Home » Economie et Travail, Headlines, Internationale, Politique, Santé »

SANTE-PAKISTAN: L’hôpital à domicile en zone de conflit

    PESHAWAR, 05 mars (IPS) – Ne disposant pas de moyens financiers suffisants pour obtenir des soins médicaux, Gul Lakhta (50 ans) s’était résolu à la cécité lorsqu’un « hôpital mobile » est arrivé dans son village de l’agence de Bajaur située dans les régions tribales (FATA), à la frontière escarpée entre le Pakistan et l’Afghanistan.

    « Ils m’ont opéré le jour même. Aujourd’hui, ma vue est excellente », s’est réjoui Lakhta, bénéficiaire du Programme des hôpitaux mobiles (PHM) lancé par le gouvernement en 2003 afin de fournir des soins de santé aux habitants des régions du Nord du Pakistan, dévastées par la guerre.

    En 2001 en Afghanistan, lorsque les forces de la coalition dirigées par les Etats-Unis ont renversé le régime taliban, ses dirigeants ont fuit et rejoint la zone tribale et les régions adjacentes, emportant avec eux leur idéologie fondamentaliste et leur culture de la violence.

    Très vite, les talibans ont lancé une vague de bombardements à l’encontre de leurs hôtes, visant les écoles, les centres de soins, les marchés ainsi que les forces et bâtiments gouvernementaux, générant ainsi une stagnation des sept agences qui forment le FATA.

    « Les talibans ont également détruit 60 centres de soins sur le passage, obligeant de ce fait les patients à se rendre à Peshawar – ou plus loin encore – pour obtenir un traitement et ce, même dans le cas d’affections mineures », a expliqué le Dr Niaz Afridi, chef du PHM dans les régions tribales.

    Le gouvernement consacre 60 millions de roupies par an à ce programme et des négociations sont en cours pour élargir le budget qui y est consacré, a ajouté Afridi.

    Ces « dispensaires mobiles » sont une aubaine pour les patients, car ils sont bien équipés et dirigés par des équipes dévouées. A l’heure actuelle, 90.000 personnes par an reçoivent des traitements grâce à l’intervention de ces hôpitaux ambulants.

    « Nous organisons également des camps médicaux dans les régions qui sont difficiles d’accès pour le personnel médical ordinaire. Nos équipes se rendent dans les régions les plus isolées pour délivrer un diagnostic et un traitement gratuits aux patients ».

    Le Dr Nauman Mujahid, responsable du développement des services de soins de santé dans le FATA, a déclaré que le programme rassemble 150 personnes, parmi lesquelles figurent des médecins, des chirurgiens, des gynécologues et d’autres spécialistes tels que des ophtalmologues et des dentistes.

    Chaque véhicule est équipé d’un groupe électrogène qui génère l’électricité nécessaire à un bloc opératoire ambulant, à une unité de soins dentaires, à l’équipement de radiographie et d’ultrasons ainsi qu’à des laboratoires permettant de rendre des diagnostics rapides.

    « Les patients dont l’état est jugé critique et qui requièrent une hospitalisation sont envoyés dans des centres de soins tertiaires à Peshawar », a expliqué Mujahid.

    Le programme a débuté en 2003 lorsque le gouvernement sud-coréen a fait don de 14 unités cliniques mobiles afin d’apporter de l’aide aux habitants des régions insurgées du FATA.

    Bien que la reconstruction des centres de soins progresse considérablement, le Programme d’hôpitaux mobiles continuera ses activités dans le FATA étant donné le succès qu’il rencontre. Le gouvernement a d’ailleurs augmenté le nombre de véhicules en 2010.

    Les hôpitaux ambulants permettent avant tout de garantir que les patients qui nécessitent un traitement à long terme obtiennent leurs médicaments. C’est notamment le cas des personnes atteintes de la tuberculose (TB) qui, si elles ne reçoivent pas de soins appropriés, peuvent développer une résistance pléiotropique aux médicaments et donc représenter un danger pour leur communauté.

    Waqar Ali (46 ans), à qui l’on a diagnostiqué il y a trois mois une tuberculose dans un camp médical au Nord du Waziristan, est aujourd’hui sous traitement pour une durée de huit mois. « Je me sens mieux et je peux désormais travailler sur mon exploitation comme tout le monde », a-t-il confié à l’agence IPS.

    Les autorités s’attachent à prévenir, environ une semaine à l’avance, les habitants des régions dans lesquelles les camps médicaux seront organisés. Ces annonces sont souvent faites dans les mosquées.

    Le Dr Bilqees Qayyum, gynécologue au sein du programme, a déclaré à l’agence IPS que les patients qui rejoignent les camps présentent souvent plusieurs pathologies.

    « Outre le fait d’organiser des camps médicaux afin de traiter les patients régulièrement, nous nous rendons également dans les régions touchées par le déclenchement de maladies telles que la rougeole, la gastro-entérite et la diarrhée. Nous étions les premiers à rejoindre la province de Khyber Pakhtunkhwa, frappée par un séisme dévastateur en 2005 », a-t-elle ajouté.

    Le PHM a joué un rôle significatif dans l’assistance médicale des personnes déplacées à la suite des opérations militaires menées contre les talibans dans le district de Swat en 2009.

    L’année suivante, le programme a démontré son efficacité en apportant une assistance médicale aux habitants des districts Nowshera et Charsadda de la province de Khyber Pakhtunkhwa, touchée par de graves inondations.

    « Nos médecins, auxiliaires médicaux et infirmières sont parfaitement entrainés et ont été récompensés par le gouvernement pour leurs excellentes performances lors des interventions d’urgence », a souligné Qayyum.

    En 2011, les chirurgiens du PHM ont pratiqué des opérations sur 13.000 patients et les chiffres continuent d’augmenter, a déclaré à l’agence IPS le Dr Fawad Khan, directeur des services de soins de santé dans le FATA.

    « Etant donné le succès du PHM, les gouvernements provinciaux du Khyber Pakhtunkhwa et du Punjab nous ont demandé de leur consacrer un programme similaire. Nos équipes se sont déjà rendues dans ces provinces lors d’interventions d’urgence », a souligné Khan.

    (FIN/IPS/2012)

    comment closed

    Tag Cloud

    Africa Centrale Asia/Pacifico Culture, Religion, Sport East Africa Education Energy Global Affairs Orient Peace and conflict Population, Refugies Science, Technologie Southern Africa Spécial Culture,Religion et Genre Travail West Africa