Home » Afrique, Developpement, Droits de L'Homme, Economie et Travail, Headlines, Reportage d'Afrique »

TANZANIE: L’envahissement de Zanzibar par l’océan signifie moins d’eau

    By Erick Kabendera

    ZANZIBAR, Tanzanie, 19 juin (IPS) – Le puits le plus proche de Khadija Komboani, 36 ans, est rempli d'eau salée à cause de la montée du niveau de la mer située autour de l'île de Zanzibar, en Tanzanie, sur l'océan Indien.

    Et jusqu'à récemment, cette mère de 12 enfants dans le village de Nungwi à Unguja, sur la partie nord de Zanzibar, passait une grande partie de sa journée à marcher pour se rendre à la source d’eau douce la plus proche pour chercher de l'eau potable.

    "L'eau est très salée, alors elle ne peut pas être utilisée pour quoi que ce soit. Vous utilisez beaucoup d'eau et de savon si vous l'employez pour laver le linge ou la vaisselle. L’autre difficulté est que vous ne pouvez pas l'utiliser pour cuisiner ou boire. C'est pourquoi nous devions marcher sur de longues distances pour chercher de l'eau dans des puits d'eau douce", déclare Komboani à IPS.

    Selon le ministère de l'Environnement de Zanzibar, la montée des niveaux de la mer a entraîné le mélange de l'eau de mer avec les sources d'eau douce et la contamination des puits ici. Zanzibar n'a pas de fleuves et la principale source d'eau demeure souterraine, qui dépend des précipitations actuellement irrégulières.

    Mais heureusement, pour Komboani, l'expérience consistant à passer des heures à chercher de l'eau n’est qu'un souvenir désormais, depuis la mise en œuvre d'un projet de fourniture d'eau potable et salubre aux ménages dans son village.

    En octobre 2012, le Programme d'adaptation en Afrique (PAA) du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) a construit un pipeline sur huit kilomètres depuis le village de Kilimani, à l'intérieur, jusqu’au village de Nungwi, qui se trouve le long de la côte. Un grand réservoir d'eau près du village de Kilimani maintient la fourniture d'eau.

    Le PAA, un programme de lutte contre le changement climatique mis en œuvre dans 21 pays africains, vise à aider la Tanzanie à développer des politiques favorables au climat et des projets d'adaptation aux changements climatiques.

    Pendant ce temps, les 15.000 habitants du village de Nungwi ont maintenant accès à l'eau 24 heures sur 24, qui peut être obtenue à partir des robinets et des réservoirs.

    Komboani affirme que depuis l’arrivée du projet d'eau, elle dispose maintenant de plus de temps pour se concentrer sur son commerce de casse-croûte. Elle dit qu'elle gagne environ cinq dollars par jour à partir de cette activité.

    "Je n’ai plus le souci de me réveiller tôt pour aller chercher de l'eau. J'utilise ce temps pour m'engager dans d'autres activités productives, telles que la vente de casse-croûte et le travail dans mon potager".

    "Mon mari avait l’habitude de m’accuser d'être infidèle lorsque je rentrais tard du puits. Je suis maintenant heureuse que nous ayons la paix dans notre maison", déclare-t-elle.

    Non seulement l'accès facile à l'eau potable a amené la paix dans la maison de Komboani, mais il a également sauvé beaucoup de femmes et filles de mariages non désirés.

    Tatu Mganga, la commissaire du district Nord A de Zanzibar, l'équivalent d'un gouverneur, affirme que son département a dû intervenir plusieurs fois quand ils ont appris que des femmes étaient mariées afin qu'elles puissent être utilisées pour aller chercher de l'eau pour leur nouveau mari.

    "Ces incidents étaient fréquents et nous avons dû intervenir et secourir les filles quand nous avons appris ces histoires", indique Mganga à IPS.

    Elle estime que bien que tout le monde dans le village de Nungwi soit affecté par cette pénurie, les femmes et les enfants ont le plus souffert parce qu’ils étaient chargés de chercher de l'eau pour leurs familles.

    Mganga affirme que la vie des gens du village de Nungwi et ses environs a désormais changé pour le mieux.

    "Presque toutes les personnes vivant dans la région ont maintenant accès à l'eau potable et salubre. Les familles peuvent désormais se laver les mains et les vêtements, et se doucher correctement. Par la suite, il y a une amélioration de l’assainissement", explique Mganga.

    Le directeur national du PNUD pour la Tanzanie, Philippe Poinsot, déclare à IPS que le PAA est axé sur l'amélioration de la fourniture d'eau potable et salubre aux ménages à travers des projets pilotes.

    "Les femmes et les enfants marchaient trop longtemps avant de puiser de l'eau dans des points d'eau de surface sales (et la consommation de cette eau) avait accéléré les problèmes de santé", explique Poinsot. L'utilisation généralisée de l'eau impropre dans le village de Nungwi a entraîné un accroissement de la pneumonie et des maladies de la peau. Les autorités sanitaires locales indiquent qu'il y a une diminution de ces cas depuis un moment.

    Ally Jabir Haiza, chargé de la santé dans le district de Zanzibar, déclare à IPS que l'eau provenant des puits peu profonds situés le long de la côte de l'île a été analysée et s'est avérée être très salée. Ceci, explique-t-il, a eu un impact sur les soins de santé dans la région. A Unguja, une maternité nouvellement construite n’a pas pu être utilisée à cause du manque d'eau potable.

    "Les élèves aussi ne pouvaient pas se concentrer sur leurs études parce qu'ils étaient souvent préoccupés par la recherche de l'eau quand ils rentraient à la maison. Et ils étaient déjà fatigués lorsqu’ils commençaient leurs cours le matin (à cause de la recherche d'eau avant d’aller à l'école).

    comment closed

    Tag Cloud

    Africa Centrale Asia/Pacifico Culture, Religion, Sport East Africa Education Energy Global Affairs Orient Peace and conflict Population, Refugies Science, Technologie Southern Africa Spécial Culture,Religion et Genre Travail West Africa