Home » Afrique, Developpement, Droits de L'Homme, Economie et Travail, Headlines, Politique, Reportage d'Afrique »

Q&R: Les ouragans deviennent plus forts dans les Caraïbes

    Patricia Grogg interviewe JOSÉ RUBIERA de l’Institut de météorologie de Cuba

    LA HAVANE, 3 août (IPS) – Au lieu de parler de prévisions pour les ouragans au début de la saison de cette année, le météorologue cubain, José Rubiera, préfère discuter de l'importance de réduire la vulnérabilité du pays et d’améliorer l’état de préparation.

    Les experts de l'Institut de météorologie de Cuba prédisent que dans la saison des ouragans de cette année – du 1er juin au 30 novembre – 17 tempêtes tropicales se formeront, y compris neuf ouragans possibles, dans la région des ouragans de l'Atlantique, qui inclut l'Atlantique Nord, le golfe du Mexique et la mer des Caraïbes. Et ils affirment que l'une des grandes tempêtes pourrait frapper Cuba.

    Au début de son entretien avec IPS, le directeur du département des prévisions de l’Institut de météorologie précise que la région des ouragans de l'Atlantique est une zone très vaste dans laquelle toutes les villes, telles que La Havane, s'adaptent à des millions de fois, parce "qu’elles sont de minuscules points sur une carte". Cela signifie qu'il est impossible de savoir à l'avance là où un ouragan va frapper.

    "La perspective d'une saison active signifie seulement que les conditions météorologiques globales… sont favorables à plus de tempêtes que dans une année normale", a déclaré Rubiera, qui est également vice-président du Comité des ouragans de la Quatrième région de l'Organisation météorologique mondiale.

    Voici quelques extraits de l’interview.

    Q: La saison des ouragans 2012 a été très active. Après trois années d’accalmie à Cuba, Sandy a balayé la région de l'est, faisant des ravages et prenant par surprise beaucoup de gens dans la région. Pourquoi?R: Il y avait beaucoup de facteurs. D’abord, seulement deux ouragans avaient traversé Santiago de Cuba, aucun d'entre eux n’était très intense, et ils se déplaçaient de l'est vers l’ouest: Ella en 1958 et Inez en 1966.

    Sandy était la première tempête à passer du sud au nord à travers la province de Santiago de Cuba. L'œil de l'ouragan a atteint les côtes tôt le matin du 25 octobre, près de la plage de Mar Verde, à l'ouest de la ville de Santiago.

    Le mur de l’œil de Sandy (l'anneau de vents forts qui entoure l'œil) a traversé la ville de Santiago de Cuba, qui est dans une zone montagneuse et possède des bâtiments ayant un degré élevé de concentration de la population. Et les habitants de la ville n'ont pas des années d'expérience de ce à quoi ressemblent les ouragans.

    Q: Est-ce que Sandy a laissé de leçons pour Cuba?

    R: Je pense bien. La leçon de Sandy était que tous les ouragans sont dangereux et que les effets qu'ils peuvent avoir ne devraient jamais être sous-estimés. Et aussi, que toutes les grandes villes doivent être préparées, parce qu'il existe un nombre plus grand de personnes vulnérables que dans les cas de populations isolées ou plus petites.

    L'éducation doit être renforcée dans les régions du pays qui ne souffrent pas de ces choses fréquemment ou qui présentent une grande intensité, pour accroître la sensibilisation aux risques.

    Q: Quelles sont les conditions favorables à ce genre d’ouragan intense, dévastateur?R: Je ne dirais pas qu'il était très intense. Au moment où il a atteint Cuba, il était déjà descendu à une tempête de catégorie trois. Oui, je dirais qu'il s’est intensifié rapidement, mais ce n'est pas la même chose.

    Seulement 17 heures se sont écoulées à partir du moment où Sandy est devenu un ouragan de catégorie une, juste au sud de la Jamaïque, jusqu'à ce qu'il atteigne la côte de Santiago de Cuba. Dans ce laps de temps, il est passé de la catégorie une à la catégorie trois.

    Pourquoi cela s’est-il produit? Bien, les conditions étaient extrêmement favorables pour que cela arrive. La température de l'eau de mer était très élevée, 31 degrés, et dans la haute atmosphère, les conditions ont favorisé une grande instabilité atmosphérique.

    Q: Cela était-il un nouveau phénomène?R: Avec les quelques derniers ouragans, en ces premières années du 21ème siècle, nous sommes habitués à des cas d'intensification rapide, comme Wilma, qui est passé d'un ouragan de catégorie une à celui de catégorie cinq en seulement 18 heures pendant qu’il passait par les Caraïbes en octobre 2005.

    C'est une manifestation de ce que nous vivons à un moment où la température de l'eau de mer augmente et où les conditions dans la haute atmosphère sont favorables à une intensification rapide. Ces cas sont maintenant un peu plus fréquents; cela signifie que quelque chose est en train de changer.

    Q: Il semble exister un consensus selon lequel le changement climatique ne provoque pas plus d'ouragans, mais que ces tempêtes deviendront plus intenses. Quel est votre point de vue sur cela?R: Exactement. Bien qu’un ouragan soit un phénomène sur une très petite échelle, par rapport aux modèles utilisés pour évaluer les changements climatiques, il y a certains éléments qui semblent indiquer que le nombre n'augmentera pas, mais sera le même ou peut-être encore plus petit. Mais l'intensité de ces systèmes de tempête augmentera, tout comme les niveaux de précipitations deviendront plus élevés au fur et à mesure que nous nous approchons de 2100.

    C'est le consensus du Groupe intergouvernemental sur l'évolution du climat et des experts des tempêtes tropicales qui ont discuté de la question. Je suis d'accord avec cette appréciation.

    comment closed

    Tag Cloud

    Africa Centrale Asia/Pacifico Culture, Religion, Sport East Africa Education Energy Global Affairs Orient Peace and conflict Population, Refugies Science, Technologie Southern Africa Spécial Culture,Religion et Genre Travail West Africa