Home » Afrique, Developpement, Droits de L'Homme, Headlines, Politique, Reportage d'Afrique »

SOUDAN DU SUD: Des forêts meurent dans les violences

    By Charlton Doki

    JUBA, 6 juin (IPS) – Le Soudan du Sud perd ses forêts. Et sans aucune politique unifiée pour maîtriser la situation, le gouvernement est embrouillé, avec un ministère affirmant que la perte des forêts est une nécessité pour l'agriculture et un autre prévenant contre les conséquences environnementales désastreuses si cela continue sans contrôle.

    Plusieurs décennies de guerre, au cours desquelles l'environnement du pays a été négligé, couplées avec les défis post-indépendance et les tensions avec le Soudan, ont entraîné la dégradation de l'environnement dans le pays. Et elle est en grande partie causée par une déforestation effrénée.Isaac Woja, un agronome et expert de la gestion des ressources naturelles, a déclaré que le taux de déforestation était préoccupant."La vitesse avec laquelle les gens coupent les arbres est inquiétante. Si cette tendance se poursuit, les générations futures vont souffrir. Le Soudan du Sud peut devenir un désert comme ce que vous voyez au nord", a-t-il dit à IPS.Bien qu'il n'existe aucune information sur le nombre exact de forêts dans le pays, selon les chiffres de 2009 du ministère de l'Agriculture et des Forêts, les terres boisées et les forêts couvrent environ 29 pour cent de la superficie du Soudan du Sud, soit 191.667 kilomètres carrés.Une étude menée en 2010 par l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), dénommée "Evaluation des ressources forestières", a estimé qu'une grande superficie atteignant jusqu'à 2.776 kilomètres carrés de forêts et autres terres boisées était détruite chaque année, au Soudan du Sud.L’abattage des forêts en vue de défricher les terres pour la culture a commencé en 2005 après la signature de l'Accord de paix global, qui a officiellement mis fin à la récente guerre civile (1983-2005) entre le sud et le nord du Soudan d’alors.Cependant, la déforestation s'est aggravée depuis l'indépendance comme les Sud-Soudanais, qui vivent en tant que Personnes déplacées à l'intérieur au Soudan, ont commencé à rentrer. Selon l'ONU, au cours des 18 derniers mois seulement, 350.000 personnes sont rentrées du Soudan. En outre, un nombre indéterminé de personnes sont également revenues des pays voisins suite à l'indépendance du Soudan du Sud, le 9 juillet 2011.Le gouvernement du Soudan du Sud a alloué des terres aux personnes qui sont retournées pour s'y installer, y compris dans les zones situées à proximité des forêts. Beaucoup ont recouru à l'agriculture comme un moyen de gagner leur vie, et ont commencé à défricher les terres boisées à proximité pour la culture.Cela se produit principalement dans les Etats d'Equatoria oriental, occidental et central, dans le sud du pays, et dans une moindre mesure dans les Etats de Bahr al Ghazal occidental et du nord, dans le nord du pays. Ces Etats renferment les terres arabes les plus fertiles au Soudan du Sud.Dans une interview accordée à IPS, le directeur général du ministère de l'Environnement du Soudan du Sud, Victor Wurda Lotome, a averti que bien que l’investissement dans l'agriculture aide l'économie du pays, si les risques environnementaux associés à l'agriculture mécanisée et commerciale ne sont pas pris en compte, les dommages causés à l'environnement pourraient l'emporter sur les avantages financiers."Tout comme nous sommes impatients d'accroître la production alimentaire et d’assurer la sécurité alimentaire au Soudan du Sud, et que nous voulons promouvoir les investissements agricoles, il est important d'aborder carrément la durabilité environnementale. Il doit y avoir des filets de sécurité pour éviter aux personnes vulnérables les conséquences de la sécheresse découlant de la dégradation de l'environnement", a déclaré George Okech, directeur national de la FAO au Soudan du Sud.Woja a expliqué comment une sécheresse pourrait provenir de la déforestation: "Les forêts aident également à faire tomber les pluies. La déforestation signifie que dans les années à venir, les zones touchées recevront moins ou pas de précipitations du tout".

    Toutefois, la ministre sud-soudanaise de l'Agriculture et des Forêts, Betty Achan Ogwaro, a affirmé que c'était impossible pour les agriculteurs dans la grande région d'Equatoria, qui renferme un grand nombre de terres boisées et de forêts, de cultiver sans abattre aucun arbre."Nous sommes toujours aux prises avec nos partenaires comme l'USAID (Agence américaine pour le développement international) qui nous disent de ne pas couper les arbres, de juste planter entre les arbres. Mais cela est-il réellement vrai? Pouvons-nous accroître réellement la productivité si nous ne coupons pas certains des arbres?"."Je pense que nous devrions avoir seulement 10 pour cent des arbres dans les zones agricoles afin que les agriculteurs aient plus d'espace pour les cultures".Ogwaro a déclaré que le Soudan du Sud a besoin d'utiliser des tracteurs pour accroître la production alimentaire, ajoutant que les tracteurs ne peuvent être utilisés que si les terres agricoles sont déboisées. "Les gens demandent des tracteurs. C'est pourquoi nous disons que vous devez couper quelques arbres afin que vous puissiez utiliser un tracteur sur votre ferme", dit-elle.Woja a indiqué que les petits fermiers au Soudan du Sud exploitent actuellement en moyenne entre 0,2 et 0,4 hectare de terres pour produire des cultures destinées à la consommation familiale, mais avec l'accroissement de la population du pays, cette superficie augmenterait."Bien que la superficie totale cultivée au Soudan du Sud soit toujours faible, elle est censée augmenter proportionnellement à l’accroissement de la population. Cela signifie que nous verrons plus de forêts qui seront défrichées", a ajouté Woja.

    comment closed

    Tag Cloud

    Africa Centrale Asia/Pacifico Culture, Religion, Sport East Africa Education Energy Global Affairs Orient Peace and conflict Population, Refugies Science, Technologie Southern Africa Spécial Culture,Religion et Genre Travail West Africa