Home » Afrique, Headlines, Internationale, Santé »

SANTE-FEMMES: La campagne contre l'excision gagne du terrain

    NEW YORK, 08 février (IPS) – L'Organisation des Nations Unies met en œuvre la campagne mondiale contre les mutilations génitales féminines. Deux agences de l'ONU, le Fonds des Nations Unies pour la Population (FNUAP) et le Fonds des Nations Unis pour l'Enfance UNICEF, ont ensemble réussi à convaincre 6.000 communautés en Afrique et en Asie pour abandonner la pratique des mutilations.

    Selon Nafissatoe J. Diop, coordinatrice de la campagne, l’organisation enregistre déjà des victoires dans plusieurs pays. Ainsi en Ethiopie, le nombre de filles excisées est passé de 80 à 74 %, au Kenya le chiffre a diminué de 32 à 27 %. « Mais il y a encore beaucoup de travail à faire », explique la responsable.

    Cette initiative conjointe, qui a débuté en 2008, vise à persuader des communautés entières à renoncer à la pratique d’excision. Pour arriver à ce résultat, il est nécessaire d’agir avec prudence à propos des valeurs locales et investir dans le dialogue avec les réseaux sociaux afin d’éradiquer la pratique d’ici une génération. Grâce à cette action, des communautés en Ethiopie, en Egypte, au Kenya, au Sénégal, en Gambie et en Somalie ont pu être amenées à renoncer à l'excision.

    Dangereuses
    Le terme scientifique pour l’excision des femmes est dénommé Mutilation génitale féminine ou circoncision (MGF/C) et ce terme se réfère à tout enlèvement d'une partie des organes génitaux féminins pour des raisons culturelles ou autres raisons non médicales. Cette pratique est souvent accompagnée de grandes douleurs, des saignements, des infections, un risque de stérilité et parfois le décès.

    Selon Diop, la pratique est surtout en vigueur dans 28 pays principalement en Afrique et en Asie occidentale. « Toutefois, on la retrouve aussi dans des pays ou des régions comme la Malaisie et le Kurdistan ou encore dans des pays à grande population migrante. L’excision ne se limite pas à une religion particulière », précise-t–elle.

    « Nous ne savons pas encore à quelle échelle est pratiquée la MGF/C et nous ignorons aussi le nombre exact de communautés qui la pratiquent. Mais nous savons qu’en Afrique déjà trois millions de filles sont excisées chaque année", a déclaré Diop.

    (FIN/IPS/2011)

    comment closed

    Tag Cloud

    Africa Centrale Asia/Pacifico Culture, Religion, Sport East Africa Education Energy Global Affairs Orient Peace and conflict Population, Refugies Science, Technologie Southern Africa Spécial Culture,Religion et Genre Travail West Africa