Home » Afrique, Developpement, Environnement, Headlines, Politique, Reportage d'Afrique »

NIGER: Transfert d’argent du PAM aux ménages pauvres pour acheter la nourriture

    By Ousseini Issa

    TILLABERI, Niger, 11 août (IPS) – A l’appel de son nom, Rékia Djibo, 42 ans, se détache du groupe de femmes rassemblées devant une classe d’école, dans une localité du Niger, avance d’un pas rassuré vers la salle pour retirer 32.500 francs CFA (environ 61 dollars) offerts par le Programme alimentaire mondial (PAM).

    Djibo fait partie de la liste des bénéficiaires établie par le PAM pour le «cash transfert» dans le quartier Toula, dans la périphérie de Tillabéri, une ville du sud-ouest du Niger, un pays sahélien d’Afrique de l’ouest, dont plusieurs régions sont menacées par la famine.«C’est le troisième transfert d’argent que nous recevons aujourd’hui (le 27 juillet); avec cette somme qu’on vient de me remettre et qui revient à toute ma famille, nous allons d’abord faire nos provisions de vivres et de condiments pour mener les travaux champêtres en toute quiétude», déclare Djibo à IPS.Première épouse d’un foyer polygame de six enfants, Djibo a été choisie pour recevoir le transfert, «mais c’est en concertation avec mon mari et ma coépouse que nous ciblons les dépenses prioritaires, ce qui fait qu’il n’y a aucun problème par rapport la gestion de l’argent», affirme-t-elle.Zalika Hado, 39 ans, mère de deux enfants, figure aussi parmi les bénéficiaires du «cash transfert» du quartier Toula. «Dès que nous recevons cet argent, la priorité, c’est l’achat de nourriture pour laquelle il est d’ailleurs destiné; maintenant, s’il reste quelque chose, on achète certains produits de première nécessité comme le savon, le sucre et des habits pour les enfants», indique Hado à IPS.

    «Dans la commune urbaine de Tillabéri, 1.436 ménages sont touchés par ce transfert monétaire par le biais du téléphone mobile», selon Oumarou Harouna, technicien du PAM chargé de la supervision de l’opération sur le terrain.

    Le transfert monétaire est un programme initié par le bureau du PAM à Niamey, la capitale du Nigér, pour soutenir le plan d’urgence élaboré par le gouvernement nigérien en vue de juguler la grave crise alimentaire consécutive à la mauvaise campagne agricole 2010-2011. Elle s’était soldée par un déficit céréalier de quelque 610.000 tonnes de céréales sèches, d’après le Dispositif national de prévention et de gestion des crises alimentaires.«L’opération a débuté en mai dernier pour se poursuivre jusqu’en septembre prochain et consiste à transférer, sans aucune conditionnalité, à la fin de chaque mois, la somme de 32.500 FCFA à des familles nigériennes très pauvres afin que celles-ci puissent acheter de la nourriture sur les marchés locaux», explique à IPS, Giorgi Dolidze, responsable du programme «cash transfert» au PAM, à Niamey.

    «Traditionnellement, le PAM fournit des vivres, mais nous avons décidé de diversifier notre mode d’intervention, en donnant directement de l’argent dans les zones où les marchés fonctionnent bien pour permettre aux bénéficiaires d’acheter eux-mêmes ce qu’ils veulent manger», ajoute Dolize.Pour la mise en œuvre de l’initiative, le PAM travaille en partenariat avec des organisations non gouvernementales (ONG) internationales et locales, des institutions de micro-finance et une compagnie de téléphonie mobile, indique Midou Bawa Youssifi, un agent du PAM.«Nous sommes une agence d’exécution et à ce titre, nous établissons les listes des bénéficiaires qui sont identifiés par un comité local dans les zones couvertes par l’opération. Nous sensibilisons aussi les bénéficiaires sur l’usage de l’argent et supervisons l’opération de distribution à chaque fin de mois», explique à IPS, Illo Mamoudou, un agent d’Oxfam, l’ONG partenaire dans la commune urbaine de Tillabéri.«Sur les 36 départements du pays, nous distribuons l’argent dans 21 départements, au niveau de 84 communes dont trois urbaines – Agadez, Tahoua et Tillabéri – où nous utilisons la téléphonie mobile pour le transfert. Mais dans les communes rurales, c’est avec les institutions de micro-finance que nous travaillons pour faire acheminer l’argent aux bénéficiaires», souligne Youssifi.

    «L’opération touche 158.000 ménages totalisant quelque 1.166.000 personnes, à qui nous distribuons à chaque fin de mois la somme de 5.136.432.500 FCFA (environ 9,7 millions de dollars», ajoute-t-il.Selon Dolidze, 99 pour cent des personnes, qui reçoivent l’argent pour le compte des ménages, sont des femmes et «une étude post-distribution que nous avons effectuée a relevé que jusqu’à 95 pour cent de l’argent sont effectivement consacrés à l’achat de nourriture», souligne-t-il.«Cet argent que le PAM nous distribue est une véritable bouffée d’oxygène. Lorsqu’il arrive, c’est la joie dans nos familles qui trouvent à manger et même à régler d’autres petits besoins», témoigne Hassana Alzouma, 47 ans, une bénéficiaire du quartier Toula et mère de six enfants.

    «C’est une manne tombée du ciel: avec l’argent que je viens de recevoir, je vais de ce pas au marché pour acheter du maïs, du mil et des condiments car nos provisions sont épuisées depuis plusieurs jours», renchérit Djoumassi Ali, une autre bénéficiaire du transfert.

    comment closed

    Tag Cloud

    Africa Centrale Asia/Pacifico Culture, Religion, Sport East Africa Education Energy Global Affairs Orient Peace and conflict Population, Refugies Science, Technologie Southern Africa Spécial Culture,Religion et Genre Travail West Africa