Home » Afrique, Developpement, Economie et Travail, Headlines, Reportage d'Afrique »

TRINIDAD: Former les leaders de la "Génération climat"

    By Peter Richards

    PORT OF SPAIN, 18 fév (IPS) – Avec les changements climatiques tendant à devenir le premier des problèmes les plus pressants auxquels sont confrontées les îles caraïbes, les jeunes – qui sans doute ont le plus à gagner et à perdre dans les scénarios futurs – sont davantage engagés dans la définition d’une voie vers la durabilité de l'environnement.

    Mais l'enthousiasme seul ne suffit pas. Ils ont besoin des outils appropriés pour opérer un changement durable, estiment les organisateurs du deuxième Forum de la jeunesse de Trinidad sur les changements climatiques le 9 juin, prévu pour coïncider avec la Journée mondiale de l'environnement le 5 juin et la conférence Rio+20 sur le développement durable du 20 au 22 juin, où des délégations de jeunes comptent se battre aussi pour s’exprimer.

    "Notre objectif est vraiment de créer la prise de conscience puisque les jeunes ont indiqué qu'ils ne comprennent pas (totalement) les questions des changements climatiques et de durabilité", a déclaré Linda Hutchinson-Jafar, rédactrice en chef du magazine en ligne 'Earth Conscious', vieux de quatre ans, l'un des groupes du secteur privé et public qui ont organisé et financé le premier forum de la jeunesse ici en novembre dernier.

    Lors de cet événement, le premier du genre dans les pays anglophones des Caraïbes, 220 délégués de la jeunesse, âgés de 13 à 25 ans des écoles et universités à travers Trinidad, se sont rassemblés pour trouver des solutions de remue-méninges aux problèmes dans leurs communautés, pour créer un modèle d’activisme qui pourrait être reproduit dans tous les Caraïbes et, construire, finalement, la prochaine génération de leaders écologistes.

    Pour une grande majorité, c'était la première fois qu'ils participaient à un forum sur les changements climatiques.

    Dans leur déclaration finale, soumise au gouvernement de Trinidad-et-Tobago ainsi qu’aux officiels participant à la conférence mondiale sur les changements climatiques à Durban, en Afrique du Sud, les jeunes ont déclaré être prêts "à accepter notre part de responsabilité dans la définition d’une voie qui est à la fois durable pour cette planète et toutes les choses qui l'habitent, après avoir reconnu que les changements climatiques constituent le problème le plus urgent et le plus pressant auquel le monde est confronté au 21ème siècle".

    Ils se sont également engagés à prendre "des mesures personnelles pour réduire notre impact sur les changements climatiques; à plaider pour la durabilité et la protection de l'environnement dans nos communautés et écoles", et ont demandé aux gouvernements régionaux "de placer l'intérêt de la Terre au-dessus de tous les autres facteurs dans les négociations pour garantir un avenir durable".

    "Cette déclaration indique vraiment aux gouvernements qu’ils doivent garder l'environnement sain et durable pour les générations à venir et prendre des mesures à cet égard", a déclaré Hutchinson-Jafar à IPS.

    Dans la perspective de la deuxième réunion en juin, sous la bannière de "Economie verte: une société durable", les organisateurs espèrent que les délégués de la jeunesse iront plus loin vers des actions concrètes pour la protection de l'environnement.

    Par exemple, le forum travaille pour établir un partenariat entre les jeunes militants avec le secteur privé "afin qu'ils puissent diffuser les messages à leurs écoles et leurs communautés et prendre des mesures, qu'il s'agisse du recyclage des papiers et bouteilles ou du reboisement, en passant par le compostage, etc."

    A Trinidad, une telle initiative peut impliquer la restauration du marais de Nariva, le plus grand marécage d'eau douce de 6.234 hectares sur la côte-est qui a été déclaré forêt classée en 1954.

    La 'Environmental Management Authority' (Autorité de gestion de l’environnement – EMA) affirme qu'il a la végétation la plus diversifiée des marécages du pays, avec des zones distinctes de forêts marécageuses, de marais de palme, de marais d'eau douce et de bois de mangroves de la valeur de la biodiversité mondiale, ainsi que son importance dans l'absorption des émissions de dioxyde de carbone.

    "Il fournit également un habitat pour un grand nombre d'oiseaux aquatiques, y compris les espèces migratrices et il est le principal marécage à Trinidad qui regorge encore de l'anaconda, de l'ara bleu et or réintroduit et le lamantin des Antilles menacé", selon l'EMA, qui est impliquée dans le 'Nariva Swamp Restoration Carbon Sequestration and Livelihoods Project' (Projet de restauration du marais de Nariva, de séquestration du carbone et de développement des moyens de subsistance – NSRP) après des années de dégradation causée par la culture illégale de riz.

    Lancé en 2010, le NSRP a inclus un projet-pilote impliquant la replantation de six hectares de forêt par trois organisations communautaires, 'Villagers Organised in Conserving the Environment' (Villageois organisés dans la conservation de l'environnement – VOICE) ainsi que des agriculteurs et groupes communautaires dans les villages ruraux environnants.

    Il rassemble la Division des forêts, l'Université des Antilles (UWI) et le Fonds vert.

    "Les moyens de subsistance durables constituent un élément clé du projet, et en réalité l'un des aspects que le Fonds vert a pris en considération avant d'approuver le financement de ce projet", a souligné le directeur général de l'EMA, Dr Joth Singh, dans un message marquant la Journée mondiale 2012 des zones humides au début de février.

    Il remarque que les gens dans les communautés environnantes utilisent traditionnellement les ressources du marais de Nariva pour soutenir leur régime alimentaire et moyens de subsistance, notamment la capture de la conque de rivière, la récolte des produits forestiers, la chasse et l'agriculture.

    "Le NSRP cherche à élargir ces opportunités et former les communautés à participer à la gestion et à l'utilisation durable des ressources disponibles", a déclaré Singh, qui espère également que le NSRP gagnera une grande reconnaissance locale, régionale et internationale pour son approche et ses objectifs novateurs, ainsi que pour l'implication des communautés locales.

    "Nous avons l'intention de voir cela devenir un projet modèle qui peut être imité par d'autres pays", a-t-il dit, ajoutant que l'EMA demeure engagée à la restauration de "cette zone humide importante et continue de travailler en étroite collaboration avec les communautés et les organisations communautaires qui offrent des opportunités pour l'éducation, la formation, le développement et l'emploi".

    S'exprimant lors du premier forum de la jeunesse, la secrétaire exécutive de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC), Christiana Figueres, a rappelé aux jeunes que les changements climatiques sont apparus comme un enjeu déterminant de leur génération.

    "Vous êtes la Génération C, ou la Génération climat. C'est une responsabilité énorme. Mais votre génération dispose également d’un outil puissant qu’aucune autre génération n’avait par le passé: grâce à l'Internet, à la technologie des communications et aux médias sociaux, vous êtes la génération la plus interconnectée qui ait jamais existé".

    "Utilisez cette connaissance, cette voix, ce pouvoir. Vous êtes plus capables de faire passer votre message et plus en mesure de nouer des liens avec des gens semblables à vous, que n'importe quelle génération avant vous", a-t-elle ajouté.

    comment closed

    Tag Cloud

    Africa Centrale Asia/Pacifico Culture, Religion, Sport East Africa Education Energy Global Affairs Orient Peace and conflict Population, Refugies Science, Technologie Southern Africa Spécial Culture,Religion et Genre Travail West Africa