Home » Afrique, Developpement, Economie et Travail, Headlines, Reportage d'Afrique »

OUGANDA: D’une fille de bas-quartier à un prodige mondial d’échecs

    By Amy Fallon

    KAMPALA, 5 juin (IPS) – Phiona Mutesi était une fille désespérée de neuf ans couverte de boue, en quête de nourriture dans le plus grand bas-quartier de l'Ouganda, Katwe, lorsqu’elle a découvert, grâce à son grand frère Brian, un programme de jeu d'échecs.

    Ce n'étaient pas les pions, les tours, les fous, les cavaliers ou un roi qui l'ont attirée vers une véranda d'église à Katwe, à Kampala, la capitale ougandaise – c'était ce qui est venu avec les leçons: un bol de porridge gratuit.

    "Nous n'avions pas de nourriture. Nous dormions dans les rues parce que nous ne disposions pas d'argent pour louer une maison. C'était un moment difficile", déclare Mutesi, 17 ans, dont le père est mort de SIDA quand elle avait trois ans.

    "Les pièces m’avaient l’air attrayantes. Je ne voulais pas apprendre le jeu. A l’époque, je voulais juste avoir une tasse de porridge".

    Mutesi était sale et pieds nus. Les autres enfants dans le programme, dirigé par Robert Katende de 'Sports Outreach Institute' (Institut de vulgarisation du sport), une mission chrétienne, lui avaient dit de partir.

    "Je ne me sentais pas gênée parce que c'est ainsi la vie à Katwe", dit-elle à IPS, s’exprimant depuis le salon de la maison de Katende où elle reste actuellement. Dans l'armoire située derrière elle, ses trophées sont empilés.

    "Si vous ne vous battez pas, vous ne pouvez pas réussir".

    Mutesi revenait plusieurs fois au programme d'échecs, mais seulement pour le repas gratuit.

    "C'était à ce moment que j'ai commencé à m’entraîner et je me suis améliorée. Puis j'ai eu un intérêt dans les échecs", indique-t-elle.

    "J’aime les échecs parce que cela implique une planification".

    "La vie que je vivais, impliquait aussi la planification. Quand vous vivez dans un bas-quartier, vous devez aussi planifier d'avance: comment vais-je trouver de la nourriture demain?".

    Les échecs avaient été introduits dans ce pays d'Afrique de l'est au début des années 1970 par un groupe de médecins travaillant à l'hôpital de Mulago à Kampala, selon Christopher Turyahabwe, secrétaire général de la Fédération ougandaise d'échecs.

    "Ils pensaient que cela ramènerait le raisonnement", explique Turyahabwe à IPS. "Plus tard, cela s'est répandu à travers l'armée pour aider (les militaires) à planifier des stratégies".

    C’était en grande partie grâce au Père Damian Grimes, un ancien directeur anglais qui avait dirigé l’Université progressiste de Namasagali entre 1967 et 2000, que ce jeu a été introduit dans des écoles. Grimes a créé un club d'échecs à Namasagali, organisant des tournois avec d'autres écoles.

    "Au début, nous avions seulement deux ou trois ou quatre écoles visiteuses", indique Grimes à IPS. "Nous ne pouvions pas convaincre les filles à participer".

    "Toutefois, progressivement, les choses ont évolué puis à la fin des années 1970 et au début des années 1980, la situation a évolué à quelque chose de 30 équipes visiteuses ou plus, incluant des filles".

    Une équipe était composée de quatre joueurs et une école pouvait envoyer plusieurs équipes pour concourir s'ils le voulaient. La compétition est devenue un festival d'échecs annuel, plus tard appelé le Tournoi scolaire Père Grimes.

    Grimes n’imaginait vraiment pas que lorsque ce tournoi a commencé, il y a plus de deux décennies, une fille du bas-quartier de Katwe et son équipe remporteraient le titre cinq fois d'affilée.

    Après avoir remporté son premier Tournoi scolaire Père Grimes, Mutesi a participé au Tournoi international 2009 d'échecs des enfants au Soudan du Sud. La première fois qu’elle sortait de l'Ouganda. La première fois qu’elle voyageait par avion.

    "Wow, j’étais tellement heureuse que je n’arrivais pas à le croire, jusqu'à ce que nous arrivions (à notre destination)", se souvient-elle. "Je pensais que nous étions près du ciel".

    Depuis ce temps, elle a participé à deux Olympiades d'échecs en Sibérie et en Turquie. Elle a été également nommée Maître féminin, le titre le plus bas décerné par la Fédération internationale des échecs, après l'événement d'Istanbul en 2012.

    Elle s’est exprimée récemment lors du Sommet mondial des femmes à New York, auquel avaient participé Hillary Clinton et Oprah Winfrey.

    Aux Etats-Unis, Mutesi avait également joué avec son héros, grand maître Garry Kasparov, l'un des plus grands champions du jeu au 20ème siècle. Bill Gates aurait demandé à jouer avec elle et Disney est dans les premières phases de production d'un film sur sa vie. Une école américaine a même commencé un tournoi en son nom.

    "J'ai découvert le monde. J'ai vu des choses qui se passent dans le monde, qui était plus que Katwe", indique Mutesi au sujet des opportunités que les échecs lui ont offertes.

    "Je pensais seulement à comment je pouvais arriver à trouver quelque chose à manger. Mais aujourd’hui, j'ai espoir de devenir un grand maître, un médecin, même construire un orphelinat pour les enfants des bas-quartiers".

    "Je n’ai jamais imaginé que je deviendrais une source d'inspiration pour d'autres personnes", a-t-elle ajouté.

    comment closed

    Tag Cloud

    Africa Centrale Asia/Pacifico Culture, Religion, Sport East Africa Education Energy Global Affairs Orient Peace and conflict Population, Refugies Science, Technologie Southern Africa Spécial Culture,Religion et Genre Travail West Africa