Home » Afrique, Developpement, Economie et Travail, Environnement, Headlines, Reportage d'Afrique »

RIO+20: Les pays en développement acceptent l’économie verte*

    By Diana Cariboni

    RIO DE JANEIRO, 20 juin (IPS) – Ce n'est pas vrai que les pays en développement conditionnent l'intégration de l'économie verte dans le document final de Rio+20 aux dispositions clairement définies pour le financement, a déclaré à TerraViva, Claudia Salerno, la chef de la délégation vénézuélienne. C'est une rumeur non fondée, a-t-elle dit.

    Le jeudi 14 juin, le Groupe des 77 (G77) pays en développement plus la Chine sont sortis d'un groupe de travail principal sur l'économie verte, se plaignant de ce que les pays riches bloquaient la voie du progrès sur les moyens de mise en œuvre – le transfert d'argent et de technologie pour opérer un changement dans les modes de production et de consommation.Le vendredi 15 juin, les négociations sont confrontées à une impasse dans d'autres domaines, et le samedi, le Brésil a présenté un document en quête d'un consensus avant que les chefs d'Etat n’arrivent à Rio de Janeiro, la ville brésilienne, pour les trois derniers jours de la Conférence des Nations Unies sur le développement durable, du 20 au 22 juin.Les pays en développement ont commencé les négociations sur l'économie verte et les changements nécessaires, et ils évoluaient merveilleusement bien jusqu'à ce que le débat ait atteint la question des moyens de mise en œuvre, a dit Salerno.Comment peut-il être possible que nous, avec la lutte contre la pauvreté à laquelle nous sommes confrontés, soyons plus préparés pour cette transformation que ceux qui sont supposés être dans une meilleure position pour entreprendre ces changements?Les propositions pour l'écologisation de l'économie que le Nord industrialisé a déposées sur la table en janvier auraient créé de nouvelles barrières commerciales, que nous combattons depuis ce temps et avons réussi à modifier, a-t-elle souligné.L'accord ne peut pas détruire 20 ans de négociations à l'Organisation mondiale du commerce et tout ce qui a été adopté en termes d'environnement parce que vous être confrontés à une crise, a-t-elle dit, se référant à l'Union européenne (UE).Cependant, le débat a repris sur les rails et le chapitre sur l'économie verte est aujourd'hui l'un des domaines où un accord a été conclu sur la plus grande proportion de textes, a-t-elle affirmé. Pourquoi un consensus n’a-t-il pas été atteint sur un seul paragraphe portant sur les moyens de mise en œuvre? Parce que les pays riches n’en veulent pas.Les nations du monde ont convenu de limiter l'approche dogmatique à l'idée de l'économie verte et de la remplacer par des politiques d'économie verte, reconnaissant que les pays doivent maintenir la capacité de définir la façon de l'adapter à leurs circonstances spécifiques, a déclaré Alex Rafalowicz, conseiller juridique à 'Third World Network', qui suit de près les débats.Les dirigeants du monde doivent décider si une crise ou des circonstances spécifiques peuvent empêcher les politiciens de voir les choses avec une perspective de 20 ans, a indiqué Salerno. Tout le monde connaît une crise différente. L'Europe se plaint de la sienne et présente cela comme une justification.L’annonce d’un fonds de 30 milliards de dollars la semaine dernière est un accord, et nous n'allons pas le réviser. S'ils (les Etats-Unis et l'UE) se retirent de ce que les pays en développement eux-mêmes ont soulevé comme étant la grande bannière politique à la conférence sur les changements climatiques à Copenhague, les choses sont assez mauvaises. Mais, nous avons même vu cela, a-t-elle ajouté.Les délégations de la Bolivie, Cuba, Equateur, Nicaragua et du Venezuela, qui coordonnent leurs positions dans l'Alliance bolivarienne pour les peuples de notre Amérique (ALBA), ont eu des mots très durs samedi pour les échecs dans le domaine du financement.Le G77 s’est retiré des négociations sur l'économie verte parce que c’était l'ALBA et la Bolivie qui ont observé que les moyens de mise en œuvre vont dans une telle erreur, une direction absurde dans laquelle la charité privée est apparue comme une source de financement, a déclaré à TerraViva, Ren Orellana, négociateur en chef de la Bolivie sur les changements climatiques.Nous ne savons pas s’ils se moquent de nous ou s’ils veulent en réalité démanteler la coopération internationale, a-t-il dit. Où est-ce qu’il est dit que les engagements pris dans de nombreux traités internationaux sont suspendus pendant les périodes difficiles?La Bolivie a de grands espoirs pour le processus de Rio+20, mais nous voulons voir un document qui exprime le droit au développement, les droits de la Terre Mère, l'harmonie avec la nature, et un accent sur la lutte contre la pauvreté.La Bolivie, le Venezuela et d'autres pays latino-américains producteurs de pétrole, de gaz et de charbon sont confrontés à un dilemme: comment parvenir à un développement durable avec une économie basée sur des formes sales de production.Nous sommes fortement dépendants de ces ressources non renouvelables, et parce que nous sommes vulnérables, nous ne pouvons pas surmonter cette dépendance du jour au lendemain sans le transfert de technologies qui est essentiel pour passer des sources d'énergie non renouvelables aux sources d'énergie renouvelables, a indiqué Orellana.Mais, a-t-il ajouté, nous sommes seulement responsables de 0,03 pour cent de tous les gaz à effet de serre. Et soudain, ils veulent que les pays qui ne sont pas coupables des changements climatiques assument une énorme responsabilité dans la réduction des émissions. Si nous faisons cela, d'un jour à l'autre, nos pays seront laissés sans aucune source de revenus.*Cet article a été initialement publié par IPS TerraViva.

    comment closed

    Tag Cloud

    Africa Centrale Asia/Pacifico Culture, Religion, Sport East Africa Education Energy Global Affairs Orient Peace and conflict Population, Refugies Science, Technologie Southern Africa Spécial Culture,Religion et Genre Travail West Africa