Home » Developpement, Economie et Travail, Europe, Headlines, Politique, Reportage d'Afrique »

OPINION LIBRE: Wangari Maathai, une 'femme puissante' qui a dit la vérité au pouvoir

    By Kerry Kennedy*

    NEW YORK, 27 sep (IPS) – La nuit du dimanche (25 septembre), Wangari Maathai, la première femme africaine à avoir reçu le Prix Nobel de la paix, est décédée. La plupart des gens considèrent Mme Maathai comme une environnementaliste, plantant des arbres.

    En réalité, son activisme environnemental faisait partie d'une approche globale pour l'autonomisation des femmes, la défense de la démocratie, et la protection de la terre.Wangari Maathai était une écologiste pionnière au Kenya et une défenseuse des droits des femmes. Elle soutenait que les femmes ont un lien unique avec l'environnement et que les violations des droits humains à l’égard des femmes exacerbent la dégradation de l'environnement.Partout en Afrique, comme dans une grande partie du monde, les femmes sont responsables du labour des champs, décident de ce qu'il faut planter, de l’entretien des cultures et de la récolte des vivres. Elles sont les premières à être conscientes des dégâts environnementaux qui entravent la production agricole. Si le puits tarit, ce sont elles qui sont les plus préoccupées par la manière de trouver de nouvelles sources d'eau et celles qui doivent marcher sur de longues distances avant d’avoir de l’eau.En tant que mères, les femmes sont souvent les premières à savoir quand la nourriture qu’elles donnent à leurs enfants est entachée de polluants ou souillée, parce qu’elles peuvent le constater à travers les larmes de leurs enfants et l'entendre dans les cris de leurs bébés.En reconnaissance de cela, Maathai a fondé le "Green Belt Movement" (Mouvement de la ceinture verte). Lors de la Journée de la terre, en 1977, elle a lancé seule une campagne visant à reboiser le Kenya. Elle espérait aider à arrêter l'érosion des sols et à fournir une source de bois pour les maisons et de bois de chauffe pour la cuisson. Elle a distribué de jeunes plants aux femmes rurales et mis en place un système incitatif pour chaque jeune plant qui a survécu.Elle a encouragé les fermiers, dont 70 pour cent sont des femmes, à planter des "ceintures vertes" de protection pour arrêter l'érosion des sols, fournir de l'ombre, et devenir une source de bois et d’énergie.Le Mouvement de la ceinture verte a planté plus de 30 millions d'arbres en Afrique, aidant 900.000 femmes. Le mouvement s'est répandu à travers le monde, de l'Afrique, jusqu’aux Etats-Unis, à Haïti, et au-delà.C’était un simple concept et c’était un succès énorme.Elle avait remporté le Prix Afrique pour avoir aidé à stopper la faim. Le gouvernement kényan l’avait déclarée comme étant l'un des citoyens les plus exemplaires du pays. Des journaux et des organisations locales l’ont louée.Son engagement a été testé lorsque le président Daniel arap Moï a décidé d'ériger un gratte-ciel de 60 étages au milieu du plus grand parc de Nairobi. L'immeuble devait être un monument pour Moï, et des plans ont demandé que la porte d'entrée soit ornée par une statue, 'Leninesque', haute de deux étages, du président en train de marcher à grands pas, dans l'avenir.Lorsque Mme Maathai a condamné ces plans, qui auraient revêtit le seul espace vert pour des dizaines de milliers de pauvres de Nairobi, la capitale kényane, des responsables lui ont dit d'arrêter. Lorsque Mme Maathai a mené sa campagne publique, les forces de sécurité sont venues dans son bureau et sa maison, la menaçant de l'arrêter.Quand elle a refusé de se taire, elle a été soumise à une campagne de harcèlement orchestrée par le gouvernement.Des députés ont dénoncé Mme Maathai et ont qualifié son organisation "d’un tas de divorcées". Le journal progouvernemental a mis en cause ses activités sexuelles passées, répandu des rumeurs selon lesquelles elle était lesbienne, et la police l’a détenue et interrogée, sans mandat et sans chefs d’accusation.Mme Maathai a ensuite organisé une manifestation de femmes aînées dans le parc lui-même. La police antiémeute a harcelé, humilié, battu, lancé de gaz lacrymogène et arrêté Mme Maathai et ses compagnes.Cet acte de défiance a valu à Mme Maathai son opposition à un gouvernement tout-puissant, son financement, et à son emploi. Mais la manifestation pacifique qu’elle a dirigée ce jour-là est devenue un cri de ralliement pour des femmes activistes, des écologistes et des leaders de la démocratie.J'avais rencontré Wangari Maathai des mois plus tôt, lors d'une mission sur les droits humains au Kenya pour le 'RFK Center for Human Rights' (Centre RFK pour les droits de l'Homme), et nous étions devenus amis instantanément. Elle a parlé avec passion de son travail avec les femmes rurales, et des difficultés qu'elles rencontraient avec peu de revenus, des maris absents, un gouvernement hostile, et peu de ressources pour la nourriture, l'eau et le bois de chauffe. Mme Maathai a travaillé avec elles pour commencer à planter des arbres.Avec un petit groupe de défenseurs des droits humains au Kenya, le Centre RFK a exigé la libération de Mme Maathai et des poursuites contre la police antiémeute qui avait tant brutalisé des manifestants pacifiques. Plus déterminée que jamais, Mme Maathai avait continué son travail, utilisant la plantation d'arbres comme un outil d'organisation pour l'autonomisation et la participation politique des femmes.Je suis fier d'affirmer que Mme Maathai était parmi les héros décrits dans le livre que j'ai écrit sur les défenseurs des droits de l’Homme, "Speak Truth to Power" (Dites la vérité au pouvoir).Wangari Maathai était une femme puissante, créative, courageuse et pleine d'amour. Elle va nous manquer.*Kerry Kennedy est président du 'Robert F. Kennedy Center for Justice & Human Rights' (Centre Robert F. Kennedy pour la justice et les droits de l'Homme).

    comment closed

    Tag Cloud

    Africa Centrale Asia/Pacifico Culture, Religion, Sport East Africa Education Energy Global Affairs Orient Peace and conflict Population, Refugies Science, Technologie Southern Africa Spécial Culture,Religion et Genre Travail West Africa