique rappeur du Mozambique, Azagaia, a directement cité des politiciens corrompus lors des émeutes du pain qui ont secoué le pays après que les prix du pain ont monté en flèche. Il a été harcelé et arrêté pendant une nuit avant d'être relâché. Mais son cas n'est pas passé inaperçu par les médias internationaux.

    Il existe d'autres, par exemple, qui dans leur musique citent aussi des personnes impliquées dans des accords fonciers frauduleux. Comme Matunza, il semble qu'ils font partie d'une nouvelle race de jeunes Mozambicains avertis qui sont ouvertement "mondialisés", qui n'ont pas peur, et qui utilisent les médias sociaux et la publicité, négative ou non, pour amener les gens à prêter attention aux problèmes qui enflamment ce pays d'Afrique australe.

    Matunza affirme qu’elle était obsédée par la musique pendant qu’elle était enfant.

    "Et plus tard, les questions de justice ont dominé. Je ne savais même pas qu'il y avait un conflit entre le travail de juriste dans la journée, et de MC (animatrice de spectacles) et de rappeuse le weekend. Je suis 100 pour cent mozambicaine et fière – critique de nos échecs, fière de nos réussites, et je sais que je peux atteindre le public".

    "Je fais le rap sur les choses qui nous touchent, les hommes qui ne s'occupent pas de leurs enfants, les violations des droits humains et nos dirigeants… Je suis indirecte, je parle par énigmes, tous les billets de mes concerts sont vendus, et, oui, je suis célèbre".

    A seulement 28 ans, elle est concentrée et sûre. Son père, qui était un mineur en Afrique du Sud, a ramené au pays la musique de Madonna et des chanteuses sud-africaines Brenda Fassie et Yvonne Chaka Chaka, qui l'a influencée.

    "Il y a de grandes violences conjugales ici – notre culture est celle de la soumission pour les femmes. Je parle par expérience personnelle. Je viens d'une famille violente, d’une communauté violente".

    "Ce que les gens font, enseignent et montrent, c'est que les femmes doivent obéir à leurs maris… Le nombre de cas de violences conjugales augmente depuis septembre 2009, bien qu’une nouvelle loi (soit en train d’être adoptée au) parlement", déclare-t-elle. En 2009, le parlement a voté la loi sur les violences conjugales, qui est entrée en vigueur en mars 2010.

    Elle affirme que le rap est important pour changer les mentalités et amener la compréhension par rapport à la question.

    L'enthousiasme est palpable à Maputo, la capitale mozambicaine. Paulo Chibanga, un producteur de musique et musicien qui a joué dans des groupes sud-africains, notamment '340 mill', Tumi et Volume, est revenu au Mozambique après 15 années en Afrique du Sud.

    Il travaille avec le ministère des Affaires féminines et du Bien-être social pour collecter des fonds, à travers des spectacles de musique, pour les écoles maternelles dans la province de Gaza, au Mozambique. Un bébé de guerre, né en 1979 – la guerre civile dans le pays a commencé en 1977 et a pris fin en 1992 – Chibanga estime que sa génération est relativement peu encombrée.

    "Nous sommes connectés à notre passé sans être entraînés en arrière… nous n'avons aucun ressentiment, nous connaissons nos héros, notre culture. Nous sommes libres, nous sommes positifs", dit-il à IPS.

    Mais, comme Matunza et Mate, Chibanga est politisé, clair et déterminé à travailler pour un agenda africain.

    "Je pense que le monde occidental affecte considérablement l'Afrique, nous sommes obligés d'écouter de la musique occidentale. Au Mozambique, nous n'avons pas nos propres maisons de production, ou la possibilité de faire des enregistrements. Je suis plus intéressé par l'exportation de la culture et des musiciens du Mozambique, à travers Bushfire (Festival de musique panafricaine et internationale du Swaziland) et le Festival de musique AZGO ici au Mozambique", souligne Chibanga.

    Chude Mondlane est la fille du président révolutionnaire du Front de libération du Mozambique (FRELIMO), Eduardo Mondlane. Elle est musicienne, une artiste et une grande personnalité. Visiblement radieuse, elle rit et joue sa musique sur un ordinateur portable à l'hôtel cinq étoiles Polana, ignorant les gens qui tournent la tête pour la regarder.

    comment closed

    Tag Cloud

    Africa Centrale Asia/Pacifico Culture, Religion, Sport East Africa Education Energy Global Affairs Orient Peace and conflict Population, Refugies Science, Technologie Southern Africa Spécial Culture,Religion et Genre Travail West Africa