Home » Afrique, Developpement, Economie et Travail, Environnement, Headlines, Reportage d'Afrique, Santé »

TRINIDAD: Débat autour des causes des inondations qui s’accentuent

    By Peter Richards

    PORT OF SPAIN, Trinidad, 14 nov (IPS) – Officiellement, la saison des pluies commence en juin dans les Caraïbes, coïncidant avec le début de la saison des ouragans. Mais récemment, de fortes pluies ont signalé un démarrage précoce de la saison des pluies, inondant les rues, gonflant les rivières et causant de lourds dégâts aux cultures.

    "Avec le réchauffement de la planète, vous devez vous attendre ces jours-ci à tout", a déclaré à IPS, Shiraz Khan, président de l’Association des agriculteurs de Trinidad-et-Tobago.

    Il a indiqué que la situation a été encore compliquée par le fait que pendant la saison sèche, beaucoup de gens nuisent à la "verdure", détruisant les chemins de l'eau et abîmant les terres que les fermiers utilisent pour la plantation.

    "C'est fondamentalement ce qui se passe dans tout le pays", a-t-il souligné, prévenant les consommateurs de se préparer à une augmentation des prix des denrées alimentaires puisque des agriculteurs impuissants voient leurs cultures en train d’être détruites par les inondations.

    Dhano Sookho, président de la Société agricole de Trinidad-et-Tobago, a expliqué à IPS que les "voies d'eau ne sont pas entretenues". Il demande la création d'un groupe inter-agence qui inclut le gouvernement pour trouver des solutions au problème.

    Le gouvernement, qui dans le passé a dû indemniser les agriculteurs à hauteur de plusieurs millions de dollars pour les pertes de récoltes causées par les inondations, déclare qu'il entreprendra une évaluation rapide de la situation et que "la soumission à temps des déclarations de sinistre permettra d'assurer un décaissement rapide de l’aide".

    Devant Maharaj, le ministre de la Production alimentaire, a indiqué que dès que les déclarations de sinistre seront déposées auprès des autorités compétentes, un calendrier de paiement sera ensuite établi, alors même que Khan a fait remarquer que dans certaines régions, les pertes des fermiers atteignaient 100 pour cent.

    Des pratiques nuisiblesMais les responsables des questions des catastrophes imputent les inondations à la dénudation des coteaux par les entrepreneurs en bâtiments et aux pratiques des soi-disant agriculteurs qui utilisent "le brûlis" pour défricher les terres pour la culture.

    Les collines ont un cycle naturel de renouvellement pendant la saison sèche, a indiqué Stephen Ramroop, directeur de la Préparation et la gestion des catastrophes, pendant qu’il s’adressait à une assemblée du Groupe intergouvernemental de coordination pour le Système d'alerte sur le tsunami et d'autres risques côtiers pour les Caraïbes en mai à Port of Spain, la capitale de Trinidad-et-Tobago.

    A cause de ce cycle naturel, les incendies ne peuvent pas être complètement stoppés, a-t-il expliqué, ajoutant que les gens ne doivent pas être autorisés à construire leurs maisons illégalement et d'une manière qui leur permet d'être sur le chemin du danger.

    Il a parlé à l’assemblée d'une récente reconnaissance aérienne des coteaux à Trinidad-et-

    Tobago.

    "Ce que nous avons vu, c'était que beaucoup d'eau répandait sur les routes parce que les gens mettaient du gravier et du sable dans les canalisations… bouchant les voies d’eau et provoquant des inondations", a-t-il expliqué, notant qu’au cours de ces derniers mois, les autorités ont désengorgé plusieurs voies d'eau seulement pour voir la situation se répéter.

    "Nous ne pouvons pas continuer à désengorger les canalisations que les gens bloquent", a-t-il prévenu.

    Le gouvernement de coalition, 'People’s Partnership' (Partenariat populaire), a averti qu'il adoptera une position ferme contre ceux qui construisent des structures sans respecter les différents codes.

    Ces "mauvais promoteurs" n'auraient pas d'autre choix que de se conformer aux normes une fois la Stratégie spatiale nationale élaborée et mise en œuvre, a déclaré Bhoendradatt Tewarie, le ministre de la Planification et du Développement durable.

    "Lorsque je suis devenu ministre, je ne voulais pas procéder à une application stricte quelconque parce que la situation n'était pas claire, les règles n'étaient pas claires, [et] c’était si arbitraire", a-t-il expliqué. Maintenant, a-t-il indiqué, une fois les stratégies nationales et régionales en place, "nous allons être très stricts au sujet du nouveau développement et les normes auxquelles ils adhèrent".

    "Je ne plaisante pas à ce sujet", a-t-il déclaré à IPS.

    Tewarie a affirmé que 12 nouveaux agents d'exécution et d'autres responsables ont été déjà employés et sont en formation pour "aligner" l'application avec "la nouvelle stratégie de développement spatial et les nouvelles stratégies de développement régional et communautaire".

    Il a averti que si les entrepreneurs se comportent "comme des citoyens qui ne se soucient de rien", alors des mesures énergiques seront prises.

    Le gouvernement entend introduire un projet de loi sur la planification et le développement, qui se concentrerait sur "de grands développements", tels que les projets entrepris par les promoteurs publics ou privés. Il donnerait également des approbations aux organismes gouvernementaux locaux pour des projets immobiliers dans les communautés.

    L’option de la serreMais alors même que les autorités s'attaquent aux causes des inondations dans le pays, une entreprise locale de marketing et de distribution déclare qu'elle peut fournir la technologie qui permettrait aux agriculteurs de produire plus de cultures vivrières de meilleure qualité tout au long de l'année.

    Cette entreprise affirme qu'elle s’est associée avec 'Atlas Manufacturing', une société basée aux Etats-Unis, pour installer des serres abordables suite aux demandes des agriculteurs qui avaient été exposés à la technologie par le passé.

    "Les fermiers nous ont dit les problèmes qu'ils rencontraient. Ils voulaient que nous développions une serre adaptée à notre climat", a indiqué Fareed Rahaman, le directeur technique du département agricole et industriel de M&D, une entreprise locale.

    "[La] serre offrira une tonne de possibilités et d’avantages aux agriculteurs", a-t-il déclaré à IPS.* Les responsables des questions des catastrophes imputent les inondations à Trinidad à la dénudation des coteaux par les entrepreneurs en bâtiment et à l’agriculture sur "brûlis". Crédit: Peter Richards/IPS

    comment closed

    Tag Cloud

    Africa Centrale Asia/Pacifico Culture, Religion, Sport East Africa Education Energy Global Affairs Orient Peace and conflict Population, Refugies Science, Technologie Southern Africa Spécial Culture,Religion et Genre Travail West Africa