Home » Afrique, Developpement, Economie et Travail, Headlines, Reportage d'Afrique »

TANZANIE: Opérer en milieu rural "pour sauver une vie"

    By Erick Kabendera

    KIGOMA, Tanzanie, 7 août (IPS) – Au Centre de santé de Kakonko, à environ 250 kilomètres de l'hôpital le plus proche dans la région de Kigoma, dans l’ouest de la Tanzanie, l’assistant médical, Abdu Mapinduzi, se prépare à opérer Joanitha, une jeune mère enceinte.

    Elle a accouché par césarienne trois fois auparavant dans un hôpital régional. Mais aujourd’hui, pour son quatrième enfant, elle est capable d'avoir le bébé dans son centre de santé le plus proche.Bien que le Centre de santé de Kakonko soit à 150 km du village natal de Joanitha, il est encore plus rapproché que l’hôpital régional le plus proche, qui est le seul autre établissement capable d’effectuer des césariennes. Les centres de santé ici couvrent 50.000 personnes, approximativement la population d'une division administrative, mais ne sont pas équipés pour effectuer des opérations chirurgicales. Ils constituent le troisième niveau des soins de santé dans le pays après les services de santé et dispensaires des villages.Mais la région de Kigoma est devenue l'un des premiers centres en Afrique de l'est à former les assistants médicaux à effectuer des césariennes salvatrices dans ses centres de santé ruraux.Après sa césarienne, Joanitha a déclaré à IPS qu'elle était reconnaissante d'avoir pu accoucher de son bébé en toute sécurité dans un centre de santé."Une de mes amies est morte en accouchant dans la maison d’une accoucheuse traditionnelle l'année dernière, et il y a environ quatre mois, une autre a mis au monde un enfant mort pendant qu’elle s’est rendue à l'hôpital".La fondation "World Lung Foundation" a rénové neuf centres de santé ruraux dans la région de Kigoma, y compris le Centre de santé de Kakonko, dans le cadre d'un projet pilote en 2009. En tant que partie de cette initiative, des assistants médicaux ont été formés en chirurgie de base."Nous avons géré avec succès tous nos cas compliqués et les mères ont accouché en toute sécurité", a indiqué Mapinduzi à IPS, qui est aussi le superviseur du centre."Quand nous avons une naissance compliquée, c’est comme si tout s'est arrêté afin de sauver une vie", a-t-il dit.Mapinduzi a expliqué que lorsque le centre a commencé à opérer les femmes enceintes en 2010, le nombre d’accouchements dans le centre de santé a grimpé de 20 à 120 par mois, et qu’en moyenne, six césariennes sont effectuées chaque semaine."Nous avons établi un réseau au niveau de la base où il est conseillé aux femmes souffrant de complications d’accoucher dans un centre de santé ou un hôpital de district."Auparavant, certaines mères ne voyaient pas la nécessité de venir au centre de santé, en particulier celles ayant des complications, parce qu'elles savaient que nous étions incapables de les aider à l’époque. Certaines restaient à la maison et attendaient la grâce de Dieu, tandis que d'autres allaient à d'autres endroits", a-t-il souligné.La Tanzanie a un taux élevé de mortalité maternelle: 578 décès pour 100.000 naissances vivantes. Selon l'Organisation mondiale de la santé, "le taux de mortalité maternelle dans les pays en développement est de 240 pour 100.000 naissances contre 16 pour 100.000 dans les pays développés".

    Kate Gilmore, secrétaire générale adjointe et directrice exécutive adjointe (des programmes) du Fonds des Nations Unies pour la population, a affirmé que le Soudan du Sud avait le taux le plus élevé au monde, avec plus de 2.000 décès pour 100.000. Mais à un moment donné, la région de Kigoma avait le taux le plus élevé dans le pays, 933 pour 100.000 naissances vivantes au début des années 1980.Mais dans les années 1980, Dr Godfrey Mbaruku, un gynécologue nouvellement qualifié, qui est maintenant le directeur adjoint de l'Institut de santé d’Ifakara, la principale institution de recherches en santé de la Tanzanie, a développé des initiatives réussies qui ont entraîné une baisse considérable du taux de mortalité maternelle dans le pays – 186 pour 100.000 naissances vivantes en 1991.

    Bien que des statistiques récentes ne soient pas disponibles, la mortalité maternelle dans cette région est considérée comme étant plus faible que dans le reste du pays.C'était le travail de Mbaruku ici qui a inspiré les partenaires au développement à mettre en place le projet. Il a déclaré à IPS que cela avait un sens parfait d’équiper les centres de santé pour effectuer des opérations chirurgicales."La majorité des Tanzaniens vivent dans les zones rurales, et vous plaisantez en suggérant qu'ils devraient accéder aux services de santé dans les hôpitaux régionaux et de district. Des mères ne meurent pas en raison de maladies chroniques, mais à cause des cas d'urgence", a indiqué Mbaruku.Dr Amri Mulamuzi, coordinateur du projet dans la région de Kigoma, a dit à IPS qu’une combinaison de facteurs a permis de réduire récemment les décès maternels ici."Nous avons également fourni des ambulances à tous les centres de santé afin qu'ils puissent renvoyer les cas compliqués vers les hôpitaux régionaux ou de district. Nous avons également lancé des campagnes sur le terrain, en collaboration avec les autorités gouvernementale locales, afin de nous assurer que chaque mère enceinte se rend compte qu'il est important pour elle de recevoir des soins prénatals", a déclaré Mulamuzi.Alors que les centres de santé de la région de Kigoma sont devenus une histoire à succès, les activistes de la santé craignent que des programmes comme celui-ci ne soient peu susceptibles d'être durables parce qu’ils sont dépendants des donateurs, et qu’ils ne s'effondrent lorsque les bailleurs de fonds retireront progressivement leurs engagements financiers initiaux.Par exemple, le "Projet d'appui à la réduction de la mortalité maternelle" du gouvernement, qui a commencé en 2006, et est en train d’être mis en œuvre à titre d'essai dans trois régions, ne reçoit que 10 pour cent du financement du gouvernement. Le reste provient des donateurs.Irenei Kiria, le directeur exécutif de Sikika, une organisation non gouvernementale qui plaide pour la fourniture des services de santé de qualité, a déclaré à IPS qu'il n’y aurait pas un changement significatif dans le taux de mortalité maternelle du pays jusqu’à ce que le gouvernement y investisse plus, et traduise des politiques en action."Les choses sur le terrain doivent changer avant que le gouvernement ne soit prix au sérieux pour améliorer la santé maternelle", a indiqué Kiria.

    comment closed

    Tag Cloud

    Africa Centrale Asia/Pacifico Culture, Religion, Sport East Africa Education Energy Global Affairs Orient Peace and conflict Population, Refugies Science, Technologie Southern Africa Spécial Culture,Religion et Genre Travail West Africa