Home » Afrique, Developpement, Droits de L'Homme, Headlines, Politique, Reportage d'Afrique »

Q&R: Mettre les toilettes à la mode

    Fatima Asmal-Motala interviewe JACK SIM, fondateur de l'Organisation mondiale des toilettes

    DURBAN, Afrique du Sud, 13 déc (IPS) – Jack Sim, le fondateur de l’Organisation mondiale des toilettes, avait 40 ans quand il a littéralement commencé par compter le nombre de jours qu’il lui restait à vivre et a senti l’urgence de faire des actions significatives pour le reste de sa vie.

    "Pouvez-vous imaginer une personne qui vient dans ce monde et qui passe toute sa vie à ne penser qu’à lui seul? A sa mort, sa vie n'aurait pas eu de sens, pourquoi donc s’est-il donné la peine de venir au monde?", demande-t-il.

    Sim, un homme d’affaires puissant, s’est intéressé à un domaine qui, d’après lui, a été sérieusement négligé.

    "Les toilettes étaient complètement négligées à Singapour (son pays natal). J'ai réalisé que c'était pareil partout dans le monde. Les gens se sentaient vraiment embarrassés. Maintenant, j'ai brisé le tabou et j’ai légitimé le sujet grâce à 12 années de plaidoyer effectif. Je suis fier de dire que j'ai brisé le tabou qui entoure la question de l'assainissement".

    Voici des extraits de l'interview:Q: Pourquoi est-ce qu’une bonne hygiène est si importante?R: Le développement d’un pays a besoin des gens en bonne santé. C’est mieux d’éviter que des gens tombent malades que de les guérir une fois qu’ils le sont déjà. Les toilettes sont les médicaments préventifs les moins chers au monde.

    Une bonne hygiène, ainsi que le lavage des mains avec du savon, réduiront cent les maladies de 50 à 80 pour. De nombreuses maladies – la diarrhée, les vers et bien d'autres encore – sont essentiellement dus à la propagation d'agents pathogènes provenant des matières fécales, des voies de transmission comme les doigts, les pieds, les mouches et les fluides. Si vous pouvez rompre avec cela, les gens peuvent être en bonne santé.

    Nous avons besoin de toilettes couvertes qui ne sont pas accessibles aux mouches, où les gens ne peuvent pas s’installer, que la pluie ne doit pas emporter et répandre, de même qu’un endroit pour se laver les mains. Pour ce réaliser cela, nous avons besoin d’éducation – pourquoi les toilettes sont bonnes pour vous – pour en faire une mode plutôt qu'une prescription. Si c'est la mode, les gens suivront.

    Les toilettes ont aussi besoin de propriétaires. Sans propriétaires, ils deviendront dysfonctionnels rapidement. Si quelqu'un achète une toilette, il se sent propriétaire de cela. S'il ne la possède pas, il doit cultiver un sentiment de possession. Des gens doivent être formés comme des agents pour l’entretien et la sécurité.

    Si vous n'avez pas de toilettes, vous êtes malheureux et vous n’êtes pas en bonne santé. En conséquence, vous avez une faible productivité, donc un faible revenu. Vous aurez donc à faire des dépenses liées à la santé et cela peut briser la survie de votre subsistance et créer un cycle de pauvreté qui devient par la suite un problème politique. Une bonne hygiène peut empêcher toutes ces bombes à retardement qui exploseront avec le temps.

    Q: Quels progrès ont été accomplis sur le continent africain en termes d'assainissement?R: La bonne nouvelle est que l'Afrique connaît actuellement une des périodes les plus paisibles de sa récente histoire. Pour cette raison, sa croissance économique est en moyenne plus rapide que le taux de croissance asiatique. Quand les gens ont un peu plus d’argent, leurs attentes deviennent plus élevées. Il est donc plus facile de créer la demande pour les toilettes.

    Sur le continent africain, il y a eu quelques progrès en termes de l'approche d’assainissement total impulsé par la communauté, ce qui incite les gens à creuser leurs propres trous, les encourageant ainsi à avoir leurs propres toilettes rudimentaires.

    Grâce à cette approche, les gens ont très vite réalisé la nécessité d'une toilette appropriée. Ils ont commencé par creuser des trous et se soulager à un endroit fixe et défini. C'est déjà un grand effort de changement de comportement – ils se sentent soudain disciplinés; ils ressentent le besoin d'être en privé et de protéger leurs voisins.

    Ainsi, la première phase consiste simplement à aller à un endroit fixe, et à couvrir le trou. C’est une méthode très rudimentaire, mais c’est mieux que d'être à l'extérieur, où les femmes peuvent se faire agresser.

    La deuxième phase, les gens sont encouragés à acheter des toilettes, qui coûtent entre 50 et 100 dollars. Une fois qu'ils les acquièrent, la jalousie et des comparaisons s’installent – et personne n'aime être méprisé.

    Q: Quel est le niveau actuel de la "demande" en Afrique?R: Ce que nous devons faire est de mettre les toilettes à un niveau plus élevé sur la liste de nos priorités personnelles – à un niveau aussi élevé que le téléphone portable. Pour la plupart des gens vivant sur le continent, la priorité est d’abord un poste téléviseur, après un téléphone portable, mais jamais les toilettes. Ce que nous devons faire est de mettre à la mode, l’idée de posséder une toilette – en transmettant le message selon lequel si vous n'avez pas de toilettes, vous vivez comme des animaux. Les gens ne veulent pas être considérés comme des animaux.

    Q: Qu'en est-il du côté de l'offre – est-ce facile pour un individu d'acquérir des toilettes?R: Nous devons rendre disponibles des toilettes soit par le gouvernement, soit à des prix abordables pour que les gens puissent s’en procurer, avec un traitement sur place, une bonne hygiène, des agents d'entretien qui sont aussi formés professionnellement comme des techniciens. Et nous devons également assurer l'éducation de la communauté afin prendre soin de leurs toilettes pour continuer à jouir. En d'autres termes, du côté de l'offre, l'effort requiert une association de la population, du gouvernement et du secteur privé.

    comment closed

    Tag Cloud

    Africa Centrale Asia/Pacifico Culture, Religion, Sport East Africa Education Energy Global Affairs Orient Peace and conflict Population, Refugies Science, Technologie Southern Africa Spécial Culture,Religion et Genre Travail West Africa